Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmercredi 1 juin 2011 à 12h10

"Le risque d'une bulle immobilière est indéniable"


Clément Schaff et Mahdi Ben Jelloul, économistes au CAS
Clément Schaff et Mahdi Ben Jelloul, économistes au CAS
Clément Schaff et Mahdi Ben Jelloul, économistes au CAS (©dr)

Clément Schaff et Mahdi Ben Jelloul sont économistes au Centre d'analyse stratégique (CAS), organisme rattaché à Matignon et chargé d’éclairer le gouvernement dans « la définition et la mise en oeuvre de ses orientations stratégiques en matière économique [et] sociale », notamment. Ils ont récemment participé à la rédaction d’une note d’analyse sur « L’évolution des prix du logement en France sur 25 ans », dans laquelle ils jugent possible l’existence d’une bulle immobilière en France.

(LaVieImmo.com) - Quelques jours après la publication de votre note, Jean-Philippe Cotis, directeur général de l’Insee contestait l’existence d’une bulle immobilière française…

Clément Schaff : Nous avons analysé l’évolution des prix des logements au cours des vingt-cinq dernières années et sommes arrivés à la conclusion que les facteurs de long terme, comme les évolutions démographiques ou les phénomènes de concentration territoriale, ne permettaient pas d’expliquer à eux seuls l’envolée qu’on observe en France depuis la fin des années 1990. En revanche, il semble acquis qu’en anticipant une poursuite de la hausse des prix, les ménages ont progressivement et artificiellement alimenté cette progression notamment les ménages déjà propriétaires qui sont en quelque sorte immunisés contre la hausse des prix – ce qui tendrait à accréditer le scénario d’une bulle. Lors de la présentation de la dernière étude de l’Insee sur les prix des logements*, Jean-Philippe Cotis a rappelé que la France, contrairement aux Etats-Unis ou l’Espagne de la fin des années 2000, ne souffre pas d’un excès d’investissement dans l’immobilier. C’est un fait, et à aucun moment notre étude n’affirme le contraire. Attention cependant, une bulle peut très bien se former sans spéculation ni investisseurs…

Parmi les facteurs de hausse des prix dont vous minimisez l’impact, le manque de logements disponible est l’un des plus fréquemment avancé pour expliquer la forte progression des dernières années…

Mahdi Ben Jelloul : Le fait que les loyers aient progressé beaucoup moins rapidement que les prix des logements anciens sur la période couverte par notre étude infirme l’hypothèse, pourtant intuitive, d’une pénurie généralisée de logements. Ce qui a un impact sur le niveau des prix, en revanche, c’est la rareté du foncier, que ce soit dans les zones les plus demandées où là où les règles d’urbanisme sont les plus contraignantes.

Est-ce à dire que les prix ne peuvent pas baisser dans les grandes villes, où le foncier est le plus rare ?

Clément Schaff : Non. Comme nous l’avons montré, les facteurs de long terme, dont la rareté du foncier fait partie, ont un impact sur le niveau des prix, mais ils n’expliquent que partiellement l’évolution constatée au cours des dix dernières années. L’exemple de Paris dans les années 1990 montre qu’une baisse est possible même dans des zones où la demande est forte et le foncier rare, dès lors que le niveau des prix s’éloigne trop fortement des « fondamentaux ». Aucun marché n’est réellement fermé…

Mahdi Ben Jelloul : Nous ne sommes pas en train de dire qu’une bulle s’est formée, ni qu’elle va nécessairement éclater. Il est d’ailleurs peu probable, si le scénario d’une bulle immobilière française venait à se vérifier, que les prix chuteraient de manière rapide. Même dans les années 1990, le mouvement de correction s’est étalé sur plusieurs années (baisse de 40% en termes réels entre 1991 et 1998). Cela dit, même s’il est indéniable que le risque existe, il est par essence impossible de prouver l’existence d’une bulle tant qu’elle n’a pas commencé à se dégonfler…

*« Prix des logements anciens et loyers entre 2000 et 2010 », Insee Première n° 1350, mai 2011

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 15/06/2011 à 22:23 par investisseur pro

    hhahahahahhahhhaa

    quand je vous le disais que jetais un dieu de l'immo ahhhahahhaa. 524,000 euros sur le compteur hihi Pendant que tous les c.. dinvestiiseurs achetaient en Dec. 2010, comme des anes , moi je vendais mes apparts ahhahaha. 524,000 euros. Pendant que tout le monde criait au loup en Espagne, j;achetais un magnifique appart a Barcelome ahhahhaha.

