Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 11 septembre 2009 à 09h37

"2 000 agences immobilières pourraient avoir disparu à la fin de l’année"


(©dr)

(LaVieImmo.com) - Au premier semestre, comme en 2008, le secteur de l’immobilier est celui qui a connu la plus forte progression du nombre de défaillances d’entreprises en France, selon la dernière étude Euler Hermes SFAC, dévoilée cette semaine. Karine Berger, directrice des Etudes Economiques de l’assureur-crédit, revient pour Lavieimmo.com sur les raisons de cette « sinistralité record ».

Lavieimmo.com : En janvier, vous tempériez l’ampleur de la nette hausse des défaillances dans le secteur immobilier par le fait que le nombre d’entreprises concernées restait « relativement faible ». Maintenez-vous cette observation ?

Karine Berger : Fin juillet, sur une période de douze mois, on recensait environ 2 600 cas de défaillances d’entreprises immobilières. Evidemment, ce chiffre reste très faible si on le compare à la totalité du nombre de procédures ouvertes en France au cours de la même période – de l’ordre de 4 % à peine. Il n’en reste pas moins que la vitesse de la progression étonne : la barre des 2 000 défaillances est maintenant largement dépassée et, au rythme actuel, le seuil des 3 000 cas pourrait être franchi avant la fin de l’année. Tout cela est assez logique, l’arrêt des transactions immobilières ayant des répercussions immédiatement visibles sur la trésorerie des entreprises du secteur – principalement les agences. Néanmoins, l’absence d’amélioration devient assez inquiétante.

Lavieimmo.com : En 2008, le segment des agences immobilières connaissait la sinistralité la plus forte du secteur. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Karine Berger : C’est toujours le cas. La situation s’est même très nettement dégradée. Entre les mois d’août 2008 et juillet 2009, on a recensé plus de 1 400 défaillances d’agences immobilières, contre à peine 720 au cours des douze mois précédents. Soit une hausse proche de 100 %... Il n’est pas rare de trouver ce genre de variations sur des tout petits volumes, mais sur un sous-secteur d’activité aussi important que celui des agences immobilières, la situation est inédite. Sur l’ensemble de l’année, on pourrait déplorer la perte de plus de 2 000 agences immobilières en France.

Lavieimmo.com : Ce constat contraste avec l’amélioration que les grands réseaux immobiliers disent observer depuis le printemps…

Karine Berger : En effet, on aurait pu s’attendre à ce que le nombre de défaillances touche un pic à la fin du printemps. Or les chiffres de la fin du premier semestre et les données disponibles pour les mois de juillet et août montrent une sinistralité toujours très élevée. On peut penser que le gros de la crise immobilière est passé, mais si la reprise des transactions annoncée avait effectivement eu lieu, le nombre de défaillances aurait arrêté de progresser.

Lavieimmo.com : Les agences indépendantes sont-elles significativement plus exposées que les autres ?

Karine Berger : L’appartenance à un réseau est probablement une protection face au risque de dépôt de bilan. Néanmoins, il ne faut pas oublier que cette appartenance nécessite le paiement d’une franchise, équivalente à 7 % du chiffre d’affaires de l’agence hors frais de formation et d’informatique. Les franchisés doivent par ailleurs généralement justifier d’un niveau de chiffre d’affaires minimum. Deux efforts difficiles à soutenir pour une agence en difficultés financières. En 2008, 549 agences immobilières franchisées ont quitté leur réseau ; cela représente un turn-over élevé, de l’ordre de 10 %.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...