Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 24 mars 2011 à 12h07

"La hausse des taux mettra fin à la hausse des prix immobiliers"


Gérard Rul, directeur des études immobilières du Crédit Foncier
Gérard Rul, directeur des études immobilières du Crédit Foncier
Gérard Rul, directeur des études immobilières du Crédit Foncier (©dr)

2010, dernière année de hausse des prix de l’immobilier ? Alors que le réseau Century 21 décrit dans son dernier bilan trimestriel un marché qui marque le pas et que Bernard Cadeau, président d’Orpi, évoquait dernièrement un « risque de blocage », Gérard Rul, directeur des études immobilières du Crédit Foncier, répond aux questions de LaVieImmo.com sur les perspectives d’évolution des prix en 2011. Plus de hausses, mais une stabilisation dans les grandes villes et une « légère baisse » dans les zones « non-tendue ». Retour également sur « les effets bénéfiques » mais limités du PTZ+, qui ne compensera la hausse des taux d’emprunt que jusqu’à un certain point…

(LaVieImmo.com) - Lors de la présentation de l’édition 2010 de l’observatoire du Crédit Foncier, vous estimiez la tendance restait à la « lente érosion » des prix de l’immobilier en France. Comment s’explique la forte hausse des valeurs qu’a connu le marché depuis ?

Gérard Rul : Plusieurs facteurs ont joué, dont on ne pouvait pas soupçonner à l’époque qu’ils auraient de telles répercussions en termes des prix. Je pense bien évidemment à la baisse significative des taux d’emprunt immobilier, qui s’est poursuivie quasiment jusqu’à la fin de l’année, et qui a resolvabilisé un nombre très important de ménages. On ne pouvait pas non plus anticiper l’accélération du nombre de transactions qui a précédé la suppression du crédit d’impôt TEPA et du Pass-Foncier [deux dispositifs fiscaux interrompus le 1er janvier 2011, NDLR], particulièrement au quatrième trimestre… Plus généralement, je pense que personne n’était en mesure de prévoir, il y a un an, que les secondo-accédants reviendraient aussi rapidement et aussi fortement sur le marché, qu’ils avaient déserté pendant la crise. Tous ces éléments ont entraîné un afflux de demande de logements, qui s’est soldée par une hausse de prix, d’autant plus forte sur les marchés en situation de pénurie.

Quelles sont vos prévisions pour 2011 ?

Gérard Rul : La grande différence par rapport à l’année dernière, c’est la remontée des taux d’emprunt, qui est bien enclenchée et devrait se poursuivre. On a déjà repris 0,30 point depuis janvier. Une hausse de 0,20 point d’ici la fin du semestre semble probable, puis une nouvelle de 0,50 point supplémentaire au second semestre. Soit, en l’absence d’une catastrophe internationale majeure perturbant le fonctionnement des marchés financiers, une progression cumulée de 1 point sur l’ensemble de l’année. Cette hausse aura des effets plus ou moins marqués selon les zones. Dans les régions dites « non-tendues », qui ne sont pas en situation de pénurie de logements, elle devrait se traduire par une stabilisation des prix au premier semestre, et une légère baisse, de 5 à 7 %, en fin d’année. A ce moment là, la hausse de taux sera devenue trop forte à supporter pour les primo-accédants, même s’ils bénéficieront des effets solvabilisateurs du nouveau prêt à taux zéro [le PTZ+, NDLR]. Dans les zones où l’offre de logements n’est pas assez forte pour répondre à la demande, en revanche, les prix devraient continuer à monter au premier semestre, dans le sillage des promesses de vente signées fin 2010 ; au second semestre, cette hausse devrait laisser la place à une stabilisation des valeurs.

2011 marquera donc la fin de la hausse des prix à Paris ?

Gérard Rul : A Paris - qui est la quintessence du marché immobilier tendu ! - mais aussi dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et dans la majorité des grandes villes, il ne devrait plus y avoir de hausse des prix au second semestre, à partir du moment où les taux auront fortement remonté.

Quid des prix dans le neuf ?

