Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 5 mars 2010 à 09h15

"Il faut suspendre les expulsions locatives"


Christophe Robert
Christophe Robert
Christophe Robert (©dr)

A dix jours de la levée de la trêve hivernale, Christophe Robert, délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre, revient pour LaVieImmo.com sur la demande de moratoire sur les expulsions locatives formulée par le Collectif pour le logement des personnes sans abri et mal logées, dont l’association fait partie.

(LaVieImmo.com) - Le collectif n’est pas parvenu à présenter son projet au Conseil des ministres. Cela vous étonne-t-il ?

Christophe Robert : Je ne sais pas si c'est étonnant, mais c'est certainement regrettable. Le but du collectif était d’alerter le gouvernement et l’opinion publique sur l’urgence de la situation, à quelques jours de la fin de la trêve des expulsions hivernales, le 15 mars. Compte tenu, par ailleurs, de la levée imminente du plan d’hébergement d’urgence mis en place au début de l’hiver, ce sont plusieurs milliers de personnes qui vont être contrainte de se replier vers des formes indignes d’habitat, si elles ne sont pas tout simplement jetées à la rue. L’heure est grave, nous demandons une action rapide et ciblée du gouvernement - indépendamment des chantiers déjà en cours et sans que cela remette en question les bons rapports que nous entretenons avec Benoist Apparu.

Que proposez-vous ?

Christophe Robert : Nous restons favorables à une suspension provisoire des expulsions locatives, assortie d’un dédommagement des propriétaires concernés. Plus en amont, nous demandons la mise en œuvre d’enquêtes sociales et un suivi des ménages à risque, sur le plan social, financier et juridique. L’expérience montre qu’en agissant de manière préventive, on multiplie les chances de réduire les difficultés de paiement de loyer, et donc d’éviter la multiplication des cas d’expulsions pour impayés. Concernant les personnes hébergées dans des structures d’accueil, il faut veiller à ce que le principe de non-remise à la rue soit appliqué de manière systématique.

Benoist Apparu reste opposé à l’idée d’un moratoire sur les expulsions. Selon lui, il s’agirait d’un signal défavorable aux propriétaires…

Christophe Robert : L’idée n’est évidemment pas de fragiliser un peu plus les propriétaires, dont un grand nombre est mis en difficulté par la crise ! J’insiste, la suspension des expulsions, qui ne saurait être que temporaire, ne pourra être efficace que si les propriétaires qui louent à des ménages en difficulté sont indemnisés, jusqu’à la mise en place d’un plan d’apurement de la dette du locataire ou son relogement. Je ne vois rien de défavorable ou de démoralisant dans cette idée. Il nous reste quelques jours avant la fin de la trêve hivernale, nous ne désespérons pas de nous faire entendre du gouvernement.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 07/03/2010 à 14:51 par predator

    Ma réaction est simple: les mauvais payeurs doivent être mis dehors. C'est parce qu'on ne fait pas cela en France que les propriétaires rechignent à mettre leur bien en location. Tout le reste, c'est de la faribole !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...