Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 15 décembre 2014 à 11h38

Crédit immobilier : "Il reste encore un potentiel de baisse des taux"


Sandrine Allonier, responsable relations banques chez VousFinancer.com
Sandrine Allonier, responsable relations banques chez VousFinancer.com
Sandrine Allonier, responsable relations banques chez VousFinancer.com (©dr)

Sandrine Allonier, responsable des relations banques de VousFinancer.com, donne son sentiment sur le marché du crédit.

(LaVieImmo.com) - Dans sa dernière étude, Vousfinancer.com pointe la baisse du nombre de primo-accédants ces dernières années. Les nouveaux acquéreurs sont-ils, comme vous l’évoquez, une « espèce en voie de disparition » ?

Sandrine Allonier : Heureusement, non ! L’évolution de la proportion de primo-accédants chez les emprunteurs a été un sujet assez peu abordé ces dernières années lorsque le marché était florissant. Mais, le contexte économique a poussé VousFinancer.com à s’intéresser à la question. Résultat : cette année ils représentent plus de 35 % du total de notre clientèle, contre 33 % en 2013. Quoi qu’il en soit, on reste très en-deçà des 55 % constatés en 2011, la « grande année » de l’immobilier, portée par un prêt à taux zéro largement distribué et ouvert à l’ancien. La part des primo-accédants a singulièrement baissé en 2012, avec le recentrage du PTZ. Mais elle a pu rebondir grâce aux taux d’intérêts, historiquement bas, en 2014.

Les taux peuvent-ils encore baisser ?

Sandrine Allonier : Ils ont déjà beaucoup baissé, pour s’établir à 2,75 % en moyenne sur 20 ans en décembre. Chez VousFinancer.com, on pense cependant que le mouvement peut durer, porté par le repli actuel des taux d’emprunt d’Etat (dont l’OAT 10 ans, qui sert de référence aux taux fixes, ndlr). De nombreuses banques parmi nos partenaires continuent en effet de baisser leurs taux. Même si cela peut sembler difficile à croire, il reste donc encore un potentiel de baisse.

Des rumeurs circulent sur une éventuelle fin des taux fixes l’an prochain. Qu’en est-il ?

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Sandrine Allonier : Compte tenu de la faiblesse du niveau de taux actuel, le Comité de Bâle, l’organisme en charge de la réglementation du secteur bancaire, étudie les dangers des taux fixes sur la rentabilité des banques. Mais il semble peu probable qu’il décide de faire disparaître les taux fixes, en généralisant à l’inverse les taux révisables. Et ce, dans la mesure où ces derniers représentent seulement 4 % de la production de crédit alors que le système actuel fonctionne, on le voit bien, sans qu’il y ait de crise comme aux Etats-Unis et en Espagne. Néanmoins, des solutions alternatives pourraient voir le jour.

Par exemple ?

Sandrine Allonier : Dès à présent, on constate que les banques cherchent à capter davantage de ressources en échange des prêts qu’elles accordent, comme de l’épargne ou la domiciliation des salaires des emprunteurs. Il se pourrait également que les crédits à taux mixtes soient encouragés : d’abord fixes, ceux-ci deviendraient révisables au bout de sept ans. Le risque serait alors partagé entre les banques d’une part et les emprunteurs de l’autre.

Comparez gratuitement les offres de crédit de plus de cent banques

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...