Gérard Rul : 2011 devrait confirmer le manque d’unité du marché de l’immobilier neuf, avec d’importantes disparités entre le segment des appartements et celui de la maison individuelle. Cette différence, qui n’a rien de nouveau, tient au fait que le collectif est avant tout un marché d’investisseurs, souhaitant réaliser une opération de défiscalisation immobilière et qui continueront de bénéficier cette des avantages du dispositif Scellier, tandis que la maison individuelle, elle, reste un produit de primo-accédants. Ces différences ont des répercussions en termes d’évolution de prix : ceux des appartements devraient progresser de 5 % cette année, tandis que ceux des maisons devraient rester stables.

Même s’ils ont baissé de plus de 4 % en 2010 ?

Gérard Rul : Le neuf est un marché de pénurie, dans le collectif comme dans l’individuel. Cela devrait soutenir les prix. Par ailleurs, la baisse des prix des maisons individuelles qu’on a effectivement pu observer en 2010 tient plus au fait qu’une plus forte proportion de biens ont été vendus en milieu ou en bas de gamme, donc à des prix moins élevés qu’en 2009, qu’à une réelle diminution des valeurs.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 25/03/2011 à 12:09 par Agent I

    Marre du prix vendeur.

  • 0 Reco 25/03/2011 à 12:06 par Agent I

    ...de raisons que je surévalue pas... Dsl

  • 0 Reco 25/03/2011 à 12:06 par Agent I

    La hausse des prix c'est les vendeurs qui la font. Ils nous font après croire que "problème de pouvoir d'achat-hausse du coût de lavie" il y a. Si ces messieurs voulaient se rendre à l'évidence qu'on peut pas toujours grapiller pour avoir "toujours un peu plus", les choses iraient beaucoup mieux. Baisse des taux, hausse des taux. Faux problème. Il faudrait un service civique pour leur apprendre à vendre. Car ces couillons s'imaginent que "a paris ça monte ya pas de raie je surévalue pas mon appart' de Béziers.

  • 0 Reco 25/03/2011 à 10:55 par Lapoliss

    Mais au-delà des prévisions chiffrées, dont on sait qu'elles ne sont qu'indicatives et sont à prendre avec des pincettes, je trouve que l'analyse faite ici des effets limités du PTZ+ (présenté par ailleurs comme la réponse miracle à la crise du logement) intéressante.

  • 0 Reco 25/03/2011 à 10:47 par Lapoliss

    Rendons à César etc !
    ;)

  • 1 Reco 25/03/2011 à 09:49 par MisterHadley

    Le monsieur, toujours avec les excuses qu'il donne pour tenter de justifier leur échec comme indiqué dans sa première réponse, aurait dû lire avec bien plus d'attention "lavieimmo", vu que malgré ce qu'il pense, il y en a un qui, lui, a eu tout bon avec zéro erreur, et depuis 2008... ;)

  • 1 Reco 25/03/2011 à 09:43 par MisterHadley

    Visiblement un chouia en retard, vu qu'il est de plus censé éviter que des charlots ne sortent justement tout et n'importe quoi en terme de "chiffres"...

    :)

    Prends l'exemple du type de l'article du dessus:

    Rien qu'à la première réponse qu'il donne suite à la question lui rappelant quand même un très beau plantage, le monsieur admet lui-même qu'ils n'ont pas été foutu de "prédire" juste, sans toutefois, par contre, faire preuve de la moindre humilité, surtout qu'en plus, et malgré s'être ainsi décrédibilisé direct, ça continue malgré tout de "prédire" à grand renfort de supposition, d'incertitude, de conditionnel, biensur sans chiffres...

    Donc, en bref, une "analyse" qui n'analyse que du vent et s'avère donc sans aucune pertinence...

    Mais le monsieur n'est biensur pas le seul à avoir cette attitude...

    Personnellement, je le déplore, ce n'est pas ainsi que l'on fera mieux économiquement parlant.

    Message édité 25/03/2011 à 09:45

  • 0 Reco 25/03/2011 à 09:36 par Lapoliss

    J'ai tout de même l'impression que "la crise" a rendu tout ce monde un peu plus prudent dans ses prédictions. Au fait, où en est l'indicateur de prix sans faille promis par l'Etat ?

  • 0 Reco 25/03/2011 à 09:34 par MisterHadley

    Patience, oui...

    ... et humilité....

    Mais ces messieurs n'ont, encore une fois, aucunement retenu les leçons qui s'imposaient de leurs conduites lamentables à tenter mollement de "prédire" à l'emporte-pièce une "tendance" alors qu'aucun n'aura déjà simplement pris en compte le "facteur humain" de ce Graal...

