Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 15 juin 2012 à 17h33

"L'encadrement des loyers doit se faire dans la souplesse"


Jean Perrin, président de l'UNPI et de l'observatoire Clameur
Jean Perrin, président de l'UNPI et de l'observatoire Clameur
Jean Perrin, président de l'UNPI et de l'observatoire Clameur (©dr)

Au lendemain de l’annonce de sa nomination à la présidence de l’observatoire Clameur*, Jean Perrin, président de l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), répond aux questions de LaVieImmo.com.

(LaVieImmo.com) - Votre nomination intervient à un moment un peu particulier, en pleine préparation d’un encadrement des loyers, projet contre lequel vous n’avez jamais caché votre opposition

Jean Perrin : Je suis fermement attaché à la liberté de marché, et reste convaincu que l’accumulation de règles et de contraintes n’est pas une bonne chose. Cela dit, puisque le gouvernement est résolu à encadrer les loyers et qu’il a choisi de le faire après concertation avec les différents responsables immobiliers, j’ai jugé préférable de participer à la réflexion plutôt que de rester à l’écart. De composer plutôt que de m’opposer. C’est ce que j’ai dit à Cécile Duflot quand je l’ai rencontrée. Cela vaut d’ailleurs autant au niveau de l’Union nationale de la propriété immobilière, que je préside, que de l’observatoire Clameur.

Le ministère du Logement a chargé l’Agence nationale pour l'information sur le logement (Anil) et l’Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap) de réfléchir à un système de miroir des loyers fonctionnant sur la base d’observatoires locaux. Quelle peut être la place de Clameur dans ce projet ?

Jean Perrin : Nous sommes ouverts à la discussion. Je pense que les pouvoirs publics sont en train de prendre conscience de l’ampleur et de la difficulté du chantier que représente la mise en place d’une série d’observatoires régionaux. Sans parler de son coût. Clameur existe depuis près de quinze ans. Il couvre pas loin de 1 500 villes sur l’ensemble du territoire et regroupe des données fournies à la fois par des groupes de l’immobilier, des particuliers et – au travers de la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP) et de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) – l’Etat... Sachant cela, il serait dommage de ne pas l’associer aux travaux en cours. Je ne sais pas encore sous quelle forme, ni avec quels ajustements éventuels, mais je fais pleinement confiance au sérieux du Professeur Michel Mouillart, son directeur scientifique.

Vous parliez de « composer » avec l’encadrement des loyers. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Jean Perrin : Si les loyers doivent être encadrés, autant que cela se fasse dans les meilleures conditions et le plus intelligemment possible. J’ai notamment alerté Cécile Duflot sur la situation des propriétaires qui font réaliser des travaux d’économie d’énergie – travaux lourds, coûteux, qui améliorent l’efficacité énergétique des logements et réduisent les charges des locataires qui les occupent. J’ai également attiré son attention sur la nécessité de limiter l’application de l’encadrement à certaines zones économiques et géographiques très précises. Cette réforme doit être placée sous le signe de l’adaptation et de la souplesse, pas du dogmatisme. C’est dans ce même état d’esprit que l’UNPI participera aux grands débats sur la réforme de la loi de 1989 sur les rapports locatifs, prévue pour l’été 2013.

*Connaître les loyers et analyser les marchés sur les espaces urbains et ruraux

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 23/06/2012 à 18:15 par jojo122

    C'est qui lui ??? un parasite de plus ?

  • 0 Reco 19/06/2012 à 11:07 par Onaniste

    faites comme moi, louez au black, rien à foutre de ces règlements à la con

  • 0 Reco 18/06/2012 à 18:08 par hollande nanar

    Bonsoir Marc,
    Je n'ai pas dit que je laisserai les appartements à l'abandon.
    Mais je les chouchoutais car ce sont des meublés: peinture impeccable, réassort du linge et du mobilier, changement d'électo-ménager de bonne qualité etc.
    Mais là je vais un peu me faire tirer l'oreille lors des relocations. Même cher, je louais toujours dans la journée.

    Je pense comme vous pour Paris mais j'y habite et ne me voyais pas louer en province. D'où mes achats.
    A + sur ce site bien que j'y revienne très rarement.
    PSLe blog de qui vous savez à l'air de trèsd bien marché et je suis ravie pour lui car c'est quelqu'un de très bien.

  • 0 Reco 18/06/2012 à 09:00 par marc19

    Bonjour de bon matin,B2
    Mais le problème , à Paris , vient du fait que l'activité économique est hyper concentrée.
    Il faut croire, mais ce n'est pas mon avis, qu'il est impossible de vivre et de gagner sa vie correctement que dans l' ile de France .
    Nous avons des infrastructures remarquables , autoroutes , tgv, aéroports même si cela n'est pas encore parfait , pourquoi tous ces politicards n'incitent pas à installer ailleurs les entreprises et leurs fameux bureaux ......................
    Mais ce doit être une réflexion d'un autre temps ..................
    Je ne crois pas qu'un bailleur (digne de ce nom) accepte de laisser à l'abandon son logement sous prétexte qu'on lui interdit une augmentation à la relocation.
    Quant à investir sur Paris , c'est un débile , de toutes façons, avec des rentas de 3 % dans le meilleur des cas avec tous les soucis , en prime .
    Je crois que cette mesure est à minima et n'inquiètera , finalement , personne .
    De l'esbrouffe , quoi ......................... ....pour faire plaisir à certains électeurs .

  • 0 Reco 18/06/2012 à 07:44 par hollande nanar

    Bonjour Marc,
    Les profiteurs louent des logements indignes à des prix moyens. Donc ne seront pas impactés par l'encadrement des loyers.
    En revanche pour ceux qui louent avec de bonne prestations à des prix assez chers, oui, ceux-là seront découragés.
    Pour ma part, avec ce blocage, je ferai juste le strict minimum (et encore!) lors des relocations.
    De toute manière, à Paris le marché de la location est si tendu que si les prix des locations baissent, je ne louerai plus qu'à des candidats au dessus de tous soupçons.
    Dans un an, je vous assure (foi de B2 mais vous m'aviez reconnu), la crise du logement locatif à Paris sera explosive (plus personne n'investira pour louer car seuls ceux qui veulent habiter achèteront).
    Vous allez me dire Marc qu'encore faudrait-il avec les prix le pouvoir.
    Mais n'en doutez pas, les parisiens gagnent beaucoup plus qu'on ne le croit. Même s'ils votent à gauche.

  • 0 Reco 17/06/2012 à 19:02 par marc19

    Aucune affinité avec ce qui ressemble de prés ou de loin à du socialisme , mais que l'on bride les excés me semble aller dans le bon sens .
    Les profiteurs profiteront un peu moins .........................

  • 0 Reco 15/06/2012 à 19:52 par Olivier

    Ce n'est vraiment pas le moment d'acheter! Les prix ont entamé leur baisse et ca va faire tres tres mal dans pas longtemps!

  • 0 Reco 15/06/2012 à 18:22 par hollande nanar

    Selon Jean Perrin:

    "Cette réforme doit être placée sous le signe de l’adaptation et de la souplesse, pas du dogmatisme".

    C'est bien mal connaître les socialistes et surtout les Verts qui ont le dogmatisme chevillé au corps.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...