Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 30 juin 2011 à 15h44

Immobilier : "Le prêt à taux zéro est inefficace à Paris"


Sandrine allonier, responsable des études économiques
Sandrine allonier, responsable des études économiques
Sandrine allonier, responsable des études économiques (©dr)

A l’occasion de la présentation, jeudi, du baromètre Meilleurtaux de l’immobilier francilien, Sandrine Allonier, responsable des études économiques du courtier, dresse un premier bilan de l’évolution du marché du crédit immobilier dans la région en 2011.

(LaVieImmo.com) - Les taux d’intérêt immobilier sont-ils plus avantageux à Paris qu’ailleurs ?

Sandrine Allonier : Ils se situent, globalement, dans la moyenne nationale. Il y a quelques jours, nous avons publié le classement des taux de crédit dans les dix plus grandes villes de France. Paris se classe en quatrième position, derrière Nantes, Lille et Marseille, mais devant Strasbourg et Bordeaux, par exemple. Dans le détail, on observe cependant que les Franciliens bénéficient de taux un peu plus avantageux que les autres sur les emprunts à 20 ans. Les prix sont plus élevés à Paris que dans le reste du pays, mais le montant moyen des apports et les revenus des emprunteurs le sont aussi… Partant, les candidats à l’accession s’y endettent rarement sur plus de 20 ans. La concurrence entre les banques sur cette durée est très forte, et cela se répercute dans leurs barèmes.

Comment la demande a-t-elle évolué au premier semestre, dans un contexte de hausse à la fois de taux et de prix ?

Sandrine Allonier : Elle a baissé, assez logiquement, même si l’envie de devenir propriétaire reste très présente. Le nombre de dossiers traités par Meilleurtaux a reculé de 10 % sur un an premier trimestre, ce qui est globalement conforme à la baisse des transactions observée par les notaires [-8 %, NDLR]. Le vrai frein, c’est la hausse des prix. Les taux ont augmenté de 0,30 point sur la période [0,60 point sur les six premiers mois de l’année], ce n’est pas ça qui a désolvabilisé les acquéreurs.

Parallèlement, on constate également un déplacement de la demande de Paris vers la banlieue, avec une prédilection pour la petite couronne. 47 % seulement des dossiers déposés au premier trimestre par des Parisiens ont concerné une acquisition à Paris intra-muros, ce qui est plutôt faible…

Ce n’est pas le cas dans les autres grandes villes ?

Sandrine Allonier : Pas dans de telles proportions, non - même s’il est vrai qu’avec la hausse des prix, les acquéreurs ont de plus en plus tendance à privilégier la périphérie des villes pour acheter plus grand, et moins cher.

Quelles sont vos prévisions pour le second semestre ?

Sandrine Allonier : Malgré une pause en juin, la hausse des taux va probablement reprendre à la rentrée, et je ne serais pas étonnée que les taux d’emprunt à 20 ans dépassent les 4,50 % d’ici la fin de l’année. C’est encore historiquement peu élevé, mais cela risque, assez rapidement, de peser sur la capacité d’emprunt des acquéreurs. Surtout à Paris et en Île-de-France, où ils doivent compter avec la hausse des prix que l’on sait. D’ores et déjà, pour 15 à 20 % des dossiers que nous traitons dans la région, nous devons rechercher une solution pour faire baisser le coût total du crédit (allongement des durées, délégation d’assurance, crédit à taux mixtes…).

En mars, vous comptiez beaucoup sur l’effet solvabilisateur du nouveau prêt à taux zéro (PTZ+) pour contrer la hausse des taux. Le dispositif a-t-il tenu ses promesses ?

