Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmardi 28 octobre 2008 à 12h31

"Le sentiment d’inconfort stagne mais la qualité des logements s’améliore"


(LaVieImmo.com) - « Les jeunes et les ménages modestes surestiment plus souvent le confort de leur logement ». Telle est la conclusion d’une grande enquête menée par l’INSEE en 2006, et rendue publique cet automne. L’étude, révèle que 14% des logements peuvent, en 2006, être considérés comme inconfortables*. Le sentiment d’inconfort perçu par les ménages diffère toutefois de cette classification objective. 10% des ménages qui vivent dans un logement inconfortable en sont néanmoins satisfaits, tandis que 3% des ménages occupant des logements corrects s’en déclarent insatisfaits. Les logements de qualité médiocre sont plus nombreux dans les bâtiments construits avant 1948 (plus de 20%), qui n’ont pas bénéficié des normes actuelles. A l’inverse, parmi les logements construits après 1999, seuls 7% peuvent être définis comme inconfortables. Les ménages modestes, immigrés, jeunes, et les familles nombreuses ou monoparentales vivent plus souvent dans des logements de qualité médiocre ou surpeuplés.

Yves Jauneau, de la division Etudes sociales de l’INSEE, et coauteur de cette publication revient pour Lavieimmo.com sur les enjeux de cette étude tirée d’une des plus grandes enquêtes de l’INSEE, réalisée à intervalle régulier tous les 4 ou 5 ans.

Lavieimmo.com : Vous avez signé avec Solveig Vanovermeir cette étude de l’INSEE. Qui est à l’initiative de cette enquête et quelle est sa vocation ?

Yves Jauneau : Cette enquête existe depuis 1955 et répond à une forte demande : de la part du ministère du Logement, de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), du Centre d’études et de recherches économiques sur l’énergie (CEREN). Elle est portée par 3 objectifs : connaître les conditions de logement des ménages, suivre les essais politiques, et permettre l’évaluation des dépenses en logement des ménages.

Lavieimmo.com : Ce volet « confort » a-t-il des répercussions politiques concrètes ?

Yves Jauneau : A l’INSEE nous n’avons vocation qu’à réaliser et publier l’enquête. Celle-ci doit bien entendu servir à la prise de décision politique, mais je ne peux pas vous dire exactement quelles seront les répercussions précises. A priori, ces études sont faites pour alimenter la réflexion sur le logement…

Lavieimmo.com : Le travail de terrain s’est déroulé pendant l’année 2006. Il s’agit sans doute d’un travail très long. Comment cette enquête a-t-elle été menée ?

Yves Jauneau : Notre division logement a envoyé ses enquêteurs à la rencontre des habitants d’un échantillon de 43 000 logements représentatifs, sur la base des données du dernier recensement (99) enrichie des dernières informations de la construction.

Lavieimmo.com : Etes-vous surpris des résultats ?

Yves Jauneau : Nous n’avons pas de point de comparaison pour toutes les variables. Quelques critères ont changé, mais certains résultats étaient attendus. Par exemple, le fait que les jeunes surévaluent plus souvent le confort de leur logement, ne nous a pas étonné. Dans d’autres études de l’INSEE, nous avons observé que les jeunes surestiment plus souvent leur situation financière également. Du côté de la sous-estimation, c’est déjà plus compliqué. Tout ne s’explique pas, et il nous faut interpréter.

Lavieimmo.com : La variable « sentiment d’inconfort » est particulièrement intéressante. Existe-t-elle depuis 1955 et a-t-elle beaucoup bougé depuis ?

Yves Jauneau : Nous n’avons pas l’évolution du sentiment d’inconfort depuis 1955. Depuis 1978 au moins, cette variable n’a cessé de baisser, passant de 13% à 6% en 1996. Depuis cette date, le sentiment d’inconfort stagne… alors que la qualité des logements s’améliore.

Lavieimmo.com : Les critères retenus dans la définition de l’inconfort ont-il évolué ces dernières années ? Sont-ils susceptibles d’évolution dans les enquêtes à venir ? En effet, si le sentiment d’inconfort stagne alors que la qualité des logements progresse, les exigences des ménages ont peut-être évolué…

Yves Jauneau : Nous revoyons nos critères en y intégrant des variables qui n’étaient pas prises en compte dans les premières enquêtes. Le bruit, l’insécurité, la pollution… les sondés citent de plus en plus fréquemment ces éléments, et nous constatons qu’ils participent de leur sentiment d’inconfort. En effet, les logements sans confort sanitaire, par exemple, ne comptent plus que pour 1% de l’échantillon. D’autres critères entrent donc immanquablement en compte dans le sentiment d’insatisfaction.

Il est toutefois difficile de modifier les critères d’une enquête à l’autre. Pour que des comparaisons restent possibles, nous faisons un compromis à chaque enquête entre garder nos critères et ajouter des questions qui nous semblent pertinentes. La prochaine enquête est prévue pour 2010-2011. D’ici-là l’enquête évoluera sans doute.

Lavieimmo.com : Ces résultats pourront-ils encore évoluer ? Le sentiment d’inconfort est-il condamné à stagner ?

Yves Jauneau : Les différentes variables évolueront peut-être, y compris le sentiment d’inconfort. Les répondants qui expriment un sentiment d’inconfort ne sont peut-être pas les mêmes d’une enquête à l’autre.

Propos recueillis par Aurélie Rodriguez

*sont considérés comme inconfortables les logements de qualité médiocre (qui présentent au moins 3 des 13 défauts identifiés par l’enquête logement, parmi lesquels humidité, mauvaise isolation, surface moyenne de la pièce principale inférieure à 9m², hauteur sous plafond inférieure à 2.20m, etc.) ou les logements surpeuplés.

Pour consulter l’étude complète cliquez ici

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...