Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmardi 9 août 2011 à 12h10

"La conjoncture incite à vendre son bien avant d'en acheter un"


Bernard Thion, professeur et chargé d'étude pour Immonot
Bernard Thion, professeur et chargé d'étude pour Immonot
Bernard Thion, professeur et chargé d'étude pour Immonot (©dr)

Observant « un retournement de l’immobilier en France », les notaires de province estiment dans un sondage publié par Immonot.com qu’il est temps de revendre son bien avant d’acheter. Bernard Thion, professeur en charge des études pour l’agence de communication notariale, revient sur l’inquiétude des notaires face à la baisse des prix.

(LaVieImmo.com) - 34 % des notaires qui ont répondu à votre enquête sur les prix de l’immobilier en France ont majoritairement fait part d’une baisse…

Bernard Thion : Tous les deux mois, Immonot.com prend le pouls de l’avis des notaires au sujet des prix, et ce sur l’ensemble du territoire. Il s’agit d’observer leurs avis sur l’évolution des prix dans les deux mois passés et les deux mois à venir. Dans notre dernière enquête, 42 % d’entre eux ont en effet mentionné en premier une chute d’activité plus importante que celle qui est traditionnellement rapportée en été, pourtant d'habitude orientée à la baisse. Et parallèlement à cela, une baisse des prix a en effet été constatée en province par 34 % des notaires questionnés, alors que très peu [11 %, NDLR] ont fait état d’une hausse, en province, bien sûr. En bref, ils sont de plus en plus nombreux à témoigner en faveur d’un retournement du marché immobilier en France.

Justement, les notaires conseillent de procéder à « la revente avant l’achat d’un nouveau bien plutôt que l’inverse », révèle votre note. Un message lourd de sens, non ?

Bernard Thion : Pas tant que cela, si l’on considère la marge de manœuvre des notaires dans leurs conseils aux particuliers. Une seule alternative : Ou bien acheter d'abord, puis revendre, ou bien vendre puis acheter. Aujourd’hui, ils pensent majoritairement que le marché est vendeur, c’est-à-dire que la conjoncture est plus propice à une revente d’un bien immobilier avant d’acheter, plutôt que d’acheter avant de revendre. Même chose pour les terrains, qui commencent à être plus « vendeurs » qu’avant. Mais n’y voyons qu’un conseil de prudence, cela signifie qu’il est d’abord plus sûr de procéder dans cet ordre là.

L'écart semble se creuser entre Paris – où les prix ont franchi les 8 000€/m² selon les notaires franciliens -, et la province, où de plus en plus de villes voient leurs prix se contracter. Quelle est votre analyse ?

Bernard Thion : J’ai indiqué, lors d’une précédente étude, que la moitié des très hauts revenus français environ résidait à paris. Chiffre qui représente environ 1 % de la population. Ces patrimoines, voyant les différents placements évoluer de façon de plus en plus incertaine actuellement, ont logiquement tendance à se tourner vers le marché immobilier. Ils ne se soucient guère des hausses prix, et donc privilégient un achat dans la capitale. Ce qui n’est pas le cas en province, excepté quelques cœurs de ville, où le même phénomène peut se retrouver. Dans une plus faible mesure, toutefois.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 15/08/2011 à 15:14 par antoine

    chute libre dans le 20eme (chiffre du mois d'aout , source sure)

  • 1 Reco 12/08/2011 à 00:22 par Imortderire

    A Paris les prix baissent !!!!!!!!! selon le dernier indice "seloger" du mois de Juillet.

    Toutes les agences même dans le centre de Paris regorgent d'annonces à vendre en ce moment, il suffit de se ballader pour le constater.

  • 0 Reco 09/08/2011 à 16:52 par Poluxx

    Allons allons clamons nous. Lutès ne risque rien, j'en suis persuadé. C'est d'ailleurs "les notaires de province" qui sont mentionnés. @basquais : revends ton terrain; 5000 ça dépend pour quelle surface et quel emplacement.

  • 0 Reco 09/08/2011 à 16:50 par Stoube

    les prix contiuene de augmenté partout a paris; il ya plus de place dan sles apartment.

  • 0 Reco 09/08/2011 à 15:06 par basquais

    Oui je me base sur ma région. Tout est dévalué das le coin et les commerces ferment. C'est rural et les prix n'ont jamais été aussi bas depuis dix années.

  • 0 Reco 09/08/2011 à 14:55 par MisterHadley

    Gratuitement, j'ai dit... ;)

    Sinon, je note que ton analyse ne se porte donc que ce sur ce que tu détiends, un terrain non constructible à pétaouchnock, donc...

    De là à affirmer que "les terrains ne sont plus rentables", il y a océan, quand même...

    ;)

    Message édité 09/08/2011 à 14:56

  • 0 Reco 09/08/2011 à 14:55 par Poluxx

    Mais c'est que ça se bat à coups de terrains non-constructibles ?

  • 0 Reco 09/08/2011 à 14:43 par basquais

    Ah ouais bonhomme ? tu veaux me racheter mon terrain ? non contructible, à 16 kilometres de Chatellerault. Je te le fais à 5 000 euros. Parce que c'est toi.

  • 1 Reco 09/08/2011 à 14:35 par MisterHadley

    Si tu ne sais pas quoi en faire, de tes terrains "pas rentables", je veux bien te rendre service exceptionnellement, et t'en débarrasser gratuitement, si tu insistes si lourdement...

    Mais parce que c'est toi, hein, sinon... ;)

  • 0 Reco 09/08/2011 à 14:16 par basquais

    Les terrains ne sont plus rentable a lheure actuelle.

  • 0 Reco 09/08/2011 à 12:17 par Poluxx

    Sauf à paris, où vous pouvez faire dans l'ordre que vous voulez. au moins pendant encore un an de stabilité. Et sauf si le bien en question est de mauvaise qualité, où il faut le revendre d'abord.

  • 0 Reco 09/08/2011 à 12:15 par Poluxx

    Bien entendu !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...