Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmardi 8 février 2011 à 15h15

"La reprise des ventes de maisons individuelles reste fragile"


Christian Louis-Victor
Christian Louis-Victor
Christian Louis-Victor (©dr)

Christian Louis-Victor est président de l'Union des maisons françaises (UMF). Pour LaVieImmo.com, il analyse l’évolution des ventes de maisons en secteur diffus (hors promotion, construites sur des terrains déjà acquis). Après une hausse de 8 % en 2009, celles-ci ont progressé de 15 % l’année dernière, renouant avec les niveaux d’avant-crise (198 000 unités). Mais si le marché va mieux, il pourrait pâtir au cours des prochains mois de la hausse des taux immobiliers et des imperfections du nouveau prêt à taux zéro (PTZ+).

(LaVieImmo.com) - Début 2010, vous indiquiez que la reprise de la construction de maisons individuelles restait fragile. Vous faîtes état ce matin d’une accélération de la croissance du secteur. Avez-vous pêché par excès de pessimisme ?

Christian Louis-Victor : Plutôt que pessimisme, je préfère parler de « prudence ». Avec des ventes en hausse d’environ 15 % sur un an, le secteur a effectivement connu en 2010 une reprise plus franche qu’anticipé. Ce constat appelle néanmoins deux nuances. Tout d’abord, après deux trimestres particulièrement forts (+32 % au premier trimestre, +22 % au deuxième trimestre), la croissance des ventes a fortement ralenti au second semestre (+8 % au troisième trimestre, +5 % au quatrième). Ensuite, cette reprise a essentiellement porté sur de la primo-accession populaire, grâce aux effets des mesures du plan de relance et dans un contexte de forte baisse des taux d’emprunt. La réforme du système d’aide à l’accession à la propriété et l’amorce de la hausse des taux d’emprunt font planer le doute sur les chances de poursuite de la reprise…

Quelles sont les perspectives d’évolution des ventes ?

Christian Louis-Victor : Difficile de faire des pronostics. Nous avons calculé qu’une hausse de 1 point des taux d’intérêt sur l’ensemble de l’année devrait se solder, toutes choses égales par ailleurs, par une baisse d’environ 18 000 constructions de maisons individuelles. L’autre grande inconnue concerne l’impact du nouveau prêt à taux zéro [le PTZ+, mis en place le 1er janvier 2011 sur les cendres de l’ancien PTZ, NDLR], qui a été pensé pour renforcer la capacité d’achat des classes moyennes et qui met l’accent sur la construction dans les zones tendues [où les besoins sont les plus forts, NDLR]. Les ménages qui gagnent moins de 2 300 euros par mois, ceux que les dispositifs du plan de relance (PTZ et Pass-Foncier) avaient permis de solvabiliser, pourraient pâtir de la réforme. Dans ce contexte, il est raisonnable de penser que le marché se maintiendra sur ses niveaux de 2010… au mieux, sans hausse des taux d’intérêt immobilier. Dans le pire des cas, le nombre de ventes pourrait baisser de 10 %.

Auriez-vous préféré un maintien de l’ancien dispositif ?

Christian Louis-Victor : Nous regrettons la disparition du Pass-Foncier et son taux de TVA à 5,5 %, même si nous comprenons que son maintien aurait été trop coûteux. De la même manière, nous aurions préféré que le gouvernement insiste sur les zones non-tendues. Cependant, il est encore trop tôt pour se prononcer sur les qualités ou les risques du PTZ+, notamment en termes de solvabilisation des ménages les moins fortunés. Les données dont on dispose à l’heure actuelle sont plutôt encourageantes : les premiers dossiers accordés semblent l’avoir été en secteur diffus, et plus précisément dans la zone C. Souhaitons que cette tendance se confirme, dans l’intérêt des acquéreurs les moins fortunés, dont la volonté de posséder un toit à eux est une aspiration jamais démentie.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...