Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmercredi 3 décembre 2008 à 18h10

"Les prix de l'immobilier devraient toucher un plancher en 2009"


(©dr)

(LaVieImmo.com) - Une baisse moyenne de 10% des prix de l’immobilier à fin 2008. C’est ce que Laforêt Immobilier a récemment pronostiqué, dans la logique des premiers signes d’essoufflement du marché apparus fin 2007. Patrick-Michel Khider (à droite sur la photo) et Bernard de Crémiers (à gauche), co-présidents-fondateurs du réseau d’agences, reviennent pour Lavieimmo.com sur les perspectives d’évolution des prix. Selon eux la baisse, qui a déjà atteint Paris et sa région, devrait s’avérer de courte durée…

Lavieimmo.com : Vous avez récemment estimé que le coup d’arrêt du marché de l’immobilier avait eu lieu deux ans trop tard. Ce décalage explique-t-il l’ampleur de la correction ?

Patrick-Michel Khider : En effet, on peut penser que ce qui prend des allures d’atterrissage en douleur aurait dû se passer plus en douceur… Le marché de l’immobilier n’a montré ses premiers signes d’essoufflement que vers la fin de l’année 2007. Soit, si l’on en croît la théorie des cycles immobiliers, avec près de deux ans de retard. Pendant ces deux ans, les établissements financiers ont soutenu artificiellement la hausse des prix et le marché, en allongeant les durées de remboursement des prêts qu’ils accordaient, et en maintenant, parfois au détriment de leurs marges, des politiques de taux attractifs. L’éclatement de la crise des subprimes, courant 2007 a brusquement mis un terme à tout cela, l’absence de liquidités contraignant les banques à durcir leurs conditions d’octroi de crédit aux particuliers. Tout cela a sans aucun doute précipité la chute des prix de l’immobilier.

Lavieimmo.com : Vous pronostiquez une baisse de 10% à fin 2008…

Bernard de Crémiers : Au 31 octobre, en glissement annuel, la baisse moyenne des prix des maisons et appartements situés en Province était déjà supérieure à 6%. Les données dont on dispose pour le mois de novembre montrent que les transactions ne se nouent plus qu’avec une décote de 15 à 20% sur le prix demandé par le propriétaire au moment de la mise en vente du bien…

Lavieimmo.com : Et en Île-de-France ?

Bernard de Crémiers : Fin juin, les prix à Paris intra muros affichaient encore une hausse de 4%. Quatre mois plus tard, la progression n’était déjà plus que de 1.4%... Compte tenu de l’écart croissant entre les prix de mise en vente et les prix effectifs de transaction, on devrait observer en fin de l’année un repli de l’ordre de 2 à 3%. Il s’agit d’une prévision moyenne, sur certains biens, la baisse est déjà supérieure à 10%.

Lavieimmo.com : Quels types de biens ?

Patrick-Michel Khider : Appartements mal situés, étages élevés sans ascenseurs, travaux de réfection des parties communes… Les exemples de défauts potentiels ne manquent pas. Le haut de gamme, les bons produits, eux, résistent et devraient mieux passer cette période difficile.

Lavieimmo.com : Pour 2009, vous prédisez une « concrétisation officielle de cette baisse significative des prix »…

Bernard de Crémiers : La cassure se fait en cette fin d’année, et les prix devraient toucher un plancher dès le début de l’année prochaine. La baisse des taux d’intérêt et l’assouplissement de la politique des banquiers en matière d’examen des dossiers de crédit devraient redonner un coup de fouet à l’activité.

Lavieimmo.com : N’est-ce pas un peu précipité pour anticiper une fin de la crise ?

Patrick-Michel Khider : Contrairement à celle des années 1990, la crise actuelle n’est pas immobilière, mais financière. Parce que la population a fortement augmenté, parce que le taux de divorce est plus élevé, parce qu’on a globalement trop peu construit, le besoin en logements en France est plus fort maintenant qu’il y a 15 ans. Une fois que les banques auront rouvert le robinet du crédit, rien n’empêchera le marché de repartir de l’avant.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...