Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 17 décembre 2010 à 14h15

"La faiblesse de la croissance soutient les prix de l'immobilier"


Olivier Eluère
Olivier Eluère
Olivier Eluère (©dr)

Olivier Eluère, économiste au Crédit Agricole, répond aux questions de LaVieImmo.com sur la forte remontée des prix de l’immobilier en France et les perspectives d’évolution du marché.

(LaVieImmo.com) - La dernière note des Notaires, qui fait état d’une hausse de 5 % des prix de l’immobilier en France, et de 20 % à Paris, vous étonne-t-elle ?

Olivier Eluère : Au-delà de la nouveauté d’un indice basé sur les promesses de vente, cette dernière publication des Notaires ne fait que confirmer le constat dressé le mois dernier : on assiste bien à une reprise plus rapide que prévu des transactions et des prix de l’immobilier en France. Très rapide même, puisque la période d’ajustement n’aura finalement pas duré plus de quelques mois… Ce n’est pas que je m’attendais à une chute marquée des prix - la pénurie de logements et la prudence des critères d’octroi de crédit des banques, notamment, soutiennent le marché. Néanmoins, un cycle de baisse ou de stabilisation de quatre à cinq ans semblait plus plausible qu’une telle remontée…

Comment expliquez-vous cette hausse ?

Olivier Eluère : Nous ne sommes pas dans un cycle normal. Ce regain de vigueur « prématuré » de l’immobilier a coïncidé avec une forte volatilité sur les marchés financiers et monétaires, et peut illustrer ce qu’on appelle « la valeur refuge de la pierre ». Le taux de rendement d’un bien immobilier est actuellement, et depuis plusieurs mois, supérieur au taux de rendement obligataire. Dire que la pierre rassure tient du poncif, mais cela concourt à creuser l’écart entre la demande et l’offre de logements. On se retrouve dans une situation paradoxale : on pourrait presque dire que la faiblesse de l’économie soutient l’immobilier ! L’autre élément d’explication est le bas niveau de l’offre, particulièrement en Ile de France. Dès que la croissance économique sera plus forte, que les marchés boursiers seront en reprise et que le taux de rendement obligataire aura repris quelques points, alors, on peut imaginer que le marché immobilier, privé de son aspect « refuge », connaîtra une accalmie.

Et un retour de la baisse des prix ?

Olivier Eluère : Les dernières années nous montrent qu’il convient d’être prudent quand on en vient à faire des prévisions ! Rien n’est impossible, et l’exemple de la crise immobilière des années 1990 nous montre que les baisses de prix fortes et rapides sont possibles. Néanmoins, en raison des fondamentaux solides du marché français et de l’insuffisance de l’offre, je continue de pencher pour un scénario plus mesuré. Après une hausse de l’ordre de 8 % cette année, les prix pourraient progresser plus faiblement l’année prochaine, de 3 % environ en moyenne nationale. La légère remontée à venir des taux d’emprunt devrait jouer en faveur d’une modération des prix.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 24/12/2010 à 00:58 par nico

    si des petits hommes verts débarquent pour acheter de l'immobilier avec d'énormes pépites d'or, alors les prix pourraient encore doubler à Paris.

  • 0 Reco 20/12/2010 à 22:52 par Misternolife

    La faiblesse des taux a sauvé le marché, enfin pas partout...

  • 3 Reco 17/12/2010 à 18:33 par MisterHadley

    Les deux dernières phrases, je cite le monsieur :

    "Par ailleurs, il est peu probable que les taux de crédit baissent encore beaucoup en 2010. Le marché résidentiel devrait au total connaître un redressement lent et hésitant, avec une faible hausse des ventes et une légère baisse des prix."

    Le bon peuple devra t-il supporter cette "amnésie" collective encore longtemps..?

    Quel crédit apporter aux "analyses" faites après ça..?

    L'économie ne mérite t-elle pas mieux, finalement..?

    Et surtout, l'immobilier..?

    Peut-on encore faire confiance au "système" puisqu'en plus de ne surtout pas se remettre en cause, ce même "système" fait "comme si de rien était" et, biensur, ne tire aucun enseignement de ces lamentables erreurs..?

    Combien de temps allons-nous devoir supporter ça..?

    Faut pas venir se plaindre ensuite, hein...

    Tsss...

  • 1 Reco 17/12/2010 à 18:24 par MisterHadley

    Les conclusions de la note trimestrielle n°23 de janvier 2010 seraient, là encore, "oubliées", alors..!?

    Ah, le net...

    Gigantesque mémoire... ;)

  • 0 Reco 17/12/2010 à 17:40 par mouais

    Et si tout ça était totalement décorellé ?

  • 0 Reco 17/12/2010 à 15:24 par debo76

    retour de croissance. Eh benh on peut l'attendre la baisse. Et l'autre qui dit qu'on bénéficie de la hausse des prix... Tssss.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...