Insolite
LaVieImmo.com
InsoliteInsolitevendredi 3 juin 2011 à 13h27

GB : Une maison hantée qui "fait du bruit"


Le 26, Church Street
Le 26, Church Street
Le 26, Church Street (©Google Street View)

Les histoires de fantômes font encore recette outre-Manche. En témoigne le récit de deux Français, qui se disent avoir été victimes de phénomènes paranormaux dans leur domicile de Frodsham, au nord de l’Angleterre. On est loin du vieux cliché de la porte qui grince : odeurs de vieux tabac, visions sous la douche, draps qui se soulèvent tous seuls… Tous les ingrédients d’une « scary story » dont les tabloïds britanniques ont fait écho, et que nous raconte Le Parisien.

(LaVieImmo.com) - Jean-Marc et Charlotte Mariole en frissonnent encore. Les époux, de 64 et 53 ans, ont loué en avril 2010 une charmante petite maison au 26, Church Street dans cette petite bourgade du nord de l’Angleterre, en quête d’une vie paisible. Mais l’avenir ne devait pas leur donner cette chance. En effet, une nuit, « nous étions déjà couchés quand on a entendu un bruit bizarre, quelqu’un qui frappait à la porte de la chambre », raconte Charlotte. Bien entendu, personne derrière. Et alors que les coups se faisaient plus insistants, « les draps se sont mis à se soulever tous seuls », explique-t-elle au quotidien. Affolés, les Mariole partent dormir à l’hôtel.

«Jusque dans la salle de bains »

Par la suite, les phénomènes se multiplient. Cris de bébé, sifflements, bruits divers et variés, et presque plus étrange, « partout, cette odeur de vieux tabac à pipe qui nous suivait jusque dans la salle de bains », se souviennent-ils. De quoi intéresser la presse à sensation... The Sun et le Daily Mail s’emparent rapidement de leur histoire. Une équipe de télé se rend même sur les lieux, et filme « l’une des caméras de surveillance installée dans la maison, figeant sur bande l’étrange ballet d’orbes rondes flottant dans l’air », rapporte Le Parisien.

Las, et après des mois de cauchemar, ils finissent par quitter le 26, Church Street pour retourner couler des jours plus heureux dans l’hexagone. Hormis avoir été à bout de nerfs pendant des mois, cette histoire leur aura coûté la bagatelle de 5 000 euros, dépensés dans des nuitées à l’hôtel. Et une renommée dont ils se seraient sans doute bien passés.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...