Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 10 décembre 2010 à 15h50

"Il faut un cadre réglementaire stable pour le photovoltaïque"


Wael Elamine
Wael Elamine
Wael Elamine (©dr)

Wael Elamine est chef du département solaire au sein du Syndicat des énergies renouvelables (SER). Pour LaVieImmo.com, il revient sur la concertation prochaine dans le secteur photovoltaïque. Las des changements de cap fréquents dans le solaire, le professionnel réclame « de la visibilité et un cadre réglementaire stable ».

(LaVieImmo.com) - Le gouvernement, qui a procédé à un moratoire sur les aides au photovoltaïque durant trois mois, débute la concertation avec les professionnels. A l’issue de celle-ci, que demandez-vous ?

Wael Elamine : On souhaite avant tout mettre en place un cadre réglementaire. Car c’est tout un marché et une industrie qui sont en jeu : le secteur compte quelque 19 000 emplois dans l’installation de panneaux photovoltaïques. Il faut donc un système qui puisse permettre une bonne gestion et une maîtrise des coûts de rachat, afin de garantir le développement serein de la filière. Nous allons demander de la visibilité, et la mise en place d'un système qui soit capable de s’auto-réguler. Car le système actuel est soumis à de brusques modifications, comme la baisse des tarifs de rachat, ou le gel des installations. Les règles du jeu doivent être déterminées et permettre à la filière de s’adapter aux évolutions du marché.

Jean-Michel Charpin, auteur d’un rapport incendiaire sur le photovoltaïque, est chargé du dossier par le gouvernement. Ne craignez-vous pas des conséquences négatives sur la discussion ?

Wael Elamine : Non, nous voyons cela comme une bonne base de discussion. Monsieur Charpin a jusqu’ici écouté pas mal d’acteurs, même si nous ne sommes pas d'accord sur toutes ses analyses. Il faudra lui faire entendre que si de grands groupes sont présents dans le photovoltaïque, les PME représentent une part très importante de ce secteur, notamment à travers l’industrie du module, ou des composants nécessaires à la fabrication des panneaux. Il ya un équilibre que nous veillerons à ne pas rompre, car le risque d’un grand nombre de défaillances d’entreprises est réel.

Le photovoltaïque est le premier secteur à avoir essuyé le « coup de rabot » fiscal. Avec une réduction de sa défiscalisation, reste-t-il intéressant pour les particuliers ?

Wael Elamine : Avec un crédit d’impôt de 22 % à partir du 1er janvier prochain, l’investissement dans le photovoltaïque restera intéressant pour les particuliers, et ce malgré la baisse des coûts de rachat que nous subissons fréquemment. Nous devrons être attentifs aux tarifs de rachat de l’énergie solaire, et des amendements seront déposés à ce sujet dès demain, lors de l’examen par le Conseil supérieur de l’énergie.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 15/02/2011 à 02:24 par JO 38

    OUI...AVANT ...QUE LA FILIERE PHOTOVOLTAIQUE...NE SOIT PAR TERRE..!!!!!!!!

  • 0 Reco 10/12/2010 à 18:49 par Neowatt smn

    Je pense qu'avec les nouveaux tarif il va falloir être compétitif , 2, 72 euros du watt pour un 250 kwc, c'est ce que je propose, alors que le marche est plutôt a 3,20 3,50 . C'est ça le photovoltaïque , bientôt plus compétitif que le nucléaire!

  • 0 Reco 10/12/2010 à 17:28 par investissor

    Bah. Ca sent la fin.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...