Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 30 octobre 2008 à 09h00

"La construction ne devrait pas relever la tête avant plusieurs mois"


(©dr)

(LaVieImmo.com) - Tous les mois, Markit demande à un panel de professionnels des achats du secteur de la construction d’évaluer leur environnement économique. Les réponses obtenues sont transformées en indices, qui permettent un suivi dans le temps de l’évolution de cet environnement. Les indices sont numériques : supérieurs à 50.0 ils sont signe d’une amélioration, inférieurs à 50.0 ils traduisent une détérioration, la valeur 50.0 reflétant une absence de changement. L’indice principal (Indice des Acheteurs – PMI®) mesure l’activité globale des entreprises participant à l’enquête. Il est ressorti à 42.0 en septembre, inférieur à 50.0 points pour le quatrième mois consécutif mais à son plus haut depuis le début de l’été. Jack Kennedy, économiste chez Markit, revient pour Lavieimmo.com sur les conclusions de la dernière étude.

Lavieimmo.com : Peut-on voir dans la remontée de l’indice d’activité globale le signe d’une amélioration de la situation ?

Jack Kennedy : L’indice a rebondi de plus de trois points sur son plus bas du mois d’août, mais il n’est pas repassé au-dessus du seuil des 50 points pour autant. Cela fait maintenant quatre mois que l’activité dans la construction se replie, ce qui n’était plus arrivé depuis plus de cinq ans. Malgré la hausse de l’indice observée, près du tiers des entreprises interrogées enregistrent une baisse de leur activité, et plus de la moitié d’entre elles ne constatent aucun changement…

D’autre part, il est difficile de parler d’amélioration quand l’indice mesurant le volume d’activité escompté, en baisse de près de 7 points, s’effondre à son plus bas historique. Plus de la moitié des répondants anticipent une baisse de leur niveau d’activité au cours des douze prochains mois : selon toute logique, le secteur de la construction ne devrait pas relever la tête avant plusieurs mois.

Lavieimmo.com : Qu’est-ce qui explique cette baisse ?

Jack Kennedy : La réduction du nombre de nouveaux contrats – plus de la moitié des entreprises interrogées enregistrent une diminution de leurs nouvelles commandes – et la difficulté d’obtenir des financements pour de nouveaux projets. Ces deux éléments, directement liés à la dégradation de la conjoncture, pèsent sur le niveau de confiance des entrepreneurs et concourent à la faiblesse de l’indice du volume d’activité escompté.

Lavieimmo.com : En septembre, comme en août, c’est dans la construction de logements que la baisse d’activité est la plus marquée…

Jack Kennedy : Aucun des grands secteurs de la construction ne va bien, mais le logement a plongé plus tôt et de manière plus franche que les bureaux et le génie civil. Cela s’explique par le ralentissement du marché immobilier et la hausse des stocks de maisons et d’appartements invendus. Depuis le mois de septembre de l’année dernière, l’indice mesurant l’activité dans le secteur du logement n’a connu que deux brèves incursions au-dessus de la barre des 50 points : en décembre 2007 et en février 2008. Après avoir touché un plus bas historique de 26.4 en juin, il remonte lentement mais reste, à 37.1 en septembre, inférieur aux indices des deux autres secteurs (44.9 pour les bureaux, 39.4 pour le génie civil). Une situation qui devrait perdurer au moins jusqu’à la fin de l’année.

Lavieimmo.com : Quelles conséquences sur l’emploi ?

Jack Kennedy : Sans surprise, les entreprises réduisent leurs effectifs… L’indice de l’emploi, qui mesure les variations mensuelles du nombre de salariés de chaque entreprise participant à l’enquête, est tombé à 40.0 en septembre. Là encore, un plus bas historique. Cette baisse des effectifs va de pair avec le ralentissement de l’activité et l’affaiblissement des nouvelles commandes.

Lavieimmo.com : la situation française est-elle comparable à celle des autres pays de l’Union européenne ?

Jack Kennedy : La crise immobilière n’épargne aucun pays d’Europe. Malgré des situations nationale très différentes, la France, l’Allemagne et l’Italie ont des indices d’activité comparables en septembre (de respectivement 42, 44.9 et 41.4), et partout, la contraction est au plus fort depuis le deuxième trimestre 2003. A noter cependant que la France a tenu le coup plus longtemps que ses deux voisins puisque l’activité dans le secteur de la construction y a progressé jusqu’au mois de mai, tandis que l’Allemagne est entrée en zone de contraction dès le mois de mars et que l’Italie n’a pas connu un seul mois de hausse depuis le début de l’année.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Les résultats de l'enquête Markit pour le mois d'octobre seront publiés le 7 novembre prochain.

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...