Sandrine Allonier : Oui et non… En volume, le PTZ+ est une réussite : la moitié des dossiers sont assortis d’un prêt à taux zéro, contre à peine 34 % l’année dernière. En termes de montant, le bilan est moins bon… En moyenne, à Paris, un couple avec enfant qui achète un bien à 550 000 euros obtient un PTZ+ de 32 950 euros. Si on ne tient pas compte des biens neufs (environ 23 % des transactions, quasi-exclusivement pour des biens en première et deuxième couronnes), on tombe à 21 000 euros (pour une performance énergétique moyenne). Compte tenu du niveau de valorisation des biens immobiliers, ce montant est dérisoire, il paye à peine les frais de notaire ! Dans ces conditions, il est difficile de considérer le PTZ+ comme un outil d’aide à l’accession à la propriété. Certainement pas à Paris, mais guère plus dans les grandes villes de province, où les prix de vente ont beaucoup monté ces derniers mois et où la construction neuve reste largement minoritaire.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 03/07/2011 à 21:50 par investisseur pro

    allez les mecs, les petits jeunes, achetez achetez au prix fort: ahahhahahhahha
    quand vous aurez les huissiers cherz vous, que , dans un an, vous allez mettre votre maison aux encheres, moi je serai la, avec mon avocat, pour vous les archetez, a un prix divise par trois.. ahahahhahahhahahahhahahha hahahha
    je maime...oh que je maime....

  • 0 Reco 03/07/2011 à 19:54 par Jean

    moi jai mes 524,000 euros en poche les gars, et vous vos apparts: ahahhahahahhaa. sauf que vos apparts, vous aurez du mal a le svendre les gars, sauf en les bradant: ahahahahhaha

  • 0 Reco 02/07/2011 à 11:49 par Investisseur pro

    vendez les petits vendez vendez.. ahhahahhahaha car ca peter et tres fort.... les prix, badaboom, ca va descendrre en fleches. Le francais par nature paniquent.... Vous allez voir: tout le monde va paniquer comme des c... Vendez avant le mouvement de panique. ahahahahhaa

  • 0 Reco 01/07/2011 à 18:23 par Antoine

    Lapoliss mais ya toujours moyen de le restaurer. quand je vois des merdes vendues plus chers que le neuf par des grand-meres, sous le conseil avises des agences, moi ca me revoltent..

  • 0 Reco 01/07/2011 à 16:41 par Lapoliss

    Tout dépend du bien, quand même ;)

  • 0 Reco 01/07/2011 à 16:26 par Antoine

    les agences comptent sur le fait de trouver un pigeon bourere de tune qui ait le fameux coup de coeur a la con. Moi le coup de coeur, je l'aurais quand un proprio me fera une ristourne de 20% :)

  • 0 Reco 01/07/2011 à 16:25 par Antoine

    d'experience et de vecu.... quotidien... les agences prennent les acheteurs pour des c... Elles ont pour mot d'ordre de dire: " CEST PAS NEGICIABLE, ACHETEZ AU PRIX."

    Et apres, ces memes agences s'etonnent qu'on les evitent....:)))

  • 0 Reco 01/07/2011 à 16:06 par Lapoliss

    @Antoine
    Vous parlez d'expérience ?

  • 0 Reco 01/07/2011 à 15:36 par Antoine

    Ronan , on sent le parisien vise qui a achete au prix, sans negicie, et qui aurait facilement economise plusieurs dizaines de milliers d'euros en ayant ete moins c.. :)))))

  • 4 Reco 01/07/2011 à 12:03 par Ronan

    @ Antoine:
    Crétin vous êtes bourré de préjugés

  • 0 Reco 01/07/2011 à 11:39 par Antoine

    evidemment: les maisons sont toutes classes E, F, G, voire Z.... Ce sont de vieilles maisons pourries ou habitaient des vieux, qui vendent a des prix de fous, sous les conseils des agences. Et ca ne se vend pas, a moins qu'un c.. de parisien, bourre de tune, et qui ne connnait pas la vraie vie, achete sans negocier.

    Quand est-ce que les acheteurs parisiens seront moins c... et commenceront a negocier?

  • 0 Reco 30/06/2011 à 18:15 par Kara

    Vivement le dégonflement de la bulle immobilière !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...