    Libre à eux de se complaire dans le ridicule, après tout...

    Peut-être s'imaginent-ils que ça leur donnera une vague caution professionnelle ensuite, je ne sais pas...

    En attendant, c'est toujours aussi "au petit bonheur la chance" pour eux, avec le ridicule qui va avec, biensur... ;)

    Sur ce...

  • 0 Reco 25/03/2011 à 09:27 par Lapoliss

    Là encore, nous sommes d'accord ! Je pense simplement que ce qu'observe Century (ou les autres réseaux, mais ils publient moins souvent leurs chiffres) peut donner une indication de ce que seront effectivement les chiffres Notaires-INSEE. On l'a vu dernièrement (même si, effectivement, il est aussi arrivé que les réseaux "se plantent"). Patience donc...

  • 0 Reco 25/03/2011 à 09:14 par MisterHadley

    Une tendance qui, par définition, n'est donc pas représentative, puisque ce n'est là aussi que la "tendance" obtenue par des chiffres aucunement exhaustifs découlant uniquement d'une entreprise privée...

    Si l'entreprise privée est dirigée à la mord-moi l'noeud et s'avère être un grand n'importe quoi au point de perdre, soit des ventes, soit des clients, elle sortira malgré tout ses "chiffres" comme une "tendance" de ce qui sera en fait le simple résultat de multiples bourdes internes et d'erreurs manageriales et commerciales...

    D'où l'intérêt de ne pas fantasmer sur des chiffres partiaux et par définition incomplets, et de ne retenir que des chiffres exhaustifs et impartiaux ne découlant aucunement d'une entreprise privée...

    ;)

    Message édité 25/03/2011 à 09:15

  • 0 Reco 25/03/2011 à 08:54 par Lapoliss

    "vous pouvez bien sur consulter, et gratuitement, les indices INSEE qui répondront à la curiosité des intéressés sur cette question très précise..."
    Entièrement d'accord ! Ce sont les seuls valables à ce jour. Néanmoins, les chiffres des différents réseaux peuvent donner une tendance (cf ce qui s'est passé l'été dernier, par exemple)...

  • 0 Reco 24/03/2011 à 22:28 par Trichet

    Seuls les taux extrêment bas en 2010 ont permis au marché immo de "redémarrer".

  • 1 Reco 24/03/2011 à 15:54 par MisterHadley

    Dans ce cas, je préfèrerais me fier à l'exhaustivité des chiffres de toutes les transactions réellement passées sur les périodes considérées, et non simplement sur les chiffres d'un réseau privé qui se sera planté précédemment quant à ses "prédictions", tu ne m'en voudras pas...

    Sinon, en attendant, vous pouvez biensur consulter, et gratuitement, les indices INSEE qui répondront à la curiosité des intéressés sur cette question très précise...

    Sur ce.

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:50 par Arno2244

    7% par rapport à un prix de présentation ça ne veut rien dire. Ce n'est pas de cela que l'on parle. On parle de moyenne sur le prix des transactions réel. Vous biaisez le débat.

    Ceci dit bonne journée je dois vous quitter.

  • 1 Reco 24/03/2011 à 15:46 par MisterHadley

    7% sur le prix net vendeur d'un bien immobilier, c'est ce que tu obtiens sans blème si tu traites sans AI, donc rien d'exceptionnel...

    Ensuite, 7%, si tu sais bien acheter, surtout lorsqu'il s'agit de l'achat d'une vie, tu veilleras à être si pointu que tu obtiendras vraisembleblement un chouia d'plus si tu as les bons arguments.

    Je rajouterai que les denrées alimentaires de base augmentent également, l'énergie aussi...

    Mais cela n'empêchera pas les plus faibles économiquement de succomber aux sirènes marketting leur intimant l'ordre d'aller dès ce vendredi s'endetter encore un peu plus pour obtenir le "nouveau" produit de pure consommation inutile de chez la pomme, surtout qu'en plus, paraitrait qu'il est biensur moins cher chez nous en France que chez nos concurrents européens, alors... ;)

    Comme quoi, les "consommateurs" ont encore pas mal de marge de "pouvoir d'achat" à dépenser bêtement en produits de pure consommation jetables et que nous ne produisons pas, nous, ici, en France...