    Juger plutot:

    http://immobilier.nouvelo bs.com/actualites/france/ 20110615.CHA6742/espagne_ le_marche_immobilier_se_r etablit_lentement.html

    http://www.leparisien.fr/ economie/immobilier/la-ba nque-de-france-craint-les -effets-d-une-bulle-immob iliere-15-06-2011-1494245 .php

    hihihi: et oui: comme je le disais: ne jamais ecouter les journalistes: ils ont 3 mois de retard. Cest peut-etre deja trop tard les gars, mais si jetais vous je vendrais vite tres tres vite mes biens en France pour acheter aux USA ou Espagne.... Car ca va peter, ca va peter, mais un enrome gaz: booommmmm en France

    ahahhahaa

    mais je vous rassure, quand vous aurez bien brade vos appart, je serai la pour les racheter hihiiiii

  • 0 Reco 14/06/2011 à 00:07 par Michel

    Les taux montent a une vitesse incroyable. Il vaut mieux mettre vite en vente votre bien, car bientôt, plus aucun acheteur ne pourra acheter mis a part les grosses fortunes.

  • 0 Reco 12/06/2011 à 22:40 par poilagratter

    avant de parler de bulle immobilière il faut parler de la bulle du crédit qui avec des taux très bas et des durées de prêt allant jusqu'à 30 ans est en grande partie le facteur essentiel de la reprise du marché depuis l'an 2000 et dans la foulée de hausses des prix par le simple jeu d'une demande souvent suprieure à l'offre...ce n'est que plus récemment que l'on a vraiment commencé à évoquer une bulle immobilière dans la mesure où le marché a pris des allures de marché spéculatif avec des vendeurs adeptes du toujours plus face à des acheteurs convulsifs et ayant perdu tout sens critique devant des prix qui atteignaient des sommets ne voulant plus rien dire.....les arbres ne montant jamais jusqu'au ciel, il arrive un moment où ça ne passe plus....on semble en être là aujourd'hui et donc avec le ralentissement d'une demande qui n'a plus les moyens de payer plus, les prix vont obligatoirement revenir à des niveaux plus raisonnables....mais de là à affirmer qu'il va y avoir un krach alors qu'il n'y en a pas vraiement eu un en 2008 dans un contexte bien plus anxiogène.....malgré ses soubresauts dûs à des comportements pas toujours très rationnels, l'immobilier reste une valeur refuge sur le long terme ...et source de débats souvent passionnels!!! lol

  • 0 Reco 12/06/2011 à 22:21 par poilagratter

    petite précision: sur se loger, site réservé aux AI, le même bien commercialisé par plusieurs agences se retrouve donc répété parfois 3 ou 4 fois....le chiffre annoncé de 13 000 biens à vendre est donc à diviser par 3 ou 4 pour avoir une idée plus proche de la réalité....là dessus 10 à 15% des biens sont à leur "juste prix"....ce sont ces biens qui partent vite et alimentent les statistiques sue l'évolution des prix parisiens...le reste est souvent très surestimé car de qualité très moyenne quand ce n'est pas franchement médiocre et ces produits là partent évidemment beaucoup moins vite voire pas du tout si les vendeurs s'accrochent à leurs illusions

  • 0 Reco 05/06/2011 à 19:44 par marrcco91

    La question n'est plus de savoir s'il y a une bulle mais quand et comment elle éclatera.

  • 0 Reco 05/06/2011 à 12:45 par MisterHadley

    :D

  • 0 Reco 05/06/2011 à 11:34 par Dédé

    D'accord avec Trop Cher, sauf sur un point : "avec 13000 bien à vendre à paris rien que sur seloger, on dépasse largement le nombre de personnes qui VEULENT acheter à ces prix là.

    Quand à la remarque de MrH, attendons, le T4 2011 pour avoir une vraie visibilité sur l'évolution du marché parisien. Car la baisse des prix est toujours précédé d'une baisse des transactions.

