Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 21 février 2014 à 10h20

"Le dispositif "Duflot" vise juste, mais il manque d'ambition"


Jean-Michel Ciuch, directeur général d'Immo G Consulting
Jean-Michel Ciuch, directeur général d'Immo G Consulting
Jean-Michel Ciuch, directeur général d'Immo G Consulting (©dr)

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) vient de rendre son verdict : 29 975 logements ont été vendus à des investisseurs en 2013. Un chiffre en demi-teinte, qui marque à la fois l’interruption de la baisse des ventes qui avait été très forte en 2012, mais reste en deçà des 40 000 ventes en « Duflot » visées par le gouvernement. L’analyse de L'économiste Jean-Michel Ciuch, directeur général d'Immo G Consulting.

(LaVieImmo.com) - Comment analysez-vous les chiffres de la FPI ?

Jean-Michel Ciuch : Les ventes à investisseurs, qui avaient fortement baissé en 2012 avec la réforme du « Scellier », n’ont pas redécollé l’année dernière. Elles ont représenté moins de 30 000 unités, soit 40 % à peine du total des transactions réalisées par la promotion immobilière. Il faut se souvenir qu’en 2009 [année de mise en place du « Scellier », ndlr], cette proportion était de 64 %. Autant dire que la chute est très importante. Cela est d’ailleurs aussi injuste pour le nouveau dispositif que pour le logement intermédiaire, sur lequel il est centré et qui est le segment de marché sur lequel le manque de logements est aujourd’hui le plus criant.

Comment expliquez-vous un score aussi faible ?

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Jean-Michel Ciuch : On est passé sans véritable transition des dispositifs très avantageux qu’étaient le « Robien » et la première mouture du « Scellier » à des régimes très stricts, que ce soit la dernière version du « Scellier » avec sa réduction fiscale réduite [13 % du montant investi, ndlr] ou le « Duflot », certes plus intéressant fiscalement mais assorti de contraintes trop fortes en termes de localisation des logements construits, de niveaux de loyers comme de ressources des locataires. Le « Duflot » vise juste mais il est extrêmement peu ambitieux. Rigueur budgétaire oblige, il n’a pas été pensé pour être un produit phare d’investissement. Le fait que le ministère du Logement ne lui ait assigné qu’un objectif de 40 000 ventes par an le prouve d’ailleurs très bien.

Le ministère promet de développer la construction de logements intermédiaires par des investisseurs institutionnels…

Jean-Michel Ciuch : Je pense que le gouvernement a tort de négliger l’ancien, où les logements sont moins chers et qui est extrêmement compétitif – pour les investisseurs particuliers autant qu’institutionnels. Une véritable politique de promotion de l’investissement locatif passe par un soutien dans l’ancien autant que dans le neuf. Cela permettrait notamment de répondre aux besoins en logements locatifs intermédiaires dans les grandes villes, où il est quasiment impossible de construire.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 18/03/2014 à 17:46 par XavierLoiDuflot

    Le constat de semi-échec du dispositif de défiscalisation Duflot (http://www.dispositif-lo iduflot.org) est à mettre en corrélation avec les fortes contraintes en matière de localisation des biens et de plafonnement des loyers, mais également avec la loi ALUR et la politique fiscale du gouvernement qui inquiètent beaucoup d'investisseurs susceptibles d'investir dans le logement locatif.
    Les dernières mesures gouvernementales de type stabilisation des plafonds de loyers dans le cadre du dispositif Loi Duflot vont dans le bon sens en permettant d'affiner le calcul de la rentabilité prévisionnelle à moyen terme d'un investissement dans le logement locatif.

  • 1 Reco 23/02/2014 à 10:16 par jeje

    le gouvernement n'arrive plus a gerer l'economie grise c'est un aveu, et il fait appel aux "institutions" qui feront faillites... c'est pourtant simple de comrendre que trop de taxes légitimisent complément de se passer de l'état qui ne sert que ses propres interets, prefets et autres moutons. La démocratie "représentative" est devenu maintenant un monstre ingérable qui détruit l'économie non délocalisable bravo !. L'exemple du maintien du projet de l'aéroport de Nantes est le symbole de l'approche technocratique du pouvoir, alors que les francais n'en peuvent plus des impots, on va construire un aéroport... allo quoi ! Les francais vont se détourner massivement de leurs obligations fiscales : pas de revenu ,pas d'impot, épargne taxée, épargne délocalisée... l'europe c'est la liberté d'entreprendre ailleurs.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...