    Et il y a d'autres exemples, alors... ;)

    Message édité 24/03/2011 à 15:49

  • 1 Reco 24/03/2011 à 15:40 par MisterHadley

    Les prix ont remontés au niveau national fin 2009, arno, c'est à dire lorsque mon auguste personne avait annoncé sur ce présent site le top départ des "bonnes affaires"... ;)

    Ensuite, tous tes arguments nous auront déjà été donné par d'autres que toi et depuis pas mal de temps, donc...

    Robb, oui, c'est bien ce que je dis, oui... c'est normal, donc... ;)

    Message édité 24/03/2011 à 15:41

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:39 par Arno2244

    Non T1 devrait être plus faible en volume mais très peu en prix.

    Vous vous rendez compte ce que c'est 7% sur un bien immo, ça représente des années de loyers, dans ce cas les achats se concentreraient sur T1 et cela lisserait les stats.

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:36 par Robb

    @Hadley
    "il est complètement normal que le T1 soit plus faible que les autres..."
    certes, mais les variations de prix données par C21 sont sur un an...

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:34 par Arno2244

    Le retournement haussier de 2010 est du à :
    - une baisse continue des tx à des niveaux historiquement bas
    - un suicide financier de l'état par la subvention massive de l'état
    - un transfert d'une partie de l'épargne monétaire vers l'immo jugé plus sûr.

    A présent :
    - Les taux remontent
    - L'état est au bord de la perte du AAA
    - Les transferts financiers ont par essence une fin c'est n'est pas un moteur de croissance LT comme des revenus récurrents.
    - Les taxes augmentent
    - L'énergie augmente
    - Les salaires stagnent

    Et en admettant que la croissance revienne en force les BC seront obligés d'augmenter très fortement les taux pour éviter une hyperinflation mondiale vu les tonnes de QE qui ont été fait et sont encore en cours....

    Nous verrons donc les résultats de cette équation dans les mois à venir.

  • 1 Reco 24/03/2011 à 15:26 par MisterHadley

    La hausse des prix provoque tout bonnement une raréfaction des stocks chez les AI...

    ... surtout qu'il faut de plus en plus compter avec le "direct propriétaire" qui leur échappe...

    Mathématiquement, ces messieurs des réseaux préfèrent évidemment avoir le maximum de ventes à un prix légèrement inférieur, qu'avoir très peu de stock de produits aux prix élevés qui, même vendus, ne leur rapporteront que beaucoup moins de pognon.

    Ne fais donc pas le grand benêt, arno, tu sais compter, n'est-ce pas..?

    ;)

    Message édité 24/03/2011 à 15:31

  • 1 Reco 24/03/2011 à 15:24 par MisterHadley

    Century21 dit ce qu'il veut, sur ses propres chiffres...

    Lorsqu'ils ont annoncés des trucs un chouia à coté d'la plaque il n'y a pas si longtemps, je n'y accordais pas plus de crédit que je ne leur en accorde maintenant...

    Libre à chacun de "croire" ce qu'il voudra si ça lui plait, c'est ça, la liberté... ;)

    Quant à l'article d'arnaud, est-ce vraiment les seuls chiffres qu'il contenait ou n'y avait-il pas aussi les chiffres des hausses, dans la foulée..?

    ;)

    Si donc celles et ceux veulent absolument "croire" à la vision d'un verre à moitié vide, libre à eux...

    ... les dernières années nous auront montrées dans la réalité ce qu'étaient ces "visionnaires" de verres volontairement à moitié vides... ;)

    Message édité 24/03/2011 à 15:30

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:20 par Arno2244

    Il faut croire M Hartley of course.

    C21 n'est qu'un repaire de pleurnicheurs krachistes qui ne souhaitent que la baisse des prix. Sachant que leurs revenus ne sont en aucun cas liés à un % du prix des transactions.

    Je me demande comment j'ai pu c/c une telle sottise....

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:17 par MisterHadley

    Non seulement il est complètement normal que le T1 soit plus faible que les autres...

    Mais il est tout aussi normal que les bled paumés, zones dites "non tendues", soient toujours sujettes à variations saisonnières avec une amplitute plus marquée que les autres...

    Ce qui implique une fois de plus que tout ceux qui se base là dessus pour y aller de leurs"prédictions personnelles", forcément certaines, bien que si l'on se donne la peine de lire et de comprendre objectivement les différentes "analyses" de ces messieurs "spécialistes", on ne peut remarquer instantanément qu'il n'y a que suppositions, incertitudes et autres emploi massif de conditionnel...