    Et cette baisse des transactions a lieu sur Paris (notamment sur les petites surfaces qui ne partent plus...).

  • 0 Reco 05/06/2011 à 06:13 par MisterHadley

    Ce serait, dans ce cas, nier la réalité parisienne de toujours, et qui perdure...

  • 0 Reco 04/06/2011 à 19:05 par Trop Cher

    @MisterHadley
    La plupart des acheteurs potentiels que vous mentionnez sont à retirer de la liste:
    - Les classes moyennes, évidemment hors jeu à 8000 €/m2
    - Les professionnels ont intérêt à louer
    - Les investisseurs particuliers devraient chercher un placement plus rentables (2% + risque de retournement)
    - Les promoteurs cherchent du terrain, à Paris on oublie.
    - Les zinzins (banques, assurances, fonds de pension) ne cherchent pas des appartements isolés mais des immeubles entiers, sinon c'est ingérable.

    Restent donc les "riches" qui ne le resteront pas s'ils achètent aujourd'hui.

    Avec plus de 13000 biens à vendre à Paris rien que sur se loger, on dépasse largement le nombre de personnes qui peuvent acheter à ces prix là. Pourquoi ceux qui le peuvent le voudraient-ils ? L'immobilier implique de placer beaucoup d'oeuf dans le même panier, est très peu liquide, soumis à une fiscalité défavorable et à de lourdes charges, alors à ce prix là...

  • 0 Reco 04/06/2011 à 17:34 par Conseil.finance75

    Rendez vous sur bullimmobiliere.space-blo gs.com

  • 0 Reco 03/06/2011 à 13:04 par MisterHadley

    Paris intramuros est la concentration d'à peu près tous les profils d'acquéreurs potentiels, d'où le "problème"...

    Les primo accédants qui n'ont évidemment plus assez d'argent pour s'y installer...

    ... mais je ne suis déjà pas sûr que de s'entêter à vouloir y "vivre" lorsque l'on sait dès le départ que l'on en a aucunement les moyens soit déjà pertinent, mais bon...

    Les propriétaires qui y cherchent leurs nouvelles acquisitions...

    Les classes dites "moyennes"...

    Les "riches"...

    Les professionnels...

    Les "investisseurs" particuliers...

    Les investisseurs institutionnels...

    Les promoteurs...

    Les collectivités et administrations diverses...

    Les fonds de pensions...

    Les assureurs et les banques...

    Ca fait énormément de monde pour très peu de biens disponibles en réalité...

    Les plus argentés l'emportent logiquement au détriment de celles et ceux qui n'ont pas les moyens de suivre, évidemment...

    Message édité 03/06/2011 à 13:06

  • 0 Reco 03/06/2011 à 12:57 par MisterHadley

    Paris intramuros est l'un des seuls rares marchés qui pourrait être un jour spéculatif dans une proportion excessive...

    Et tel que c'est actuellement engagé vu toutes les erreurs faites, ça ne s'arrangera pas...

    Sinon, tout le monde n'emprunte pas...

    Tout le monde n'emprunte pas sur 30 ans...

    Etc, etc...

    Pratiquement chaque acquisition se doit d'être considérée quasi individuellement, alors, évitons les généralités inutiles...

    30 ans et sans aucun apport n'est pas rédhibitoire en soi pour certains, alors que pour d'autres, ce sera casse-gueule dès le départ...

    Alors...

    Message édité 03/06/2011 à 12:58

  • 0 Reco 03/06/2011 à 11:18 par defrance69

    Cette bulle immobilière a commencé en 2005 et personne n'a tenté d'arreter le ponzi qui va sans doute ruiner plusieurs générations.
    Tous les acteurs du marché immo savaient qu'une bulle était en train de se former mais personne n'a tenté de l'enrailler, de la limiter.
    Que deviendra la famille qui c'est endettée sur 30 ans ?

