Toulouse
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 25 octobre 2012 à 09h30

"Les vendeurs ont encore tendance à surévaluer leur bien"


Eric Massat, co-gérant de Domicilium
Eric Massat, co-gérant de Domicilium
Eric Massat, co-gérant de Domicilium (©dr)

Eric Massat, co-gérant de Domicilium, chasseur d'appartements à Toulouse, décrit un marché qui « tourne un peu au ralenti sans être à l’arrêt ».

(LaVieImmo.com) - Le marché immobilier toulousain est-il affecté par la crise ?

Eric Massat : On ne peut évidemment pas dire qu’il n’est pas touché. Maintenant, tout dépend de ce qu’on entend par là. On trouve moins de biens qu’il y a quelques mois, c’est vrai, mais la demande est toujours là et les transactions se signent. Disons que le marché tourne un peu au ralenti sans être à l’arrêt. En tout cas pas au centre de Toulouse, où l’offre de logements est très largement insuffisante.

Et en termes de prix ?

Eric Massat : Les derniers chiffres des notaires ont confirmé l’absence de baisse dans l’agglomération. Compte tenu du manque de biens, les vendeurs peuvent encore pratiquer des prix élevés et espérer trouver un acheteur. Ce type de comportement atteint cependant ses limites : les acquéreurs se montrent beaucoup plus regardants, et ils exigent une prestation à la hauteur du prix de mise en vente.

Est-ce à dire qu’ils négocient plus ?

Eric Massat : Il y a négociation dès lors que les biens sont surévalués. On ne vend pas un rez-de-chaussée au même prix qu’un quatrième étage avec balcon. Certains vendeurs ont encore tendance à le croire, mais ils commencent à s’en mordre les doigts. Les logements vieillissants, sombres ou mal situés sont systématiquement négociés si leur propriétaire n’est pas raisonnable.

Avec quel type d’acheteur traitez-vous le plus ?

Eric Massat : Beaucoup de nos clients sont à la recherche de petites surfaces, pied-à-terre ou investissements locatifs. Nous sommes également sollicités par des ménages à la recherche d’une résidence principale. Dans un marché qui tourne au ralenti, ce type d’acquéreurs a plus de mal à trouver un bien, et préfère se tourner vers un professionnel qui leur épargnera des recherches fastidieuses et les aidera à négocier au « juste prix » leur futur logement.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/10/2012 à 13:46 par lsga

    quelle manière élégante de dire : le marché va baisser.

    Qui a du crédit locatif ? Vendez maintenant ou vous courrez à la ruine.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...