Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 29 octobre 2012 à 11h15

"Il n'est pas trop tard pour renégocier son crédit immobilier"


Sandrine Allonier, de Meilleurtaux.com
Sandrine Allonier, de Meilleurtaux.com
Sandrine Allonier, de Meilleurtaux.com (©dr)

En baisse depuis plusieurs semaines, les taux d’emprunt immobiliers retrouvent leurs niveau de l’automne 2010, au plus bas depuis une soixantaine d’années. La tentation est grande de renégocier son crédit pour bénéficier d’un taux avantageux. Sandrine Allonier, responsable des études économiques de Meilleurtaux.com, répond à nos questions sur une pratique qui « peut permettre de réaliser une économie substantielle », mais n’est pas adaptée à tous les dossiers.

(LaVieImmo.com) - Contrairement à fin 2010, les courtiers en crédit ne communiquent pas beaucoup sur la renégociation…

Sandrine Allonier : Tout simplement parce que les ménages qui auraient le plus intérêt à renégocier aujourd’hui leur emprunt l’ont, pour la plupart, déjà fait entre l’automne 2010 et le printemps 2011. Je pense notamment à ceux qui avaient contracté un emprunt sur 20 ou 25 ans en 2008-2009. Il n’en reste plus beaucoup aujourd’hui…

Le critère du différentiel de taux est-il suffisant pour déterminer si une renégociation est intéressante ?

Sandrine Allonier : On considère généralement qu’il faut que le taux renégocié soit inférieur de 0,8 à 1 point au taux initial. Ce critère est un indicateur utile, mais pas suffisant. Il faut également tenir compte de l’ancienneté du taux et du degré d’amortissement du capital, les deux étant d’ailleurs liés. Renégocier un taux d’intérêt n’a de sens que pour un emprunteur qui rembourse proportionnellement plus d’intérêt que de capital chaque mois. Soit, dans le cadre d’un emprunt à taux fixe, pendant les premières années du prêt. Prenons l’exemple d’un ménage qui aurait contracté au cours de l’été 2011 un emprunt sur 20 ans assorti d’un taux de 4,1 %. S’il renégocie aujourd'hui, il peut obtenir un taux 3,40 % sur les 18 ans qu’il lui reste à rembourser. L’écart de taux n’est ici que de 0,6 point. Mais comme les mensualités de remboursement sont encore composées en majorité d’intérêt, l’impact de la baisse du taux va jouer à plein : l’emprunteur économise près de 15 000 euros sur le coût total de son crédit.

Les emprunteurs qui ont emprunté l’année dernière peuvent donc penser à renégocier ?

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Sandrine Allonier : Il n’y a pas de règle, mais pour certains d’entre eux, la renégociation est envisageable et peut permettre de réaliser une économie substantielle. Il faut étudier au cas par cas.

Quels sont les frais liés à la renégociation ?

Sandrine Allonier : L’emprunteur qui renégocie doit acquitter ce qu’on appelle une indemnité de remboursement anticipé (IRA), dont le montant est généralement égal à 3 % du capital restant dû. S’ajoutent des frais de garantie de l’ordre de 1,2 % du montant du crédit et des frais de dossier pour la souscription du nouveau crédit, d’environ 500 euros. Il faut évidemment tenir compte de ce coût pour déterminer si l’opération est intéressante ou non.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...