Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 24 mai 2010 à 09h46

"Les prix doivent encore baisser de 15 %"


Olivier Eluère
Olivier Eluère
Olivier Eluère (©dr)

Olivier Eluère, corédacteur en chef des études économiques du Crédit Agricole, revient pour LaVieImmo.com sur l’état du marché immobilier et ses perspectives, quelques jours après avoir publié sa note trimestrielle.

(LaVieImmo.com) - Vous écrivez que les prix restent surévalués de 10 à 15 %. Pensez-vous qu’il sera possible de parvenir à un ajustement ?

Olivier Eluère : Ce que nous savons, c’est que dans l’absolu, il faudrait que les prix, qui demeurent élevés pour le moment, baissent de 10 à 15 % afin de permettre aux ménages français de pouvoir acheter à des niveaux satisfaisants. Les prix ont bien sûr baissé récemment puisque nous estimions qu’ils étaient surévalués de 25 % au plus fort du boom immobilier, fin 2007-début 2008. Mais la correction doit perdurer pour permettre à un acheteur moyen de retrouver un niveau de coût global qui soit comparable à celui qui existait au milieu de l’année 2001.

LaVieImmo.com : Croyez-vous à une hausse des taux de crédit cette année ?

Olivier Eluère : J’écrivais dans ma note que la fin de la baisse des taux de crédit habitat participerait au frein du redressement du marché immobilier. Mais il s’est passé beaucoup de choses depuis sa publication au mois d’avril... J’évoquais ainsi l’idée d’un processus de remontée graduelle des taux en 2010, cependant celle-ci doit être aujourd’hui modulée en raison des dettes européennes et notamment de la dette grecque, car les taux de crédit habitat dépendent des taux de marché et donc des ressources des banques. A l’heure actuelle, je ne vois pas de remontée des taux au cours de l’année 2010, ou alors très lente, mais plutôt en 2011.

LaVieImmo.com : Certains observateurs craignent de voir émerger une bulle immobilière à Paris. Y croyez-vous de votre côté ?

Olivier Eluère : Honnêtement, non. Le gonflement d’une bulle est peu probable en raison de la phase de correction observée depuis un an ou deux. Il est vrai que la hausse des prix avait été plus importante à Paris et que la baisse a été plus faible, ce qui laisse penser que la solvabilité s’est moins rétablie à Paris qu’en région. Mais les volumes de transaction ont tout de même beaucoup baissé et les prix de l’ancien ont également subi une diminution, ce qui est le signe d’un environnement économique incertain.

LaVieImmo.com : Quels seront selon vous les effets de la fin du doublement du Prêt à taux zéro (PTZ) et de la suppression du Pass Foncier ?

Olivier Eluère : Il y a clairement un risque de freinage du marché du neuf si rien n’est fait. Mais diverses réflexions sont en cours afin d’étendre et diversifier certaines aides, notamment en généralisant le PTZ à l’ensemble des achats immobiliers. Pour le moment, rien n’a encore été décidé.

Propos recueillis par Marc Fleury - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 09/06/2010 à 16:13 par pat35

    non ,les prix doivent etre divisés par deux pour que les francais s'interessent de nouveau a ce secteur,par ailleurs Mr elluaire du credit agricole mais aussi des agences"square habitat"qui sont des filliales du CA,je comprends que vous ne vouliez baisser vos prix De 15% mais ce sera bcp plus!!

  • 1 Reco 30/05/2010 à 18:06 par momo

    "arrêter la surenchère à la baisse"? après 140% de hausse en huit ans jusqu'à atteindre des niveaux délirants de prix, et après à peine 10% de baisse, il faudrait que ça s'arrête vite pour remonter de plus belle? Mais sur quelle planète vivez-vous? La jeune génération qui travaille n'a pas envie de racheter vos logements consommés des années 80 à 3 fois leur prix d'origine!Elle n'a plus les moyens

  • 0 Reco 29/05/2010 à 11:48 par UFFA 92

    C'est un marché de pénurie pour l'IDF donc difficile dans tirer des conclusions...sinon qu'une nouvelle "bulle" est en train de se créer. Mais il ne faut pas croire que tout se vend à n'importe quel prix, les acheteurs sont sélectifs quand même car s'agit principalement d'investisseur ! On verra quand les taux d'intérêts vont augmenter si les prix vont continuer à monter mais j'en doute.

  • 0 Reco 28/05/2010 à 15:40 par dratoum

    En effet chacun analyse les chiffres à son goût, il ne peut y avoir de généralités, Paris IDF , les côtes de France, les stations réputées ne sont pas la France. Les prix dans ces secteurs ne baissent pas maintenus par des taux bas et une certaine rareté de biens par rapport à la demande, ailleurs ....

  • 0 Reco 27/05/2010 à 18:06 par domsez

    A Paris et en proche banlieue, les prix des biens standard n'ont pas baissé. Tout au + la hausse s'est ralentie. Peut-être la baisse constatée a t-elle portée sur des biens haut de gamme ou à l'inverse très médicore. Aujourd'hui, la demande est très forte, l'offre faible. Les biens se vendent très vite au prix.

  • 0 Reco 27/05/2010 à 10:55 par popeyelemarin

    L'analyse de Salih serait pertinente si la hausse des années 2000 sur des biens sans amélioration depuis les années 60 ne s'étaient pas vendues le double du prix des années 90, en décohérence totale avec l'évolution globale des prix et des revenus.

  • 0 Reco 27/05/2010 à 10:52 par popeyelemarin

    On entend tout et son contraire sur l'immobilier depuis quelques années. Ce matin sur BFM, meilleur taux.com annonçait que la baisse des prix de l'immo c'était fini et qu'il n'y aurait pas de baisse en 2010...

    Si c'est le même genre d'analyste qui disaient en 2008 que la crise des subprime ne toucherait pas l'Europe "parce que le fondamentaux de l'économie sont bon en Europe" ...

  • 2 Reco 27/05/2010 à 10:51 par Salih

    Vous dites que les prix des biens immobiliers sont encore surévalués? Je ne pense pas parce que les propriétaires apportent des améliorations "coûteuses" à leur intérieur et les prix évalués aujourd'hui me rembourseront à peine le prix de revient (prix d'achat + 35000 euros de dépenses). Après la surenchère des augmentations, il faut arrêter l'excès inverse, la surenchère à la baisse!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...