Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmercredi 3 septembre 2014 à 15h46

"Le dispositif Pinel devrait relancer l'investissement locatif"


François Payelle, président de la FPI
François Payelle, président de la FPI
François Payelle, président de la FPI (©dr)

François Payelle, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), voit d'un bon œil la « batterie complète de mesures » de soutien à la construction dévoilées récemment par le gouvernement.

(LaVieImmo.com) - Comment avez-vous accueilli les annonces de Manuel Valls ?

François Payelle : Très favorablement. Le discours de vendredi comporte les bases d’une vraie politique de relance du logement et de la construction. Pour la première fois depuis longtemps, les pouvoirs publics semblent avoir pris conscience du fait que seule une action globale portera des fruits. On l’a vu avec les réformes de la fiscalité qui se sont succédées depuis 2011 ou avec les incitations ponctuelles en faveur des cessions de terrains constructible sur les plus-values : les coups de pouce isolés n’ont qu’un effet négligeable sur les volumes de construction. Ce qu’il faut, c’est une batterie complète de mesures, qui réponde aux besoins des différents acteurs. Bien évidemment, nous resterons attentifs à la rédaction définitive des mesures pour qu’elles ne soient pas dénaturées.

Que vous inspire le dispositif Pinel d’aide à l’investissement locatif ? Réussira-t-il là où le Duflot a eu du mal à réussir ?

Simulation Duflot
Simulation loi scellier

Calculez votre économie d'impôt en quelques clics !

François Payelle : Le dispositif Duflot a été mis en place début 2013 dans le but affiché de soutenir la construction de logements intermédiaires, accessibles à des locataires sous plafonds de ressources et à des niveaux de loyers inférieurs de 15 à 20 % aux loyers de marché. Le Pinel - puisqu’il semble que le nouveau dispositif soit appelé à prendre le nom de l’actuelle ministre du Logement – poursuit ce même engagement et nous nous en félicitons. Ce n’est qu’en mettant sur le marché des logements neufs, à la pointe de la performance énergétique, à des niveaux de loyers maîtrisés qu’on agira durablement sur le niveau des loyers. Cela dit, le Duflot est assorti de contraintes trop fortes et il n’a jamais vraiment rencontré son public. En permettant aux investisseurs de choisir entre trois durées d’investissement [6, 9 ou 12 ans contre 9 actuellement, ndlr] et en leur offrant la possibilité de louer à leurs ascendants ou à leur descendant, la nouvelle version du régime devrait connaître un succès plus franc.

Cette question de la location « en famille » fait couler beaucoup d’encre, beaucoup l’assimilant à un cadeau fait aux plus riches…

François Payelle : Je pense que cette interprétation est erronée… Les statistiques de Bercy montrent que pour 60 % d’entre eux, les ménages qui investissent dans l’immobilier via un dispositif de défiscalisation sont à un taux marginal d'imposition de 30 %. Des ménages qui ne sont pas des « nantis » et qui investissent en prévision de leur retraite.

Manuel Valls a indiqué que cette autorisation serait accordée « sous conditions »…

François Payelle : Ce point reste à préciser… Nous comprenons que la location aux enfants ou aux parents se fera dans les mêmes plafonds de ressources et aux mêmes niveaux de loyers que ceux prévus par ailleurs. Du moins, nous le souhaitons. Une exception risquerait de rendre le dispositif moins lisible, et donc moins efficace.

Une autre raison du faible succès du Duflot réside selon vous dans le fait que la réduction d’impôt qu’il génère entre dans le plafonnement des niches fiscales à 10 000 €, et non à 18 000 € comme c’est le cas pour certains investissements jugés stratégiques. Votre idée de déplafonnement n’a pas été retenue par Matignon...

François Payelle : Elle permettrait pourtant à des ménages qui bénéficient par ailleurs d’une réduction d’impôt parce qu’ils font garder leur enfant ou qui salarient un employé de maison d’envisager une défiscalisation locative. Les simulations que nous avons pu réaliser montrent que, couplée aux amendements annoncés par Manuel Valls, cette modification permettrait d’atteindre les 40 000 ventes à investisseurs visées par le gouvernement, soit plus de 15 000 que l’année dernière.

Vous évoquiez la nécessité de prendre « une batterie complète de mesures ». Le plan Valls ne comporte aucune nouvelle aide à l’accession à la propriété, que vous appelez pourtant de vos vœux.

François Payelle : Nous avons bon espoir que des mesures spécifiques de soutien à l’accession sociale à la propriété dans les zones tendues seront prises dans le cadre du plan de finances pour 2015. 15 à 20 000 logements pourraient alors sortir de terre, dans des endroits où on en manque.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 19/09/2014 à 13:33 par Bertrand

    "Le dispositif Pinel devrait relancer l'investissement locatif"

    juste LOL

  • 0 Reco 08/09/2014 à 19:51 par Le bar du commerce

    Vous reprendrez bien un petit Ricard pour la route?

  • 0 Reco 08/09/2014 à 07:46 par jérome

    cher bzzz vous etes bien heureux d'habiter aujourdhui une maison qu'a fait construire un autre... avant de raconter uen floppée de connerie reflecissez! la seule manier de faire baisser les prix durablement est de construite en masse! La loi de l'offre et de la demande vus connaissez?

