Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmercredi 24 octobre 2007 à 12h56

"Les jeunes adultes ont en moyenne plus de difficultés de logement que le reste de la population", Yves Jauneau, statisticien à la division Etudes sociales de l’Insee.


(LaVieImmo.com) - Dans une étude intitulée « L’indépendance des jeunes adultes : chômeurs et inactifs cumulent les difficultés » (Insee Première n° 1156), Yves Jauneau, statisticien à l’Insee, a analysé le mois dernier la situation des jeunes indépendants et leurs difficultés en termes de « conditions de vie ». Il revient aujourd’hui pour Lavieimmo sur les problèmes liés plus spécifiquement au logement, « fréquents » pour les 18-29 ans, « même ceux qui ont une situation financière confortable »...

Lavieimmo : Le premier constat de votre étude est que plus de la moitié des jeunes âgés de 18 à 29 ans, 56% pour être exact, ne vit plus chez ses parents. Existe-t-il un profil type du jeune indépendant ?

Yves Jauneau : Un profil type, peut-être pas… Ce que je montre dans cette étude, c’est que l’accession à l’indépendance est facilitée par différents facteurs, comme la situation professionnelle. Ainsi, si la part des jeunes qui n’habitent plus chez leurs parents n’est que de 17% pour les étudiants, elle dépasse 60% chez ceux qui ont un emploi. On note d’ailleurs que plus l’emploi est stable, plus la proportion d’indépendants augmente : elle est de 62% quand l’emploi est temporaire et de 82% dans le cas d’un emploi permanent. Autre élément déterminant, le sexe : les jeunes femmes quittent le domicile parental plus tôt que les jeunes hommes. En moyenne, elles sont 63% à ne pas vivre chez leurs parents, contre 49% des hommes.

Lavieimmo : Ces proportions sont elles conformes à ce qu’on observe dans les autres pays européens ?

Yves Jauneau : Les chiffres dont on dispose pour les autres pays de l’Union européenne ne sont pas aussi récents que ceux que j’ai utilisé dans le cadre de mon étude, donc je ne peux pas vous répondre avec exactitude, mais les tendances que je viens de décrire ne sont pas propres à la France. Le lien situation professionnelle – indépendance est observé partout. Des différences existent cependant, et on constate notamment que le taux d’indépendance est plus faible dans le Sud de l’Europe que dans le Nord. L’âge de l’accession à l’indépendance résidentielle varie lui aussi : à 22 ans la moitié des jeunes Finlandais ne vivent plus chez leurs parents mais il faut attendre 28 ans pour atteindre une telle proportion en Espagne. En France, cet âge médian est de 24 ans.

Lavieimmo : On a beaucoup comparé les marchés immobiliers français et espagnols récemment, notamment dans le cadre de la volonté de Nicolas Sarkozy de faire de la France « un pays de propriétaires ». L’Espagne est souvent citée en exemple, puisque les ménages sont propriétaires de leur logement à 86%, quand ils ne sont 56% en France. Pensez-vous que cela joue un rôle dans les différences que nous venons d’évoquer ?

Yves Jauneau : L’importance de l’offre locative joue probablement, mais ça n’est certainement qu’une raison parmi d’autres. Des études ont été réalisées sur le sujet qui montrent l’existence de disparités dans les dispositifs d’aide sociale aux jeunes indépendants, plus importants dans les pays du Nord que dans le Sud de l’Europe. Il faut également tenir compte de facteurs culturels. Ainsi, en Espagne, les jeunes attendent généralement d’être mariés pour quitter le logement de leurs parents, mais ça n’est pas le cas dans d’autres pays.

Lavieimmo : En termes de logement, à quelles difficultés les jeunes adultes indépendants sont-ils confrontés ?

Yves Jauneau : Des problèmes de taille de logements et de confort thermique, principalement. Ainsi, 29% des 18-29 ans ont un logement trop petit, contre 16% pour l’ensemble de la population, et 29% d’entre eux vivent dans un logement difficile à chauffer, contre 24% pour la population totale. Il est intéressant de noter que ces difficultés restent importantes parmi les jeunes ayant un niveau de vie élevé ou un emploi stable. 26% des 18-29 ans qui ont un emploi stable vivent dans un logement trop petit, ce qui reste supérieur à la moyenne de la population, toutes situations professionnelles confondues. En fait, plus que la situation sur le marché du travail ou les revenus, c’est la situation familiale qui a une influence pour cette tranche d’âge. Par exemple, les jeunes couples qui ont des enfants sont 36% à vivre dans un logement qu’ils jugent trop petit, contre 26% pour les couples sans enfants et 24% pour les jeunes qui vivent seuls. Les jeunes couples avec enfants sont 32% à déclarer des difficultés pour chauffer leur logement contre 30% pour les jeunes qui vivent seuls et 25% pour les jeunes couples sans enfants. Enfin, la zone d’habitation a un impact, mais ce n’est pas une caractéristique propre aux jeunes. La part des jeunes vivant dans un logement jugé trop petit atteint 34% en Île-de-France (contre 29% sur l’ensemble de la France métropolitaine).

Lavieimmo : En raison de ces difficultés, on peut penser que le départ ne se fait pas de manière immédiate et définitive, mais qu’il existe au contraire des situations de transitions. Qu’en est-il ?

Yves Jauneau : Les situations de transitions sont nombreuses. Lorsqu’ils quittent le domicile parental, les jeunes ne sont évidemment pas tout le temps indépendants financièrement. Ainsi, 14% déclarent toucher des aides financières privées, de leurs parents, notamment, cette part atteignant 60% pour les étudiants. Ces aides diminuent avec l’âge. Concernant plus spécifiquement la question du logement, les jeunes qui vivent chez leurs parents n’y habitent pas forcément en continu toute l’année : 14% d’entre eux déclarent avoir un autre logement. Cette part atteint 20% chez les étudiants, et reste non négligeable chez ceux ayant un emploi (8%).

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...