Interview
LaVieImmo.com
Interviewmercredi 27 février 2013 à 13h05

"Il faut rassurer et accompagner les emprunteurs"


Christophe Pinault, directeur général délégué du Crédit FoncierChristophe Pinault, directeur général délégué du Crédit Foncier (©dr)

Trois questions à Christophe Pinault, directeur général délégué du Crédit Foncier.

(LaVieImmo.com) - Le directeur général du Crédit Foncier, Bruno Deletré, s’est engagé ce matin au nom du groupe à « accompagner au mieux » les emprunteurs immobiliers en 2013, « dans le respect de leurs contraintes financières ». Compte tenu du recentrage des aides à l’accession, cet accompagnement ne risque-t-il pas de rester très limité ?

Christophe Pinault : Il convient de faire la part des choses. Le financement de l’immobilier est la spécialité du Crédit Foncier : notre mission est d’accompagner les emprunteurs dans leur projet d’achat et, tout particulièrement quand le contexte général n’est pas au beau fixe, les rassurer en leur proposant des solutions adaptées à leurs besoins et à leur profil. Vous faites référence au prêt à taux zéro (PTZ+), désormais centré sur les seuls logements neufs et placé sous conditions de ressources. Beaucoup de commentaires ont été faits sur les effets négatifs de ces modifications, qui ont effectivement privé un nombre important d’emprunteurs de cette aide à l’accession. Il ne faut cependant pas oublier que le gouvernement a souhaité privilégier les ménages aux revenus modestes, qui ont le plus besoin d’être soutenus mais que les précédentes formules du dispositif laissaient un peu de côté. Par ailleurs, ces mêmes ménages bénéficient désormais d’un différé total de remboursement pendant une période de cinq ou quatorze ans selon leur niveau de revenus. Car ce n’est pas tout d’accorder un prêt à taux zéro, encore faut-il s’assurer que l’emprunteur aura la capacité de rembourser son crédit...

A ce propos, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a récemment déploré le manque d’ambition de ces différés, qui ne bénéficieraient pas à un nombre suffisant d’emprunteurs et ne seraient pas assez long…

Christophe Pinault : Le dispositif peut certainement être amélioré, et on peut imaginer que des aménagements seront apportés. Cependant, il ne faut pas oublier que l’ancienne formule ne prévoyait aucun différé d’amortissement. Ces ménages modestes bénéficient donc de conditions d’emprunt nettement plus favorables aujourd’hui qu’il y a quelques mois. Notre but est de le leur faire savoir ! Par ailleurs, il me semble utile de rappeler que le PTZ n’est pas le seul dispositif d’aide à l’accession en vigueur : d’autres prêts conventionnés existent, plus techniques peut-être, mais tout aussi intéressants pour les emprunteurs. Je pense notamment au prêt à l’accession sociale (PAS), destiné lui aussi aux personnes à revenus modestes et qui ouvre droit à l’aide personnalisée au logement (APL). La part de marché du Crédit Foncier sur ce produit était de 43 % en 2012, en croissance de plus de six points sur un an, et devrait continuer de progresser cette année. Nous travaillons également, en collaboration étroite avec les collectivités, à encourager la mise en place et favoriser la distribution de diverses aides locales à l’accession. Tous les moyens doivent être mis en œuvre pour permettre au plus grand nombre de ménages de devenir propriétaires.

Le début de baisse des prix que vous constatez jouera-t-il dans ce sens ?

Christophe Pinault : Pour le moment, ce mouvement reste relativement limité, même s’il s’est accentué depuis le quatrième trimestre 2012. Cette année, les prix devraient reculer de 5 % au maximum en moyenne dans les zones tendues (grandes métropoles et secteurs privilégiés), jusqu’à 10 % ailleurs. La tendance devrait se poursuivre en 2014. Cela dit, nous restons convaincus que les fondamentaux de l’immobilier français restent sains et que, le besoin en logement restant largement insatisfait, le marché ne s’installera pas dans la spirale baissière que certains économistes n’hésitent pas à anticiper.

Comparez gratuitement les offres de crédit de plus de 100 banques

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 27/02/2013 à 20:13 par assurances-grl.fr

    La capacité réelle d'accompagnement des emprunteurs par les organismes prêteurs est un vrai sujet. Trop souvent les organismes financiers considèrent que l'emprunt est un produit qui est acheté spontanément par le consommateur.

    Aussi, les prêteurs ne sont pas toujours à l'écoute des besoins réels des clients. C'est notamment le cas en matière d'assurance emprunteur.

    Malgré la loi Lagarde de septembre 2010, les organismes bancaires cherchent encore a imposer leur contrat groupe, le Crédit Foncier n'échappe pas à ce constat.
    Les délégations d'assurances dans cet organisme sont malheureusement trop rares...

    L'emprunteur doit être mieux respecté dans l'expression de ses besoins et de ses choix. Il est rassurant d'entendre de la part du Directeur Général Délégué de cet établissement qu'il place l'accompagnement de l'emprunteur au coeur de ses préoccupations.

    Message édité 28/02/2013 à 20:40