  • 0 Reco 07/09/2014 à 21:50 par Bzzzz

    Non, non. Juste celle de votre société. Histoire de savoir qui essaie encore de gagner sa vie en fourguant des apparts vite faits mal faits à des primo accédant sponsorisés par l'Etat en les faisant s'encroûter pour toute la vie. Ahahahaha, puisque telle est votre expression favorite.

  • 0 Reco 07/09/2014 à 17:04 par jeje

    A l'heure actuelle, les seuls personnes qui investissent dans le locatif "résidentiels" sont celles qui ne l'ont jamais fait. Sinon pour la construction, je suis encore étonné du nombre de chantier...la baisse de la construction devrait maintenant vraiment s'accelerer.

  • 0 Reco 07/09/2014 à 11:23 par PESSEM

    Pour moi l'investissement locatif, à fuir. Difficulté d'avoir des locataires sérieux avec garanties.
    J'ai eu jusqu'à 5 apparts + 3 maisons en location. Depuis 20 ans, les relations avec les locataires n'ont fait que se détériorer. Même avec une caution offrant des garanties, face à un locataire de mauvaise foi, rien ne tient. Nous avons dû envoyer les huissiers pour signifier nos réclamations car il ne retirait jamais les recommandés, puis les avocats pour s'entendre dire que de toutes façons la justice divisera la dette de 40 % environ.
    Je cherche toujours où est l'erreur. Après toutes ces taxations, mises aux normes et des travaux noyautés par les syndics d'un grand groupe bancaires français, l'investisseur particulier que je suis se sent désarmé. Je fuis ce type d'investissement pour d'autres qui m'amènent moins de risques et meilleure rentabilité. Ce n'est certainement pas la loi ALUR modifiée Pinel qui me fera changé d'avis. Trop de lois qui chargent la mule. Trop c'est trop.
    Ceci n'est qu'un avis désabusé

  • 0 Reco 07/09/2014 à 09:49 par jérome

    oui et tu veux aussi mon adresse du schnoc?

  • 1 Reco 06/09/2014 à 23:17 par Bzzzz

    Comme votre scénario est beau joli. Encore !
    Allez Jérôme, crachez le morceau. Dites-nous pour qui vous bossez.

  • 1 Reco 05/09/2014 à 11:03 par jérome

    sauf qu'entre rtemps, chers Chadocks, les baileurs se fait payer gratos et en se tournant les pouces de beaux apparts flambants neufs par les valeureux locataires, et ils les revendront arrivée à la retraite pour vivre en roue libre au bord de la méditerranée dans une magnifique villa.... Ils en feront aussi profiter leurs enfants, biensur!

    ahhahahhahahhaa

  • 0 Reco 05/09/2014 à 00:38 par la méthode Shadoks

    Ceux qui payent des Impôts achètent des appartements grâce à un crédit d'Impôt qui sera payé avec l'argent de leurs Impôts. Quelle affaire o.O

  • 0 Reco 04/09/2014 à 15:32 par jérome

    chers investisseurs, pensez à vous faire parrainer !! des milliers d'euros a gagner!!

  • 0 Reco 04/09/2014 à 12:28 par Lapoliss

    @Gégé
    Je suis d'accord avec vous, et très intéressé par la tribune de Mme Duflot dans le monde. La critique qu'elle fait de l'aide à l'investissement locatif me semble cependant aussi caricaturale que la position des lobbies de l'immobilier qu'elle dénonce dans son livre... S'il est vrai, comme le laisse entendre M. Payelle ici-même, que le dispositif Pinel conserve la dimension "logement intermédiaire" du Duflot, pourquoi s'y opposer ?

  • 2 Reco 04/09/2014 à 12:08 par Gégé

    Pour relancer l'investissement locatifs, il faut construire des logements abordables. POINT.

    http://www.lemonde.fr/ide es/article/2014/09/04/duf lot-en-detricotant-la-loi -hollande-et-valls-renfor cent-la-bulle-immobiliere _4481458_3232.html

  • 1 Reco 04/09/2014 à 10:57 par Kiwala

    Encore faudra-t-il voir le niveau réel, une fois les fameux décrets publiés, des loyers supposés "médians", qui s'annoncent, pour Paris, ridiculement bas (par exemple : 470 € "annoncés" sur le site de l'Observatoire des loyers, pour un studio qui se loue aujourd'hui, plutôt dans le "bas de la fourchette" en plus, 630 €, après une rénovation dont le coût n'est qu'à peine pris en compte dans ce loyer-là, déjà ! (2%, quand la loi, supposément, autoriserait 15 %, faisant grimper le loyer à... 1000 €!)
    Il faut arriver à décrypter les différentes clauses de la loi qui se contredisent, donc, et cesser de faire croire aux bailleurs qui investissent qu'ils auront un retour sur investissement, quand on s'apprête à les racketter.
    Car... essayez donc d'acheter aujourd'hui un studio à rénover, à Paris, de le rénover correctement pour le mettre aux normes, d'ajouter au calcul du nouveau loyer, donc, comme la loi prétend vous y autoriser, 15 % (au plus, selon cette loi ALUR) du coût de votre rénovation, et... de rester au-dessous de... 470 €, qui serait le "loyer médian + 20 %" !!!!!
    Est-ce comme ça qu'on compte faire revenir dans les zones tendues les bailleurs soucieux de proposer des biens correctement rénovés, sans avoir visé la rénovation de grand luxe ?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...