  • 0 Reco 03/06/2011 à 10:46 par Dadi

    Les gens qui traitent les autres de "cons" devraient se regarder dans un mirroir un petit peu!
    ça ne vient pas à l'idée que ces "gens" qui ont acheté l'on fait simplement pour se loger?
    Et désolé de vous décevoir mais tout le monde n'achète pas à PARIS et de plus, le marché immo français est très hétérogène quelques fois à l'échelle d'une agglomération même!
    Et il y a déjà des endroits en france où une correction des prix s'est faite et continue. Je ne dis pas qu'il n'y a pas bulle ou qu'il y a bulle car je ne suis pas économiste mais je réagis juste aux propos virulent de certains envers d'autres de nos co-citoyens.

  • 0 Reco 03/06/2011 à 09:57 par MisterHadley

    Donc, paas, d'après toi, les gens seraient particulièrement devenus des "cons" depuis ces dix dernières années, alors...

    Ce qui voudrait dire que depuis que Paris a cette équipe municipale, les gens sont devenus "cons"...

    Je te laisse donc la responsabilité de tes affirmations, dans ce cas...

    Je préfère simplement faire le parallèle entre l'explosion des prix du m² parisien, et la mandature actuelle, justement depuis qu'elle est arrivée à la gestion de la capitale...

    Coïncidence... ou pas.

  • 2 Reco 03/06/2011 à 09:32 par Paas

    Cher MisterHadley, si les prix ont double, ces parce que la stupidité moyenne des gens a elle aussi double: ceux ci ont acheté comme des cons au prix affiche, sans négocier, et en se ruinant pour 30 ans!

  • 2 Reco 02/06/2011 à 15:17 par MisterHadley

    Au T1 2001, le prix du m² parisien était à 3060€...

    Au T1 2011, soit dix ans après, le prix du m² parisien est à 7780€...

    Soit une augmentation du m², sous cette mandature, de +154.25%...

  • 0 Reco 02/06/2011 à 15:08 par MisterHadley

    Il est intéressant de faire le parallèle entre l'évolution des prix parisiens et le moment où la mandature actuelle aura été élue pour diriger la capitale, finalement...

    C'est assez parlant, d'ailleurs...

    Message édité 02/06/2011 à 15:09

  • 0 Reco 02/06/2011 à 15:03 par France Damba

    vraiment, sincèrement , je compatis à vos petits soucis de riches,aux ass (450 euros par mois) et bientôt à la rue, je me rends compte comme il est doux de vivre sans se soucier des résultats des prochaines élections ! allez ! bon courage à tous et surtout ne lâchez rien !

  • 1 Reco 02/06/2011 à 14:53 par MisterHadley

    Et comme toujours, tu viens foutre ta m..de, faute d'avoir quoi que ce soit d'intéressant à dire sur l'article en question.

    Passionnant,.. et surtout, très utile.

  • 0 Reco 02/06/2011 à 14:15 par Analyste

    Il y a MisterHadley et son double. Ils sont deux, l'un qui écrit des inepties et l'autre qui sait au moins écrire un français correct ... ou alors c'est le même personnage, mais qui traverse la plupart du temps des crises de paranoïa.

  • 0 Reco 02/06/2011 à 13:58 par MisterHadley

    Il y a deux-trois semaines, j'ai rencontré par hasard à la capitale une jeune femme que je n'avais pas revu depuis des lustres...

    On parle vite fait, elle me dit qu'elle cherche un appartement sur Paris...

    En CDI, célibataire avec un gamin, un salaire honnête, solvable, et tout et tout...

    Elle cherche un deux pièces...

    Je lui ai demandé depuis combien de temps elle était ainsi en recherche, vu que je n'ai pas osé lui dire de façon direct que c'était pas la peine pour elle de rêver...

    Elle me répond "deux ans et demi..."

    Je l'ai encouragé à recentrer ses recherches sur la petite courronne, et à ne surtout pas passer par AI mais plutôt rechercher en direct, puisque c'est toujours ça d'gagné pour elle en terme de thune...

    ... et à moins d'un très gros coup d'bol ou d'être grave pistonnée, elle n'y parviendra surement pas, malheureusement...

    Et pourtant, elle est très active dans ses recherches, alors...

    Message édité 02/06/2011 à 14:00

  • 0 Reco 02/06/2011 à 13:49 par MisterHadley

    Il y a bien pénurie de logements, non pas "sociaux", mais de logements "classiques" dans toutes les zones identifiées comme "tendues"...

