Insolite
LaVieImmo.com
InsoliteInsolitemercredi 12 juin 2013 à 16h50

Jeudi Noir s'est invité dans les locaux de la Fnaim


(LaVieImmo.com) - Le collectif en lutte contre le mal logement a « brièvement » fait irruption, ce mercredi matin, dans les locaux de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), à Paris.

Selon l'AFP, aux cris de « Agences, rendez l’argent », Jeudi Noir a dénoncé les frais d’agence payés par les locataires. Heureux hasard du calendrier, le ministère du Logement faisait l'annonce ce matin de l'instauration d'un plafond de ces honoraires, dans la loi logement et urbanisme prévue pour l’été. Le collectif, qui a appris la nouvelle lors de son « occupation », a déclaré à l’agence de presse être « très content de cette annonce (…), qui est une revendication historique de Jeudi Noir ».

L. M. - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 14/06/2013 à 18:56 par Gironimo

    C’est la surprise qu’ont eue les policiers de la direction de la sécurité de proximité de l »agglomération parisienne (DSPAP), lundi 21 février dernier, en intervenant à la mi-journée 51, rue de l’Université pour violation de domicile. Alors que les apprentis squatteurs sortaient d’eux-mêmes de l’immeuble, comprenant que leur coup était raté, les vérifications d’identité ont dévoilé qu’ils avaient pour la plupart un profil bien surprenant, loin de l’imaginaire de l’étudiant en mal de toit pour s’abriter. Ce qui est pourtant la raison d’être de Jeudi Noir. On peut imaginer que l’assistant parlementaire de Noël Mamère passait par hasard, l’Assemblée Nationale étant située… rue de l’Université. Voisins aussi, trois chargés de mission au Conseil Régional d’Ile de France, basés rue Barbet de Jouy. Remontant Bellechasse, tournant dans Varenne, et les voilà squatteurs d’un jour. Etaient-ils en service commandé, aux frais des contribuables franciliens, puisqu’ils avaient l’intention d’occuper l’immeuble du 51, rue de l’Université sur la durée ? Avec cet échec de l’occupation du 51, rue de l’Université, c’est une occasion de rejouer l’union de la Gauche qui a été perdue : étaient en effet aussi présents le chargé de communication du maire du 2e arrondissement, – loin de ses terres, le directeur de cabinet d’Europe Ecologie, et le directeur de cabinet du groupe Front de Gauche au Conseil Régional d’Ile-de-France, tous apprentis squatteurs, ce 21 février.
    Quant aux journalistes de la revue Projet ou d’Alternatives Economiques et trois autres pigistes, probablement étaient-ils là pour faire du reportage en immersion, à l’heure de la pause déjeuner…

  • 0 Reco 14/06/2013 à 18:55 par Gironimo

    ATTENTION : OPERATION MAGOUILLE… (par LEGAGNANT – Muret – 02/04/2011 14:31)
    ON sait maintenant pourquoi les militants de « Jeudi Noir » demandent aux médias de préserver leur anonymat, en ne donnant que leurs prénoms dans les interviews. La plupart, loin d’être effectivement des squatteurs en mal de logement, s’avèrent être en fait fonctionnaires territoriaux, assistants parlementaires, directeurs de cabinet, chargés de mission ou encore… journalistes !

  • 0 Reco 14/06/2013 à 18:45 par Gironimo

    Bientôt la FNAIM va s'inviter chez Jeudi Noir...

  • 0 Reco 13/06/2013 à 11:50 par Pierre

    C'est vrai que les méthodes de jeudi noir peuvent prêter à contestation.

    Le droit de propriété existe en France et leur méthode de contestation pourrait être réprimer dans un état de droit.

  • 2 Reco 12/06/2013 à 20:48 par Gironimo

    Jeudi noir dissolution


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...