Suresnes
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 16 août 2012 à 09h06

"La demande s'est affaiblie à Suresnes"


Frédéric Lastennet, directeur d'ERA Suresnes
Frédéric Lastennet, directeur d'ERA Suresnes
Frédéric Lastennet, directeur d'ERA Suresnes (©dr)

Frédéric Lastennet, directeur de l’agence ERA Suresnes, fait le point sur le marché immobilier en ville. L’heure est à la stabilisation, comme nous l'explique le professionnel.

(LaVieImmo.com) - Quelles sont les caractéristiques du marché immobilier suresnois actuellement ?

Frédéric Lastennet : Après avoir été très pauvre en biens et avoir connu une demande élevée jusqu’à mai 2011, le marché s’est stabilisé. Inversement, il est aujourd’hui plus riche en offre, tandis que la demande s’est affaiblie. L’une des explications à cette tendance : beaucoup de particuliers ont mis leur bien en vente après les élections. Globalement, au niveau des prix aujourd’hui, on peut noter qu’il est difficile de vendre un bien standard de 3 pièces au-delà de 400 000 euros.

Quelle est la tendance concernant les prix ?

Frédéric Lastennet : La moyenne était jusqu’à récemment à 6 000 euros le mètre carré environ. Ce qui varie plus ou moins fortement selon les secteurs : vers le boulevard Henri Scellier, les prix vont généralement de 3 500 à 4 000 euros le mètre carré. Tandis que vers le parc du Château, pour un bien avec terrasse et vue sur Paris, les prix tournent autour de 7 500/8 000 euros le mètre.

Quels secteurs sont les plus demandés ?

Frédéric Lastennet : Le boulevard Henri Scellier, bien que bruyant, marche bien. A la frontière avec Puteaux, où beaucoup de programmes neufs sont construits, les transactions vont bon train également, avec des prix soutenus. Tout comme en centre-ville, vers la place du Marché, où les prix sont plus chers, de même, et enfin autour du Mont-Valérien et du quartier Raguidelles, avec ses maisons huppées et sa proximité avec une école renommée. Ce qui est moins le cas en revanche pour le quartier des Chênes, au Nord, proche de Puteaux et vers Nanterre. Enfin, le marché Caron est relativement peu actif, souffrant du manque de liaison directe en transports.

Propos recueillis par André Figeard - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 02/06/2013 à 12:35 par pavel.pajar

    les Hauts de Suresnes sont à éviter en raison de l'insécurité permanente dans la zone. Nous sommes restés une année et franchement cela a été un soulagement de revendre et de partir dans une ville plus normale. quand je vois qu'ils construisent sur la place du marché Caron, je souhaite beaucoup de courage aux arrivants. ils vont vite déchanter. avoir les vendeurs de came au pied de son immeuble de standing...

  • 0 Reco 30/08/2012 à 14:24 par Immondice Immo

    Suresne n'est qu'un exemple! L'argent facile s'est tari ! Le prochain épisode c'est la prise de conscience de la fin des plus-value mirobolante et de la baisse des prix, et ce sera la spirale à la baisse...car tout est effectivement surévalué, partout.

  • 1 Reco 17/08/2012 à 11:53 par gontrand

    effectivement, je confirme. J'ai vendu 6300€/m2 dans le quartier du marché Caron, en sept. 2011 (il n'y avait quasi aucun bien de qualité à la vente!). Trois mois plus tard, c'était l'engorgement. Mon avis : Suresnes est devenu bien trop cher eu égard à sa valeur intrinsèque (en particulier: forte mixité sociale et pas d'accès vers Paris par le métro)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...