Toulouse
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 14 novembre 2013 à 09h15

"A Toulouse, l'écart entre le centre-ville et la périphérie se creuse"


Eric Massat, co-gérant de l'agence Domicilium, à Toulouse
Eric Massat, co-gérant de l'agence Domicilium, à Toulouse
Eric Massat, co-gérant de l'agence Domicilium, à Toulouse (©dr)

Eric Massat est co-gérant de Domicilium, chasseur d'appartements situé à Toulouse.

(LaVieImmo.com) - Il y a un an, vous décriviez un marché toulousain qui tournait « au ralenti sans être à l’arrêt ». Qu’en est-il aujourd’hui ?

Eric Massat : La situation n’a pas foncièrement changé. L’écart de dynamisme entre le centre-ville et la périphérie, que nous observions déjà l’année dernière, s’est creusé. Dans le contexte économique actuel, les acquéreurs privilégient la qualité et négligent les quartiers dont ils estiment, à tort ou à raison, qu’ils risquent de perdre de la valeur au cours des prochains mois. Les biens situés dans l’hypercentre et les quartiers directement limitrophes – les Châlets, le Busca, le bas de la Côte Pavée et la partie est de Saint-Cyprien, par exemple – restent très prisés. Difficiles à trouver, ils se négocient toujours sur des niveaux de prix très élevés, souvent entre 4000 et 4500 €/m² pour les mieux situés (dans le quartier des Carmes par exemple) et les mieux entretenus d’entre eux. Les produits les plus rares du cœur historique, qui combinent calme, charme de l’ancien et rénovation parfaite et offrent des prestations réservées habituellement au neuf (parking, terrasse, ascenseur), peuvent atteindre les 5 000 €/m² (soit deux fois le prix moyen observé par les notaires, ndlr). Ailleurs, le marché est moins tendu et les biens peuvent s’avérer très difficiles à vendre dès lors qu’ils présentent des défauts importants.

C’est-à-dire ?

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Eric Massat : C’est très variable… D’une manière générale, plus on s’éloigne du centre, plus les transactions sont difficiles et les délais pour vendre sont longs. Les quartiers de la périphérie toulousaine présentent un bâti beaucoup plus diversifié que ceux du centre, avec un nombre important de biens construits dans les années 1960-70, qui restent assez peu recherchés. Pour vendre rapidement ce type d’appartements, leurs propriétaires doivent accepter de les vendre au bon prix. Dans le quartier des Minimes, nous avons récemment vendu un deux-pièces de 55 m² dans un immeuble datant 1973, pour 95 000 €. Soit 1 700 €/m² environ. Le bien, doté d’un petit balcon et d’une place de parking aurait pu se vendre autour de 110 000 € s’il avait été en parfait état.

La vente s’est-elle conclue rapidement ?

Eric Massat : En un mois et demi, ce qui est très rapide, oui. Le vendeur a compris qu’il était dans son intérêt de demander un prix raisonnable dès la mise en vente. S’il n’avait pas tenu compte des 15 à 20 000 € de travaux nécessaires à la remise en l’état, le bien aurait pu rester en vente pendant plusieurs mois.

Vous arrive-t-il de recevoir des demandes pour le quartier Borderouge ?

Eric Massat : Oui. Borderouge continue de souffrir d’une mauvaise réputation qu’il ne mérite pas. Parce qu’on y a beaucoup construit depuis dix ans, les Toulousains craignent qu’il soit plus touché que les autres par une éventuelle crise immobilière. Il n’en reste pas moins que le quartier réserve de belles surprises, avec des appartements offrant, pour la plupart, de belles prestations. Toulouse est une ville économiquement très dynamique, où la croissance démographique reste forte. On a beaucoup construit à Borderouge, c’est vrai, mais les logements n’y sont pas vacants. Nous venons d’y vendre une belle maraîchère de 180 m², pour 480 000 €. Les acquéreurs, un couple avec deux enfants, habite le quartier depuis 2004 et n’ont pas souhaité le quitter, alors qu'ils auraient eu les moyens de déménager plus près du centre.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...