Interview
LaVieImmo.com
Interviewmercredi 22 août 2012 à 09h03

"La baisse des prix dans le haut de gamme est un fantasme !"


Laurent Demeure, Président de Coldwell Banker France et MonacoLaurent Demeure, Président de Coldwell Banker France et Monaco (©dr)

Laurent Demeure, Président de Coldwell Banker France et Monaco, fait le point pour LaVieImmo.com sur l’immobilier de luxe. Dans l’hexagone et ailleurs. Selon lui, ce segment n’est « pas impacté » par la conjoncture.

(LaVieImmo.com) - On dit que l’immobilier de luxe ne connait pas la crise. Cela se vérifie-t-il en ce moment ?

Laurent Demeure : C’est un marché qui tient bon, en effet, comparé à l’immobilier de moyenne gamme. Nous observons toutefois une baisse de demande dans le prestige pour les biens entre 1 et 3 millions d’euros, qui correspondent à des achats le plus souvent effectués par des Français. Mais le segment de l’exceptionnel, dans lequel les acheteurs sont des étrangers, n’est pas impacté. Ce qui pourrait changer avec la mise en place de la contribution exceptionnelle sur la fortune, de même que le durcissement de la fiscalité des plus-values immobilières.

Quid des prix ?

Laurent Demeure : Il n’y a pas eu de chute depuis 2011. Les prix sont comparables. La baisse des prix dans le secteur du haut de gamme est bien un fantasme ! Quelque 10 000 ventes ont été réalisées à des prix supérieurs à 1 million d'euros. A l‘inverse, nous n’assistons pas non plus à une hausse des prix. A Paris, Coldwell Banker a vendu récemment un pied à terre au cœur de Saint Germain des Prés, dans le 6ème arrondissement de Paris, pour plus de 4 millions d’euros à un industriel européen amoureux du quartier. Egalement, un bel appartement parisien avec vue sur la Tour Eiffel qu’un Brésilien a offert à son épouse en signant un chèque de 5 millions d’euros. Un client a par ailleurs acquis trois étages d’un immeuble pour créer un triplex d’une très grande surface, dans le 8ème arrondissement de Paris, pour un prix au-delà de 7 millions d’euros...

Et ailleurs ?

Laurent Demeure : Hors de la capitale, une superbe propriété a été vendue sur les hauteurs de Ramatuelle, acquise pour plus de 4 millions d’euros - c'était le cadeau d’anniversaire d’un homme d’affaires vivant à Londres à son épouse. A Monaco, enfin, dans le carré d’Or, les prix peuvent toujours monter jusqu’à 40 000 euros le mètre carré. Mais dans la principauté existent aussi des prix plus raisonnables.

Quels sont les endroits les plus recherchés par la clientèle fortunée ?

Laurent Demeure : L’appétence est forte pour Paris, qui reste une place de choix dans le luxe. Pour de nombreux acheteurs, la capitale représente en effet le summum de la réussite. Ce qui est un peu moins vrai pour la Côte d’Azur, même si on ne peut pas parler véritablement de désaffection. Pour ce qui est de l'étranger, le Brésil est un autre marché important, avec Rio ou Sao Paulo, ainsi que la zone Caraïbes. Le Canada est aussi un marché en croissance, avec Toronto par exemple. Une ville qui compte beaucoup d'expatriés. Nous assistons à l’essor de la Mongolie, où progressivement des élites se mettent en place.

Au contraire, y a-t-il des marchés boudés en ce moment ?

Laurent Demeure : Les marchés tunisien, et dans une moindre mesure, marocain, ont subi un coup de frein depuis les événements liés au Printemps arabe. Mais nous notons que Dubaï, après avoir essuyé un gros coup de frein il y a quelques années, est bien reparti. Tout comme la Floride. La tendance est redevenue très bonne là-bas : nous venons de signer une transaction record à Miami, la vente d’une propriété de 47 millions de dollars sur l’île d’Indian Creek. Plus globalement l'ensemble du marché américain renoue avec la croissance, il pourrait même redevenir moteur dans le marché du prestige...

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 09/01/2013 à 15:01 par Fredb

    alors ? toujours du même avis?

  • 0 Reco 22/08/2012 à 12:34 par doriandoy

    Combien de ventes dans l'ancien à Monaco en 2010?? Et combien les années précédentes et suivantes?

    Le marché même sur le luxe peut se tarir. Quand il n'y a plus de place pour la spéculation, les produits perdent leur valeur, c'est valable pour l'or, comme pour l'immobilier de luxe.

    La différence, c'est que les vendeurs peuvent se permettre d'attendre. Mais s'ils voient que sur le long terme les prix continueront à se péter la gueule, ils vendront.

    Message édité 22/08/2012 à 12:43

  • 0 Reco 22/08/2012 à 11:24 par pas-peur-d-etre-riche

    Ben ouais, le luxe c'est un investissement durable. Raison de plus pour être riche !

  • 0 Reco 22/08/2012 à 11:23 par boby

    amusant de lire ca, quand on voit partout :grece,espagne ,portugal, angleterre, irlande,islande qui est ruiné je precise, etc etc en pleine chute libre,
    il est encore peu jeune et ne comprend pas ce que veut dire le mot macroeconomie.
    et pour dubai c est une montagne de credit sur des credit avec des investiseurs qui sont en ce moment meme en prison la bas en train de faire une greve de la faim pour attiré l attention sur leur sort....je dirais plutot prauvre de nous comment ca va finir tous ca,c est plutot ca la vrai question

  • 0 Reco 22/08/2012 à 10:22 par n'importe quoi

    Sachant que tout va s'effondrer, les grosses fortunes mettent leur argent dans la pierre.