    Ce n'est évidemment pas le cas à trifouillis les oies blanches sur verts paturages...

    Donc, déjà, parler de "bulle" est stupide, vu que l'ensemble des marchés immobiliers français ne se ressemblent déjà pas, donc, la France n'est pas homogène là-dessus.

    Par contre, Paris la snobinarde a une incidence sur l'IDF, qui, à elle seule, est une zone tendue...

    D'où la responsabilité sous-jacente des bourdes faites intramuros sur l'IDF...

  • 0 Reco 02/06/2011 à 13:42 par Jerome

    Il est evident comme 1+1 = 2 que cette bulle ridicule va exploser. jai vecu la situation en Espagne de pres: les agents la-bas ont pris les gens pour des cons et encourageaient a acheter au prix sans negocier, faisant croire a la penurie. La situation est identique en France! Il nya pas penurie de logement: il ya penurie de logement a un prix normal, la est toute la nuance, et les maisons ne se vendent pas!

  • 0 Reco 02/06/2011 à 13:40 par olivier

    la caravane passe dits vous? Parlez pour vous: tout le monde n'a pas votre richesse! Les prix excluent les primo-accedants! Quand les vieux auront fini de s'echanger les maisons, et bien qui va les acheter les maisons restantes?

  • 0 Reco 02/06/2011 à 13:28 par MisterHadley

    ... donc, tant que la mandature actuelle n'aura pas compris, ou ne voudra pas comprendre, les prix intramuros ne redescendront pas à un niveau que l'on pourrait alors qualifier de "plus sage"...

    Et la mandature actuelle restera en place jusqu'en 2014, date des prochaines municipales...

    Sachant qu'ensuite, il faudra quelques années pour inverser la tendance consécutive à ces erreurs monumentales...

    La situation intramuros restera sous pression pour un certain temps...

  • 0 Reco 02/06/2011 à 13:25 par MisterHadley

    Paris la snobinarde n'étant pas extensible à l'envie en intramuros...

    Les initiatives de la mandature actuelle se contredisent elles-mêmes, et vont de plus à l'encontre du "Grand Paris" et des fortunes qui y sont investies...

    Développer à outrance une offre de bureaux en intramuros est une bourde monumentale, particulièrement lorsque la thune qui s'y dilapide serait bien mieux utilisée si elle était consacrée à produire ce qu'il y manque vraiment, à savoir des logements...

    Et pas des logements "sociaux", mais des logements, simplement...

    Vouloir faire "sa" Défense personnelle en intramuros, c'est du n'importe quoi...

    L'histoire pharaonique du ratage du forum des Halles, c'est du n'importe quoi...

    Il aurait bien mieux valu investir sur des logements exclusivement, et non des bureaux par dizaine de milliers de m² comme c'est le cas, ainsi que sur des surfaces commerciales supplémentaires...

    De plus, la contradiction avec les restrictions pour la circulation ça et là sont complètement incompatible avec ces envolées lyriques de bureaux et de commerces...

    Des bureaux et des commerces génèrent obligatoirement une circulation supplémentaire pour ne faire déjà que fonctionner...

    Alors, construire des bureaux et des commerces tout en restreignant de surcroit la circulation et en augmentant les contraintes pour les véhicules, c'est d'une rare incohérence... le tout sur fond public, bien évidemment...

    Et dans tout ça, ce dont la ville a réellement besoin, à savoir des logements, bah... que dalle...

    ... alors que la demande intramuros est sous pression...

    L'offre étant quasi inexistante, la demande étant toujours plus forte...

    Et les réponses jusqu'ici données et extrêmement couteuses ne sont donc très majoritairement que des bureaux et des commerces...

    Je ne parle même pas de stades, parce que là..!

    ...

  • 0 Reco 02/06/2011 à 13:07 par Tiph'n

    Pourquoi?

  • 0 Reco 02/06/2011 à 11:45 par MisterHadley

    Je trouve cet article intéressant, moi, et bien plus nuancé que ce qu'on aura bien voulu lui faire dire jusqu'ici...

    Ces djeuns sont plutôt mesurés et ne sont pas affirmatifs, ce qui est une marque d'intelligence...

