Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmercredi 23 septembre 2009 à 12h13

"La hausse des prix de l’immobilier pourrait reprendre en 2011"


(©dr)

(LaVieImmo.com) - Jean-Michel Six, chef économiste pour l'Europe à l'agence Standard & Poor's livre à Lavieimmo.com ses dernières prévisions pour le marché immobilier français. Le plus gros de la baisse est passé et la stabilisation devrait avoir lieu l'année prochaine, avant une légère hausse en 2011.

Lavieimmo.com : Fin juin, vous prédisiez une baisse 10 % des prix de l’immobilier en France en 2009. La fin du troisième trimestre approchant, maintenez-vous cette estimation ?

Jean-Michel Six : Les derniers chiffres disponibles, ceux de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) comme ceux des Notaires de France, font état d’une baisse des prix de l’ordre de 8 à 9 % en comparaison annuelle. Je pense que la tendance va se poursuivre à des rythmes comparables jusqu’à la fin du quatrième trimestre, et maintiens donc cette prévision d’une correction de 10 % sur l’ensemble de l’exercice. Si on affine le trait, on peut même dire que la baisse des prix devrait être de 10 % au maximum. Soit un ajustement non négligeable, mais qui confirme néanmoins la relative robustesse de l’immobilier français - en bonne place au sein du classement des marchés européens qui auront le mieux résisté à la crise.

Lavieimmo.com : Vous citez les chiffres de la Fnaim et ceux des Notaires. Que pensez-vous de la polémique sur la fiabilité des premiers ?

Jean-Michel Six : Cette polémique n’est pas neuve… La question de la fiabilité des chiffres de la Fnaim est régulièrement posée, elle a refait surface récemment du fait de la baisse du nombre de transactions immobilières et de la réduction de l’échantillon de la fédération. L’indicateur parfait n’existe pas. Le plus important, c’est que l’indice de la Fnaim donne une tendance et permet des comparaisons dans le temps. Il n’a pas vocation à être exhaustif et ne doit pas être pris comme tel. Cela vaut pour d’autres indices, en France comme à l’étranger.

Lavieimmo.com : Quelles sont les perspectives du marché immobilier français au-delà de 2009 ?

Jean-Michel Six : La tendance devrait rester baissière pendant encore quelques mois, avant une stabilisation courant 2010. La crise n’a pas remis en question l’une des principales caractéristiques du de l’immobilier français, à savoir le déséquilibre structurel entre l’offre et la demande de logements. Cela fait maintenant plusieurs mois que les vendeurs rechignent à baisser leurs prix tandis que les acheteurs, eux, attendent une correction suffisamment franche pour revenir sur le marché. Ce genre de situation ne peut pas durer plus de quelques mois. Le début de baisse des prix et l’ajustement des taux d’intérêt soutient la solvabilité de la demande et on observe un début de retour des acheteurs. Petit à petit on va assister à un redémarrage des transactions puis, très progressivement, au mois le mois, à une reprise sur le front des prix.

Lavieimmo.com : N’est-ce pas un peu tôt pour anticiper la fin de la crise ?

Jean-Michel Six : Par reprise, je n’entends pas un retour à des taux de croissance à deux chiffres ! L’amélioration qui se profile sera très modeste, très lente. Si on se hasarde à faire des prévisions à moyen terme, on peut anticiper une hausse des prix de 5 % en 2011, au maximum, après une stabilisation en 2010. Nous sommes en train d’assister à une harmonisation du marché immobilier français, à un rééquilibrage progressif entre les marchés qui avaient le plus monté et ceux qui étaient restés plus en retrait.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...