Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 23 juillet 2010 à 08h50

"La Fnaim n'est pas en mesure de publier des chiffres"


Jérôme Bost
Jérôme Bost
Jérôme Bost (©dr)

Jérôme Bost est directeur de l'animation du réseau ERA France Immobilier. Pour LaVieImmo.com, il décrit un marché immobilier actif bien qu'encore à la traîne sur certains segments. Pour commencer, nous lui avons demandé ce qu'il pensait des différences de vision entre la Fnaim et Century 21.

(LaVieImmo.com) - La Fnaim et Century 21 viennent de publier leurs baromètres semestriels. Le premier décrit un marché immobilier stable, le second un marché en forte hausse. De quel côté vous rangez-vous ?

Jérôme Bost : Je n’ai pas lu les deux études en détail, mais a priori je ferais plutôt confiance à Century 21, simplement parce que c’est un réseau. Seules les têtes de réseau sont en mesure de connaître les chiffres des ventes réalisées par les agences. La Fnaim est une fédération, ses membres n’ont aucune obligation de lui communiquer leurs données. A titre d’exemple, les agences ERA affiliées à la Fnaim ne le font pas. La Fnaim est en mesure de dégager des tendances, pas de donner des chiffres.

Quelles sont les observations de ERA Immobilier ?

Jérôme Bost : Nous constatons qu’après deux années consécutives de baisse, le montant de l’enveloppe moyenne nécessaire pour acquérir un bien immobilier est à nouveau en progression. Selon nos projections, ce montant devrait être de 205 000 euros en moyenne nationale sur l’année, contre 186 000 euros en 2009 et 199 000 en 2008.

Vous confirmez donc que la crise est effacée en terme de prix ?

Jérôme Bost : Pas totalement… Même avec la hausse de 10 % que nous anticipons, on ne devrait pas retrouver les 218 000 euros que nous avions observés en 2007. Néanmoins on peut dire que le plus gros de la crise a effectivement été effacé.

Et en terme de transactions ?

Jérôme Bost : Le nombre de ventes est également reparti de l’avant : sur l’année, il devrait progresser de 13 % en moyenne. Parallèlement à tout ça, nous observons une stabilisation du nombre de mises en vente, qui avaient lourdement chuté en 2009 – de 22 % environ. Il est intéressant de noter qu’avec beaucoup moins de biens mis en vente, il se vend un plus grand nombre de produits… Il est important de noter que ces chiffres ne sont que des moyennes et cachent une multitude de situations particulières. Ainsi, les prix devraient progresser de 12 % cette année à Paris, stagner dans la région Aquitaine et baisser d’environ 10 % dans la Loire !

Constatez-vous un retour des secondo-accédants ?

Jérôme Bost : Ce que nous constatons de façon générale, c’est que les ventes qualifiées « de confort » ne se font plus. En schématisant, nous pourrions dire que les gens achètent et vendent parce qu’ils sont obligés de le faire, selon ce que nous appelons chez ERA Immobilier « la règle des quatre D » c’est-à-dire dettes, divorces, déménagement – côté mutation professionnelle – et décès. Ces transactions là se font, même si nous avions pu observer un blocage total du marché au tout début de la crise. Ce que nous observons de moins en moins, en présentant les choses un peu schématiquement, ce sont des cadres qui déménagent parce qu’ils ont envie d’avoir, par exemple, une pièce en plus. Les biens peu chers et les biens d’exception trouvent toujours preneurs assez facilement, les biens intermédiaires partent de façon plus aléatoire, voire pas du tout dans certaines zones. Cette situation est vérifiée partout, avec une notion de cherté et des tranches de prix très différentes selon les villes, bien évidemment.

Craignez-vous les effets d’une hausse des taux d’emprunt sur le marché immobilier ?

Jérôme Bost : Je crois qu’il faut rester raisonnable. D’une part, cette hausse, que beaucoup d’observateurs annoncent depuis plusieurs mois, ne s’est toujours pas vérifiée. D’autre part, s’il est effectivement possible que les taux remontent au cours des prochains mois, quel impact réel cette hausse peut-elle avoir sur le marché immobilier ? Un couple qui désirerait emprunter 165 000 euros sur 20 ans à 3,50 %, comme c’est possible aujourd’hui pour les bons dossiers, devrait rembourser une mensualité de 960 euros. Avec un taux de 4 %, cette mensualité est portée à 1 000 euros. Pensez-vous réellement que ces 40 euros mensuels fassent la différence ? Si le bien acheté correspond aux attentes de l’acheteur, j’en doute. D’autant que les acquéreurs remboursent généralement leur prêt avant terme.

La réforme des aides à l’accession et la disparition probable de certaines d’entre elles vous inquiète-t-elle ?

Jérôme Bost : Non. Nous entendons souvent des professionnels de l’immobilier ancien se plaindre du fait que le neuf est privilégié. Là encore, je pense qu’il faut relativiser. Même si la suppression de la déduction des intérêts d’emprunt, puisqu’il semble qu’elle devrait passer à la trappe l’année prochaine, risque de se faire sentir, ce n’est pas elle qui menacera le marché immobilier. Je vais plus loin, quand bien même le gouvernement ne déciderait de ne soutenir que l’immobilier neuf, cela ne serait pas totalement négatif pour nous : les logements neufs sont la matière première future de l’immobilier ancien !

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 12/08/2010 à 11:31 par Christelle

    Ca va plaire à nos amis de Century cette interview...

  • 0 Reco 25/07/2010 à 14:16 par zodiak

    Pour rappel :

    Paris +1,80 % / an
    Lyon -4,38 % / an
    Strasbourg -1,25 % / an
    Lille -2,14 % / an
    Nantes -4,03 % / an
    Grenoble -6,71 % / an
    Rennes -6,41 % / an
    Montpellier -5,50 % / an
    Bordeaux -3,42 % / an
    Toulouse -4,57 % / an
    Marseille -6,93 % / an
    Nice -5,20 % / an

    Effectivement ...

  • 0 Reco 25/07/2010 à 14:09 par zodiak

    C'est clair. C'est marrant , j'ai pas du tout cette impression sur le cote d'azur...
    Certe les prix ne baissent plus (et encore) mais ça se vend pas non plus...

  • 0 Reco 23/07/2010 à 20:35 par luciole

    Encore un parasite nuisible.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...