Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 29 octobre 2010 à 10h56

"Les expulsions locatives explosent avant la trêve hivernale"


Philippe Denizot
Philippe Denizot
Philippe Denizot (©dr)

La Confédération Nationale du Logement (CNL) a pour mission principale de défendre l'intérêt des locataires et des accédants à la propriété. Elle milite pour un droit au logement pour tous et est depuis 1980, une association de consommateurs agréée. A la veille de la trêve hivernale, Philippe Denizot, secrétaire confédéral, apporte un éclairage sur le sujet.

(LaVieImmo.com) - Qu’est ce que la trêve hivernale ?

Philippe Denizot : La trêve hivernale est une période durant laquelle les propriétaires ne peuvent pas expulser les locataires qui sont en situation d’impayé. Elle s’étend partout sur le territoire français, du 1er novembre au 15 mars de l’année suivante, selon la loi entrée en vigueur le 1er août 1991. Cette trêve est souvent un répit pour les locataires en difficultés financières, mais c’est aussi un vrai sursis pour les organismes d’aide comme le nôtre, qui avec la crise économique, sont débordés par les dossiers.

C'est-à-dire ? Vous avez remarqué un véritable changement ?

Philippe Denizot : Tout à fait. Ce que nous constatons à la veille de la trêve, c’est une multiplication des expulsions. Les bailleurs accélèrent la procédure et de plus en plus de personnes sont mises dehors fin octobre. Les dossiers que nous avons à traiter ont très fortement augmenté par rapport aux années précédentes !

La trêve hivernale dispense-t-elle de payer son loyer ?

Philippe Denizot : Non. La trêve ne concerne que l’impossibilité de se faire expulser. La force publique ne peut pas être envoyée. Mais les loyers doivent toujours être payés, y compris durant cette période.

Que se passe-t-il en cas de loyer impayé ?

Philippe Denizot : A partir de deux mois de loyers impayés, le bailleur a plusieurs solutions. Il peut tout d’abord proposer au locataire un plan d’apurement, c'est-à-dire un accord « amiable » écrit, et qui prévoit un échéancier de remboursement des loyers. Si le locataire perçoit une aide au logement, de type ALS (Allocation de logement sociale) ou APL (Aide personnalisée au logement) et ne peut pas honorer un plan d’apurement, le bailleur signale à la Caisse d’allocation familiale (CAF) la situation d’impayé. Les aides seront soit supprimées, soit versées directement au bailleur.

Quels sont les recours en cas d’impayés ?

Philippe Denizot : Pour le locataire, il faut qu’il contacte tout d’abord son propriétaire pour prouver sa « bonne foi ». Ensuite essayer de faire un plan « d’apurement ». Sinon, il peut contacter la caisse communale d’action sociale (CCAS) ou la commission de surendettement. Le propriétaire, lui peut contacter la personne qui s’est portée caution du locataire. En dernier lieu, il peut porter l’action en justice.

Est-ce que la durée de la trêve hivernale est justifiée ?

Philippe Denizot : Elle l’est totalement, oui. Tout d’abord en raison des conditions climatiques et du devoir de respect de la personne qu’a un Etat. Il serait totalement moyenâgeux de mettre des personnes dehors par des températures particulièrement basses, alors qu’elles n’ont aucune solution de relogement. Ensuite, parce qu’avec la situation économique, de plus en plus de personnes sont concernées par les impayés de loyer. Dans certaines communes, il y a eu de très fortes augmentations d’impayés, plus du tiers des gens vivant en dessous du seuil de pauvreté.

De plus, les personnes n’avertissent pas tout de suite les organismes qu’elles ne peuvent plus verser leur paiement mensuel, elles ont honte ou pensent que la situation peut s’améliorer. Enfin, la durée de la trêve est d’autant plus justifiée que, depuis la loi Boutin de 2009, un juge a un mois pour traiter un dossier, alors qu’auparavant il en avait trois. Il est donc difficile de trouver des solutions en si peu de temps. La trêve hivernale en augmentant les délais, donne donc plus de temps aux personnes menacées d’expulsion de trouver une solution.

Propos recueillis par Nastasia Desanti - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 10/12/2010 à 10:47 par lailaine

    je vie vie avec 700euros et j ai un loyer de 608 euros je ne sais pas comment faire fasse aux autres factures.

  • 1 Reco 20/11/2010 à 11:25 par Titi19

    Qui se préoccupe des propriétaires lésés par des locataires indélicats ?
    Le social, c'est bien joli quand on le fait avec l'argent des autres !!
    Mes parents ont acheté en 1959 un appartement à Paris, A l'heure actuelle, ma mère veuve vit en province dans une maison de famille et subit des impayés depuis 2 ans. Elle n'a pas voulu lancé trop tôt d'actions contre le locataire pour lui permettre de se "rattraper". Bilan : elle est menée en bateau depuis longtemps, une action en justice est lancée, une ardoise de plus de 20 000 € est due et ma mère est au bord du sur endettement (ce n'est évidemment pas le cas des locataires !!!). Elle est belle la France sociale qui ne garantit même pas le droit de jouir de sa propriété.
    Et vous êtes un acteur de ces injustices Mr Denizot !!

  • 2 Reco 03/11/2010 à 17:06 par marc19

    "Les bailleurs accélèrent la procédure " Faux et archi faux, un bailleur n'a pas le pouvoir d'accélérer une procédure, sinon d'une durée moyenne de 15 mois, on passerait à 6 mois pour pouvoir expulser . Vous racontez n'importe quoi, M Denizot .


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...