Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 5 juillet 2012 à 09h11

"Dinan résiste bien à la situation économique"


Gilles L'Hermitte
Gilles L'Hermitte
Gilles L'Hermitte (©DR)

Quatre questions à Gilles L'Hermitte, directeur de l’agence Century 21, agence de Bretagne, à Dinan.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte le marché dinannais dans son ensemble ?

Gilles L’Hermitte : Il se porte assez bien. Peut-être un peu mou pendant la période des élections. On a vu l’émergence d’une crise en W, avec deux moments difficiles : fin 2008 et début 2012. 2011, en revanche, a été une bonne année, et il paraissait presque logique que l’on subisse un coup de frein en 2012. Durant le premier semestre de cette année, par exemple, on a eu 10% de moins d’activité par rapport à l’an précédent. C’est une question de conjoncture : les élections, les problèmes financiers des banques, qui sont du coup plus prudentes, tout cela a provoqué un ralentissement attendu. Autant fin 2008 était imprévisible, autant là, on s’y était préparé. L’activité a cependant bien repris depuis la fin des élections.

Y a-t’il un profil type de l’acquéreur à Dinan ?

Gilles L’Hermitte : Il y a trois types d’acheteurs ici. D'abord les jeunes locataires, qui préfèrent se tourner vers la propriété tant que les taux sont relativement bas. Ensuite, les investisseurs, qui s’intéressent surtout aux T2 pour pouvoir les louer. Et enfin, les retraités. Certains d’entre eux vendent leurs maisons familiales pour s’installer en ville près des commerces, d’autres quittent les grandes agglomérations pour se poser ici. Dans ce dernier cas, c’est une sorte de villégiature, et Dinan semble parfait pour cela. Globalement, nos clients cherchent des maisons saines, avec peu de travaux à réaliser, ou des appartements proches du centre-ville.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de transactions récentes ?

Gilles L’Hermitte : J’ai vendu récemment une maison à Dinan, dans un petit lotissement. Elle est à 1,5km du centre-ville, 135m², cinq chambres, un sous-sol, et un terrain de 320m², le tout globalement en bon état. Elle est partie autour de 200 000€. Un autre exemple : un appartement dans un immeuble près du château, dans une zone assez touristique, au 2e étage, de 37m², vendu à 54 500€. Je m’occupe également de biens en dehors de Dinan en lui-même, comme avec cette maison de 63m², au Nord-Ouest de la ville, située dans un petit village assez proche de la mer, vendue à 75 000€.

Comment envisagez-vous le futur du marché dinannais ?

Gilles L’Hermitte : Je pense que Dinan est à l’image de la France dans son ensemble. Le marché est faste, même s'il connaît en ce moment un véritable ralentissement. Je dirais que le marché dinannais a des fondamentaux sains et qu’il est attractif : la ville est proche de la mer, près de Saint-Malo et de Rennes, mais surtout, elle est dynamique. Dinan attire les jeunes retraités, mais aussi les travailleurs, grâce à ses nombreuses PME. Le marché est dur, comme partout, mais il résiste bien aux effets secondaires de la situation économique.

Propos recueillis par Laura Makary - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
    Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...