Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 13Paru le samedi 1 décembre 2007 à 00h00

Impôt sur les plus-values


Je vais être amenée à revendre un appartement hérité de mon mari en 1998. Ce logement, du fait qu'il constituait à l'époque notre résidence principale commune, avait bénéficié d'une décote de 20 % pour le calcul des droits de succession. Cela aura-t-il une incidence au niveau de l'impôt sur les plus-values ?

T. R., Toulon

La revente du logement en question n'entraînera une imposition au titre des plus-values que si vous avez cessé de l'occuper à titre de résidence principale après le décès de votre époux (occupation à titre de résidence secondaire, mise en location...). Dans ce cas, avant application des correctifs habituels (abattement pour durée de détention...), la plus-value imposable au taux de 27 % sera calculée par différence entre le prix de cession du logement et la valeur pour laquelle il avait été soumis aux droits de succession, c'est-à-dire sa valeur vénale diminuée de l'abattement de 20 %. Prenons l'exemple d'un bien valant 300 000 euros au moment de l'ouverture de la succession. Il a été soumis aux droits de succession pour un montant de 240 000 euros après application de l'abattement de 20 % (occupation conjointe du logement par le défunt et son conjoint ou bien des enfants mineurs ou majeurs protégés). C'est donc à partir de cette valeur que sera déterminée la plus-value taxable.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...