    Donc, en bref, à l'ouest, rien de nouveau.

    Ce que je remarque dans un second temps, c'est que ces messieurs, et autres banques, et boites "d'analyses" autoproclamées comme telles, n'ont toujours pas retenu la moindre leçon, et qu'en plus, ils continuent à s'enliser dans la négation des seuls et véritables "problèmes" de l'immobilier, le tout pour mieux tenter d'en tirer biensur un vague profit personnel, du moins le croient-ils...

    C'est donc le constat d'un très bel et nouvel échec intellectuel de leur part...

    Sauf que le net est une mémoire quasiment sans fin.. ;)

    En conclusion, tout cela n'est donc une fois de plus que de la poudre aux yeux a des fins purement mercantiles.

    CQFD.

    Message édité 24/03/2011 à 15:20

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:11 par Robb

    @MrHadley
    donc il faut croire quel genre de choses ?
    century21 fait partie du complot ?
    ;)

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:10 par MisterHadley

    Si tu en es à croire ce genre de chose, t'es pas sorti d'l'auberge, alors..!

    :)

  • 0 Reco 24/03/2011 à 15:07 par Arno2244

    Moi aussi je vous apprécie M. Hartley c'est toujours un plaisir de communiquer avec des personnes polies qui savent garder leur calme dans les débats.

    La bonne nouvelle dans tout cela c'est que les choses semblent enfin sur le point de rentrer dans l'ordre, voici un extrait du Figaro d'aujourd'hui.

    "Sur le premier trimestre et comparativement au dernier trimestre de l'année 2010, les prix de l'immobilier ont diminué dans huit régions avec des replis de près de 7% pour l'Alsace et l'Aquitaine, de l'ordre de 6% en Midi-Pyrénées, Basse Normandie et Pays de la Loire, de 5,5% en Bretagne et de 1,5% en Provence-Alpes Côte d'Azur. Et la palme revient à la Seine et Marne qui affiche un recul de 7,3% des prix de l'immobilier."

    Ca commence bien, nul doute que cela va continuer.

    Cordialement,

  • 1 Reco 24/03/2011 à 14:52 par MisterHadley

    Sur un forum internet, il n'y a que les péteux qui s'imaginent être vouvoyés, ce ne sont pas les usages du net.

    De plus, tu nous ressors exactement les mêmes poncifs que tant autres nous auront servis à l'identique depuis des années.

    Je ne vais donc pas répéter les mêmes choses chaque année sur ce que tu feinds de ne pas comprendre, les pages des multiples sujets de ce site y pourvoiront.

    Et il n'y a pas que les "djeuns" dans la vie, mais toute une population, du plus jeune au plus agé, sans exception.

    Si les djeuns se noient dans un verre d'eau alors que leurs ainés auront pourtant traversés mille fois pire, c'est leur problème, qu'ils n'attendent pas assis sur leurs séants que "tout leur soit dû parce que c'est normal", qu'ils se bougent d'eux-mêmes comme leurs ainés l'auront faits.

    Message édité 24/03/2011 à 14:57

  • 0 Reco 24/03/2011 à 14:50 par Arno2244

    Déjà plus en accord avec le dernier post de M Hartley.

    Comme quoi...

  • 0 Reco 24/03/2011 à 14:45 par Arno2244

    Donc je résume la position de M. Hartley.

    On n'a plus d'industrie :
    "la plupart des produits de consommations sont tout simplement importés d'ailleurs, et donc, aucunement fabriqué chez nous..!
    Le 100% made in France n'est plus qu'exceptionnel."

    Les services c'est du vent :
    "Quant aux "services", beaucoup d'entre eux ne "fabriquent" que du vent, basé lui-même sur de la pure spéculation, "

    Donc la croissance elle va venir d'où ?

    Bien de l'immo naturellement... Une longue et continue croissance des prix pour des siècles et des siècles....

    Peu importe que les jeunes soient à 25% de chômage....Peu importe que d'autres empruntent à 110% sur 25 ans pour des appartements qui seront inadaptés dès l'arrivée du premier enfant et qu'il faudra vendre alors qu'on n'aura rembourser que des intérêts et perdu les frais de mutation.

