Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 28 août 2009 à 12h42

"Il n'y a pas de raréfaction du crédit immobilier en France"


(LaVieImmo.com) - Philippe Taboret prédit une fin d’année bien orientée sur le marché du crédit immobilier. Le directeur général adjoint du courtier Cafpi estime que les emprunteurs devraient bénéficier de la poursuite du mouvement de baisse des taux d’intérêt et de la concurrence que se livrent les banques pour gagner de nouveaux clients.

Lavieimmo.com : Votre dernière étude décrit une demande de prêts immobiliers moins forte mais des banques qui continuent de prêter…

Philippe Taboret : Ce que nous avons voulu montrer, c’est que le taux d’octroi de crédit immobilier reste relativement stable dans le temps. Le système s’était momentanément grippé, début 2008, en réaction à la crise des subprimes. Mais dès que les banques ont compris qu’elles ne couraient pas les mêmes risques que leurs consœurs anglo-saxonnes, elles ont recommencé à prêter dans les mêmes proportions qu’auparavant. Les chiffres dont nous disposons montrent ainsi que près de 50 % des demandes de prêts reçues par Cafpi depuis le début du troisième trimestre ont débouché sur un contrat, soit un niveau comparable à celui du deuxième trimestre 2007. Ce constat est intéressant car il va à l’encontre d’une idée reçue particulièrement tenace sur la raréfaction du crédit en France. Les banques accordent peut-être moins de crédits aux entreprises et de crédits à la consommation, mais elles n’ont pas modifié leurs habitudes en matière de crédit immobilier, qui reste un produit peu risqué.

Lavieimmo.com : Les taux des crédits immobiliers ont perdu plus de 1 point depuis l’automne 2008. Ont-il encore une marge de baisse ?

Philippe Taboret : Plusieurs éléments laissent présager une poursuite du mouvement. Tout d’abord, le quatrième trimestre est une période traditionnellement faste pour le crédit immobilier, les banques ayant tendance à adoucir leurs conditions d’octroi afin de remplir leurs objectifs commerciaux à l’approche de la fin de l’année. Or on sait que les banques, qui sont globalement loin d’avoir rempli ces fameux objectifs, ont suffisamment reconstitué leurs marges pour que cet effort se fasse sans douleur. Un autre élément est à prendre en compte : la nouvelle baisse probable des taux d’intérêt de la Banque centrale européenne (BCE) d’ici le mois d’octobre, qui leur facilitera la tâche.

En moyenne, un ménage qui emprunte pour une durée de 15 ans obtient à l’heure actuelle un taux inférieur à 4 %. D’ici la fin de l’année, ce taux devrait être accessible aux emprunteurs qui s’endettent sur 20 ans.

Lavieimmo.com : Compte tenu de cette baisse, conseillez-vous aux emprunteurs qui ont contracté un emprunt l’année dernière de renégocier leur crédit ?

Philippe Taboret : Cette possibilité a été largement évoquée dans la presse, mais il ne faut pas oublier que le nombre de ménages concernés est minime. Seuls ceux qui ont signé entre le deuxième et le troisième trimestre, pendant la période de remontée des taux qui a culminée au mois d’octobre, auraient éventuellement intérêt à faire modifier les clauses de leur contrat. Soit un nombre d’emprunteurs finalement plutôt négligeable. Au-delà de ça, la renégociation n’est pas vraiment une option, dans la mesure où les banques n’entrent dans leurs frais qu’au bout de quatre ou cinq ans… Aucun établissement n’acceptera de renégocier au bout de si peu de temps. Reste le rachat de crédit. Cette solution peut permettre une économie, mais il faut savoir qu’elle est lourde et coûteuse, du fait notamment de pénalités de remboursement anticipé équivalentes à 3 % du montant du prêt. La démarche me paraît néanmoins plus justifiée si elle est couplée à des travaux d’amélioration de la qualité énergétique du logement, sachant que l’emprunteur a la possibilité de bénéficier des avantages de l’éco-PTZ.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...