    Pour ce qui est de Paris la snobinarde, ça ne s'arrangera pas avant, au minimum, la prochaine municipale, justement à cause de la mandature actuelle, qui fait un fantastique grand n'importe quoi, et saccage cette capitale...

    Ce n'est pas par l'égocentrisme forcené qu'il y règne que la situation du logement intramuros ne s'arrangera, bien au contraire...

    Plus l'équipe actuelle se plante, plus elle construit et construira de bureaux et de surfaces commerciales, plus la pénurie sera dure et les prix stratosphériques, c'est mathématique...

    Rajoutons aussi les HLM occupés indument par de très gros revenus qui n'ont rien à y faire...

    Tant que tout ça durera, la pénurie augmentera et les prix y flamberont, malheureusement...

    Et les prochaines municipales sont en 2014, donc... ;)

    Message édité 02/06/2011 à 11:47

  • 0 Reco 02/06/2011 à 11:22 par Julien

    jai juste vendu mon appart ouf! Avant la bulle! Je plains les gros investisseurs qui ont tous acheter comme des malades avant fin decembre.... ca va etre tres dur pour eux sils ne revendent pas des maintenant car leur retour sur l'investissement sera quasi nul!

  • 0 Reco 02/06/2011 à 10:42 par Antoine

    jai mis envente mon appart. jai pliens de visites, mais tout le mond eme dit que cest trop cher.... a la premiere proposition pas trop basse je le vends! Cest vraiment le moment de vendre car apres ce sera pire!

  • 0 Reco 02/06/2011 à 10:40 par Bill

    Jai perdu enormement d'argent a cause des mes actions qui ont terriblement baisse en 2008-2009... Je ne vais pas me fair avoir deux fois! Je vais mettre en vente mes appartements avant que les prix ne chuttent! Il faut vendre et vite!

  • 0 Reco 02/06/2011 à 10:38 par un investisseur vous conseille

    je suis un investisseur, e croyez moi je vends!!!! Je recends tous mes apparts! Car la gauche va passer au pouvoir, et conmnaissant bien les gens de gauche ils me disent qu'ils vont taxer a fond les investisseurs!!! De peur d'etre ruiner, avec cette baisse des prix, je vends!!! Et je conseille tous les investisseurs de faire pareil, tant qu'il est encore temps!!!

  • 0 Reco 02/06/2011 à 01:29 par Trop cher

    "même s’il est indéniable que le risque existe, il est par essence impossible de prouver l’existence d’une bulle tant qu’elle n’a pas commencé à se dégonfler… "

    Hmmmm. Une bulle se caractérise par une hausse des prix sans création de richesse. Elle se forme lorsqu'un marché se déconnecte de l'économie réelle (solvabilité des acquéreurs ou rentabilité de l'investissement).

    Conclusion ?

  • 0 Reco 02/06/2011 à 01:15 par Kraaaaaaach

    Nous sommes entrés en 2008-2009 dans un cycle baissier qui n'a été que momentanément corrigé par le sursaut de 2010 ("piège haussier" ou "bull trap") dû à des circonstances anormalement favorables (taux très bas, incitations fiscales, impression de valeur refuge). Aujourd'hui le marché est bloqué (12% de baisse du volume des ventes ! Si l'immobilier était une entreprise, elle serait en faillite). L'impression de hausse des prix n'est qu'une illusion statistique due aux moyennes, qui se calculent sur les rares ventes enregistrées sans tenir compte des milliers d'apparts invendus (et qui le resteront).

  • 1 Reco 02/06/2011 à 00:18 par VéVé

    Et pourtant il s'agit bien d'un effet spéculatif massif et généralisé animé par des investisseurs (particuliers : leur but est le gain financier, mais aussi politique : en terme de zonages restants inconstructibles). Et c'est cette effet spéculatif qui amène une bulle de crédit contrairement à l'Irlande ou au USA.