    Peu importe qu'i soit de notoriété publique que la crise que nous vivons a été causée par la bulle immobilière mondiale.

    Peu importe qu'il soit évident que cette situation ne peut pas être pérenne (hausse des prix, stagnation des revenus, hausse du chômage ) sauf a endetter nos enfants sur 50 ou 100 ans.

    Pour finir nous n'avons pas gardé les mobylettes ensemble, je ne vous ai pas autorisé à me tutoyer.

  • 0 Reco 24/03/2011 à 14:38 par MisterHadley

    Plutôt donc que de pleurnicher...

    Et puisque nous n'avons pas plongé, nous, ici...

    Il serait donc plus que temps d'arrêter de faire dans le pathos électoral et de se montrer responsables.

    Nous avons la chance d'être bien placés quand d'autres auront plongés, eux, ou menacent de le faire...

    Autant donc mettre maintenant à profit cette bonne tenue économique en cessant de dilapider les deniers publics dans des projets tout simplement grotesques, sans aucune urgence et de pure complaisance, pour rediriger ses fonds publiques là où il faut, c'est à dire même pas là où il serait utile de trouver des financements, mais dans tout ce qui est réellement nécessaire, tout le reste se devant d'être "geler" jusqu'à nouvel ordre...

    Donc, là où le bon peuple attend des réponses concrètes, efficaces et tangibles...

    Le logement en fait partie...

    Fournir du logement abordable aux plus grands nombres permet de créer des emplois...

    Permet aussi de donner du "pouvoir d'achat" à celles et ceux à qui ils seront destinés...

    Ces gens nouvellement logés commenceront à vivre et/ou revivre...

    Consommeront, et ainsi de suite...

    Utiliser les fonds jusqu'ici dilapidés bêtement en soutenant massivement ces mêmes gens et leurs projets de vies, professionnels, afin de les conforter, avec leurs logements, dans leurs dynamiques personnelles de vie...

    Voila une bien meilleure utilisation des fonds publiques qu'il serait plus que souhaitable de constater et qui consoliderait sérieusement l'économie nationale par un "retour d'investissement" rapide, tout en soutenant le bon peuple...

    Beaucoup plus utile et surtout, nécessaire, que les délires mégalomaniaques des "élus" qui dilapident sans compter la thune du bon peuple...

    ;)

    Message édité 24/03/2011 à 14:42

  • 0 Reco 24/03/2011 à 14:25 par MisterHadley

    La France n'est pas la plus mal placée par rapport à nos concurrents, effectivement...

    Pour arno, je te trouve bien affirmatif et sûr de toi alors que tu n'en sais absolument rien.

    C'est avec ce genre de raisonnement basé sur du pur vent que l'on va dans le mur.

    Si tu devais "posséder plus d'immo que moi", bah tant mieux pour toi, même si j'ai un très gros doute là dessus, vu les contre-vérités que tu dis, contre-vérités qui contredise le trèèèèèès gros propriétaire que tu dois donc être...

    De plus, que tu sois blindé ou non, que je le sois ou non, n'a aucun rapport avec la réalité économique de la France, ni encore moins avec celle de nos concurrents.

    Ca n'interesse donc que toi.

    L'immobiler français, que ça te plaise ou non, sert de garantie à tout un tas d'institutionnels, banques, assurances, et, n'oublions pas, l'Etat, voir même les collectivités qui, elles, se sont très lourdement endettées pour financer tout et n'importe quoi de façon irraisonnée.

    Si nous n'avons donc pas plongé économiquement, c'est en partie grâce à la bonne tenue de l'immobilier chez nous.

    La "valeur ajoutée" que tu prétends créer si l'immobilier devait être en plein plongeon n'est qu'un pur fantasme, vu que la plupart des produits de consommations sont tout simplement importés d'ailleurs, et donc, aucunement fabriqué chez nous..!

    Le 100% made in France n'est plus qu'exceptionnel.

    Et ce n'est pas d'aujourd'hui, donc, réveilles-toi, là, hein.

    Quant aux "services", beaucoup d'entre eux ne "fabriquent" que du vent, basé lui-même sur de la pure spéculation, le tout basé, encore une fois et dans le meilleur des cas, sur une garantie in fine immobilière, et dans le pire, sur quelque chose censé générer "un jour", quelque chose, c'est à dire, basé sur une réelle bulle spéculative.

