Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 10 juin 2011 à 15h09

"La crise immobilière espagnole durera encore au moins 3 ans"


Nicolas Tarnaud, expert immobilier
Nicolas Tarnaud, expert immobilier
Nicolas Tarnaud, expert immobilier (©dr)

Nicolas Tarnaud est expert en immobilier. Membre officiel de la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS), il est spécialiste des marchés français, européen et nord-américain. Il répond à nos questions sur l’état de santé du marché immobilier espagnol, et évoque au passage les situations aux Etats-Unis et en Allemagne.

(LaVieImmo.com) - Les derniers chiffres du ministère espagnol du Développement montrent une chute de 30 % des ventes de logements au premier trimestre 2011. Après quatre ans de crise, le secteur n’est donc toujours pas tiré d’affaire ?

Nicolas Tarnaud : Loin de là ! Il y a dix ou quinze ans, l’Espagne a tout misé sur le développement de son tourisme et l’essor de son secteur immobilier. Ce choix a porté ses fruits pendant de nombreuses années, mais il s’est avéré désastreux quand la crise économique de 2007-2008 a réduit l’afflux de touristes, et a fortement pesé sur la demande de logements. Une demande d’ailleurs largement satisfaite puisque le pays affiche encore aujourd’hui, malgré la généralisation des saisies de logements par les banques, l’un des taux de propriétaires les plus élevés d’Europe [82 %, NDLR]. Quatre ans après le déclenchement de la crise, près de 700 000 logements neufs sont inoccupés. C’est énorme ! Quand on sait que plus 20 % de la population active espagnole est au chômage et que ce taux approche les 45 % chez les moins de 25 ans, on voit mal comment l’accession à la propriété pourrait se débloquer avant deux ou trois ans - au mieux. Ne jamais oublier qu’il y a toujours une relation directe entre l’environnement macro-économique d’un pays et son marché immobilier.

Malgré tout, certaines villes, comme Madrid ou Barcelone, commencent à manquer de logements disponibles, faute de redémarrage de la construction…

Nicolas Tarnaud : Cette situation n’est pas propre à l’Espagne. Partout, crise ou pas, les besoins en logements sont plus forts dans les capitales et les grandes villes. C’est le cas en France, où le manque de biens disponibles tire les prix de l’immobilier à la hausse à Paris, par exemple. Même chose aux Etats-Unis : New York et Washington enregistrent depuis quelques mois une remontée de prix, alors que le reste du pays est encore majoritairement à la traîne. En règle générale, outre l’attrait économique qu’elles exercent, les grandes villes bénéficient de la présence d’investisseurs étrangers. Principalement des mexicains, des canadiens ou des chinois aux Etats-Unis ; de plus de ne plus de russes, scandinaves, voire des chinois et des indiens en Espagne, où le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero a pris des mesures pour promouvoir la vente d’immeubles aux étrangers, de façon à écouler le stock de logements neufs.

Pas d’investisseurs européens en Espagne ?

Nicolas Tarnaud : Si, bien sûr, mais les investisseurs européens ont tendance à attendre une meilleure visibilité de l’économie espagnole, et ils exigent des décotes plus importantes (prime de risque) de la part des promoteurs ou des vendeurs. Aussi la part des investisseurs extra-européens tend à progresser. Ceci dit, l’Espagne attire toujours beaucoup d’Allemands, qui investissent dans des résidences de tourisme, généralement en Andalousie, dans les Îles Canaries ou sur la Costa del Sol. Cette présence est facilitée par le fait que l’Allemagne, qui est actuellement le pays le plus dynamique économiquement en Europe, affiche par ailleurs, et vraisemblablement pour longtemps, l’un des taux de propriétaires les plus faibles de la zone [42 %, NDLR].

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 01/08/2011 à 18:37 par fred

    Je tente de louer une maison à l'année en Espagne, vu que les prix de la location ont aussi pas mal baisser.

    J'ai trouvé plusieurs maisons, à 700 € 200 m² de surface habitable avec piscine et terrains de 2000 m², mais je me pose la question, une arnaque ou pas ? quel est votre avis.

  • 1 Reco 17/06/2011 à 14:49 par investisseur pro

    Faux ca remonte deja : ahahhahahahhahha

    les journaltes et autre soi-disant pro de l'immo ny cnnaisse rien.

    Si javais un seul consei, ne jamais ecouter les journalistes et toujours anticiper.. moi je vous conseille d;acheter en espagne: cest maintenant ou jamais car ca remonte!

    mais surtout pas en France, car on vit en ce moment un debut de krach: tout est au rouge!

  • 0 Reco 11/06/2011 à 12:08 par NAV3LL

    Allez , au jugé la crise grecque dure encore 4 ans, la grippe de Sophie 6 jours et la cuisson de mon steack trois minutes.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...