Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 17 mai 2010 à 14h25

"Les secondo-accédants reviennent sur le marché immobilier"


Michel Mouillart
Michel Mouillart
Michel Mouillart (©dr)

Michel Mouillart est professeur d’économie à l’Université de Paris X. Pour LaVieImmo.com, il revient sur les conclusions de la dernière édition de l’Observatoire des marchés résidentiels du Crédit Logement, dont il est l’auteur.

(LaVieImmo.com) - Malgré la baisse des taux d’emprunt, le coût relatif des opérations immobilières a continué de progresser au premier trimestre. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Michel Mouillart : Cette remontée n’est pas nouvelle, on l’observe depuis quelques mois déjà. Elle a coïncidé avec l’interruption du mouvement de baisse des prix au sens des indices, et reflète les évolutions au sein de la population des emprunteurs. Entre 2005 et 2009, la part des acheteurs de moins de 35 ans a progressé très nettement, dans l’ancien comme dans le neuf, tandis que la proportion des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) les plus élevées, elle, a diminué. Les chiffres des quatre premiers mois de l’année semblent indiquer un retour des 35-45 ans et des cadres et professions libérales, ce qui laisse penser que cette hausse du coût relatif des opérations pourrait s’atténuer dans le temps. Pour cela, il faudra que le marché de la revente confirme sa reprise au cours des prochains mois…

Une reprise qui est donc déjà amorcée ?

Michel Mouillart : Les chiffres du premier trimestre témoignent d’une transformation très rapide du marché, qui s’était bloqué, précisément, en raison de la disparition des secondo-accédants. Tout cela reste à confirmer, mais les évolutions récentes, que nous venons d’évoquer, semblent aller dans le sens d’une amélioration.

Une amélioration qu’on retrouve dans la forte hausse de la production de crédit immobilier ?

Michel Mouillart : Comme le quatrième trimestre 2009, le premier trimestre 2010 a été atypique, avec une hausse de plus de 70 % de la production de crédits immobiliers sur un an. Bien sûr, le premier trimestre 2009 était une période très difficile pour le secteur, et la comparaison annuelle pourrait difficilement être négative… Il n’empêche, le rebond surprend par son ampleur, directement liée au dynamisme de l’offre de crédit. Dans un contexte de forte concurrence, les banques ont à cœur de capter une nouvelle clientèle. Cela a été possible notamment grâce à la baisse des taux.

Quelles sont vos prévisions concernant l’évolution de la production de crédit ?

Michel Mouillart : Sur l’année, le niveau de la production de crédit devrait progresser, d’environ 15 %. Après le fort rebond du début de l’année, la tendance restera active. Pourtant attention, si la reprise est en route, elle ne sera pas aussi forte qu’on aurait pu l’escompter compte tenu du niveau des taux et des dispositifs d’aide à l’accession à la propriété. La condition pour un véritable rattrapage est l’amélioration de la situation sur le front de l’emploi.

Et en matière de taux ?

Michel Mouillart : Les taux se comportent très bien depuis plusieurs mois. A priori, ils ne devraient pas connaître de remontée ni de mouvement significatifs avant l’automne. Au-delà, on verra… On peut toujours s’aventurer à faire des prévisions, je sais que certains le font, mais en toute honnêteté on n’a pas vraiment d’éléments pour trancher.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 17/05/2010 à 16:32 par UFFA 92

    Le marché de l'immobilier ne se maintient qu'en raison de ces taux bas et des dispositifs d'aide à l'achat (ce qui fait monter les prix !). L'amélioration passe donc par une vrai baisse de prix et non pas par un "dopage artificiel" du marché qui coute cher à l'état donc à nous...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...