    Message édité 24/03/2011 à 14:28

  • 0 Reco 24/03/2011 à 14:12 par Chris

    @MisterHadley, vous pendez que la France est en très bonne position actuellement sur un plan économique ??

  • 0 Reco 24/03/2011 à 14:08 par Arno2244

    Vous êtes amusant vous avez réussi à citer tous les pays qui ne sont pas concernés par un dégonflement brutal de la bulle immo sans citer les 2 seuls qui auraient pu apporter de l'eau à votre moulin ( Irlande Espagne ).

    A la place de comparer des borgnes et des aveugles vous feriez mieux de nous comparer à l'économie qui intrinsèquement est la plus comparable à la notre, même si infiniment plus performante, à savoir l'Allemagne.

    Encore un travers bien français que de vouloir toujours niveler par le bas....

    Et pendant que vous y êtes, expliquez-moi comment nous allons créer de la valeur ajoutée quand l'immo improductif absorbe la majorité des investissements.

    Je ne suis pas adepte d'un quelconque krach mais plutôt du bon sens et je possède peut-être plus d'immo que vous. Mais j'essaye de réfléchir à d'autres fins que de justifier uniquement mes intérêts personnels. Vos enfants vous remercieront de votre attitude lorsqu'ils achèteront sur 50 ou 100 ans.....

  • 2 Reco 24/03/2011 à 13:37 par MisterHadley

    N'importe quoi, là, hein...

    Regardez donc nos concurrents : le Portugal ces jours-ci, et comparez-le avec nous, ici, en France...

    Comparez la Grèce également...

    Comparez la Grande-Bretagne...

    Si nous n'avons pas plongé à l'identique, en France, c'est notemment en partie grâce à la bonne tenue de l'immobilier...

    ... et pas avec les pleurnicheries habituelles des adeptes du krach imaginaire qui nous en remettent, comme chaque année, une bonne grosse couche bien grasse en ineptie et autres foutaises...

    Réveillez-vous.

  • 0 Reco 24/03/2011 à 12:52 par Arno2244

    Effet bénéfique du PTZ pour qui ? Pour notre état au bord du dépôt de bilan qui subventionne un marché qui détourne les français des investissements productifs ? Le jeunes à la place d'entreprendre s'engagent dans des crédits immo trop gros trop long pour des logements inadaptés sur le long terme, puis ils baissent la tête et recherchent la sécurité à tout prix pour pouvoir rembourser, au détriment d'entreprendre pour créer de la valeur. On aura tous belle figure dans un pays en défaut de paiement avec notre industrie partie en Chine et des prix immobilier stratosphériques mais pas d'emplois.
    Quelle catastrophe pour notre pays que cette bulle immo, les gens ne se rendent pas compte à quel point et les médias n'aident pas à la prise de conscience.
    Les allemands ont une fois de plus tout compris, pas de bulle la-bas et des jeunes qui travaillent et créent de la valeur ajoutée. On voit les résultats.
    Privilégier une économie de rente pour satisfaire les retraités à des fins électoralistes équivaut à sacrifier le futur. Quelle absence de sens du bien commun.
    Vivement que les taux mettent fin à cette absurdité économique à grande échelle.
    Vivement que les forces vives de notre pays se focalisent sur l'économie qui produit de la richesse à la place de se focaliser sur des tas de cailloux en bulle. Vivement que nous ayons des hommes politiques à la hauteur de leurs tâches. On peut toujours rêver....

  • 0 Reco 24/03/2011 à 12:23 par Robb

    "effet bénéfique" en ce qu'il permet d'annuler les effets de la hausse des taux. mais effectivement, il joue un rôle inflationniste indirect... enfin, encore faut-il pouvoir emprunter !

  • 1 Reco 24/03/2011 à 12:20 par UFFA92

    L'effet "bénéfique" du PTZ ne me parait évident dans la mesure où il joue un rôle inflationniste et, finalement, il ne profite pas vraiment aux primo-accédants mais aux vendeurs (et aux intermédiaires) en permettant le maintien, voir l'augmentation des prix. Et si, tout simplement, le prix de l'immobilier était surévalué ? Il faudra bien que les prix s'adaptent aux revenus et non pas, comme maintenant, que les revenus soient dopés artificiellement pour s'adapter aux prix.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...