Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 4 novembre 2010 à 09h26

"Le Jardin Public est le dernier endroit à la mode à Bordeaux"


Johann Amen
Johann Amen
Johann Amen (©dr)

Johann Amen est président d’Invest’Immo, une agence présente depuis 1973 à Bordeaux. Spécialiste du marché du quartier du Jardin Public, il revient pour LaVieImmo.com sur l’un des quartiers les plus chers du chef-lieu de la Gironde. Selon lui, le Jardin Public, c’est « l’équivalent du Parc Monceau à Paris ».

(LaVieImmo.com) - Comment se porte l’immobilier du Jardin Public ?

Johann Amen : Il se porte très bien. Cet endroit est privilégié par une clientèle aisée, qui ne désemplit pas, dans un contexte où il y a plus de demande que d’offre. La seule « crise » que connaît ce quartier réside dans la surévaluation des biens, une pratique encore répandue. Ce qui fait que de nombreux biens restent à la vente pendant 4 à 5 mois, alors que j’estime qu’une bonne transaction doit se faire dans un laps compris entre 2 et 4 mois. Ce quartier attire de plus en plus une demande de jeunes cadres parisiens, qui recherchent à Jardin Public à acquérir de petites surfaces afin d’investir. Je dirais par ailleurs que l’on ne peut pas se tromper en investissant ici.

Qu’est-ce qui explique cet attrait pour jardin Public ?

Johann Amen : Ce secteur, autrefois appelé Jardin Royal, bénéficie d’un emplacement exemplaire. C’est l’équivalent du Parc Monceau à Paris, en terme de situation et de qualité de vie. Il relie la Place des Quinconces [plus grande place d’Europe, NDLR] aux Portes du Médoc et aux Chartrons. Ce quartier est central et à une encablure du centre-ville.

Quels sont les prix pratiqués ?

Johann Amen : A la location, les prix vont de 11 à 15 euros par mètre carré. Pour un T1, il fut compter entre 400 et 450 euros le mètre carré, pour un T2, de 600 à 650 euros et pour un T3, plus de 900 euros. En ce qui concerne les prix à la vente, nous avons récemment vendu un bien à 3 400 euros par mètre carré, pour un total de 160 000 euros. Plus généralement, les prix tournent autour de 3 500 euros le mètre carré.

Que recherche-t-on dans ce secteur ?

Johann Amen : Un vingtième des appartements comprend une terrasse, c’est donc un critère important de valorisation des biens. Mais le plus souvent, les acquéreurs sont à la recherche d’un parking. Il ne faut pas oublier que nous sommes en centre-ville. Car même si l’alternative à la voiture s’est démocratisée - par le vélo, via le V3, ou encore le tramway, le besoin d’un emplacement pour sa voiture reste très fort, pour la circulation à la semaine.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...