  • 0 Reco 01/06/2011 à 23:07 par Analyste

    C'est pas parce que le marché n'est pas animé par les marchands de biens, contrairement aux années 88-92, que le marché ne peut pas être en bulle. Il y a actuellement une bulle de crédit, sans effet spéculatif massif. Mais ce déversement de crédit n'en produit pas moins une forte augmentation des prix, lesquels sont décorélés de la valeur produite par l'économie réelle. Même phénomène aux USA, Irlande, Espagne etc. : il y avait trop de crédit, ce qui a fait monter les prix, jusqu'au moment où la bulle de crédit explose. Dans ces pays non plus, le marché n'était pas animé par les investisseurs et les marchands de biens ...

  • 1 Reco 01/06/2011 à 21:14 par midève

    Les chiens aboient et la caravane passe!

  • 0 Reco 01/06/2011 à 20:30 par VéVé

    "Le risque d'une bulle immobilière est indéniable" ::: ===> Lire plutôt : "Le risque d'éclatement de la bulle immobilière est indéniable".

  • 0 Reco 01/06/2011 à 20:27 par VéVé

    Pour répondre à "Bon conseil mais ..." :
    C'est bien pour cela que je conseil "d’essayer" de vendre aujourd’hui : On constate en effet une contraction du marché de 10 à 15 %. D'ici quelques mois il sera "strictement" impossible de vendre même à -5% ou -8% d'autant que la BCE va bientôt augmenter son taux directeur donc augmentation du taux de crédit immobilier moyen de 0,3 à 0,5 %. C'est inévitable. Un retour à des taux immobilier sur 20 ans de l'ordre de 5% est logique. Comme je ne crois absolument pas à une période d'inflation dans les années qui viennent du fait de l'euro ... il faut vendre.

  • 0 Reco 01/06/2011 à 20:17 par VéVé

    Pour répondre à YoOne : Je pense que nous somme déjà entré dans un nouveau paradigme avec le pic de fin 2007, qu'en 2010 nous étions dans la phase de "Déni" (augmentation des prix). Aujourd'hui, nous entrons dans la phase de "peur" (avec la baisse des demandes) pour quelques mois et d'ici 1 à 2 ans la phase de "capitulation" (écroulement des demandes et des prix). Visible comme le nez au milieu du visage.

  • 0 Reco 01/06/2011 à 19:56 par VéVé

    Citation : "Attention cependant, une bulle peut très bien se former sans spéculation ni investisseurs…"
    Mais là il s'agit bien du bulle spéculative. L'imaginaire global a fait miroiter qu'en achetant de l'immobilier, même en résidence principale, il rendrait les acquéreurs riche en 15 ou 18 ans. Résultat : Dans l'imaginaire il faut absolument acheter encore aujourd’hui"hui même sur 25 ou 30 ans à des prix exorbitants. Cependant, la réalité du marché immobilier de nos jours n'a rien à voir avec la période 1997 - 2002. Il s'agit bien d'une bulle spéculative sans fondement objectif et entretenue par l'imaginaire des propriétaire eux mêmes et par conséquent une exclusion des primo-accédants . Ce mécanisme entraîne inexorablement un grippage du marché suivi d'un éclatement de la bulle. Je répète, il s'agit bien d'une bulle spéculative argumenté par les propriétaire (Interroger votre entourage sur l'argumentation d'un achat immobilier...).

  • 0 Reco 01/06/2011 à 19:48 par Bon conseil mais...

    Vous êtes bien gentils de conseiller de vendre, mais vous en connaissez encore des gens assez fous pour acheter aujourd'hui ? Le marché s'est contracté de 12 % au dernier trimestre et la hausse des taux réduit la solvabilité des ménages.

  • 0 Reco 01/06/2011 à 19:40 par VéVé

    Attention, on y est. Ca va exploser ! Propriétaire vendez vite ! très vite !. Le réajustement des prix va être sévère.

  • 0 Reco 01/06/2011 à 15:14 par pchiiiittttt la bulle

    ça va peter !!!

  • 1 Reco 01/06/2011 à 14:40 par Drure

    On y est ouvrez les yeux ça explose de partout et ça sent pas savon !

  • 0 Reco 01/06/2011 à 13:18 par YoOne

    Beaucoup de monde attend un documentaire choc sur M6 ou TF1 qui annoncera en exclusivité la bulle immobilière, ce qui va nous faire entrer dans un nouveau paradigme.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...