Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 6 décembre 2010 à 15h33

"Les taux immobiliers vont remonter, mais pas tout de suite"


Geoffroy Bragadir
Geoffroy Bragadir
Geoffroy Bragadir (©dr)

Geoffroy Bragadir est le fondateur du courtier en banque et en assurance Empruntis.com. Pour LaVieImmo.com, il commente la fin du mouvement de baisse des taux d'intérêts immobiliers. Selon le professionnel, « même s’il y a du mouvement sur les OAT en ce moment, on ne peut toutefois pas encore parler de mouvement haussier ».

(LaVieImmo.com) - Les taux d’intérêt d’emprunt immobilier, après avoir été les plus bas depuis 60 ans, remontent. Confirmez-vous la tendance ?

Geoffroy Bragadir : Je dirais que l'on observe un arrêt de la baisse. Les banquiers revoient à la hausse leurs taux, mais on ne peut pas encore parler d’un véritable mouvement haussier : les taux devraient rester bas pendant un certain temps. Il y a forcément un peu de volatilité dans le marché, ce qui montre des conditions plutôt en progression, mais pas encore de vraie « tendance ». La légère hausse actuelle s’explique notamment par le fait que la majorité des banques ont atteint leurs objectifs de production, et arrêtent la surenchère dans les taux. A l’inverse, celles qui ne les ont pas atteints continuent à pratiquer des taux compétitifs. Mais un autre phénomène vient s’ajouter à cela : les banques adoptent une position sécuritaire en cette période de fin d’année. Elles prennent une petite marge, ce qui correspond à un mouvement d’ajustement, que l'on peut attribuer à la crise européenne.

Pourtant, les taux ont augmenté de 0,15 point entre vendredi et aujourd'hui...

Geoffroy Bragadir : Du mouvement sur les OAT [Obligations assimilables du Trésor, référence des banques pour déterminer le niveau de leurs taux fixes, NDLR] s'est fait sentir ce week end, ce qui a provoqué un léger rehaussement des taux par les banques. La situation est tendue en ce moment à cause de l’euro et des crises grecque, portugaise et irlandaise. Mais sur un an, les minima [taux auxquels peuvent prétendre les meilleurs dossiers, NDLR] ont peu bougé : leur niveau actuel n’est pas très éloigné de ce que l’on observait en novembre 2009, date à laquelle ils étaient à 3,65 % pour les prêts sur 20 et 25 ans. Pour information, les meilleurs dossiers ne représentent qu'approximativement 20 % du total des prêts ; 70 % des dossiers ont des taux moyennement favorables aux emprunteurs et les 10 % restants - qui représentent les dossiers les moins bons -, ont des taux moins favorables pour eux.

Quelles sont vos estimations quant à l’évolution des taux ?

Geoffroy Bragadir : Il est délicat de faire des pronostics. Ce qui est certain, c’est que les taux que nous observons depuis deux mois sont anormalement bas, et sont littéralement « perfusés » par la Banque centrale européenne (BCE). Même si on assiste effectivement à une hausse des taux depuis quelques jours, ceux-ci seront bas tant que les taux directeurs le seront. Ce qui risque de se passer, c’est que jusqu’au 15 janvier, il n’y ait plus de mouvement, puis que l’on revienne à une période concurrentielle à partir du mois de mars, car c’est à cette date que les banques ont une forte production.

Est-ce que cette remontée des taux, si elle s’inscrit dans la durée, peut freiner la hausse des prix de l’immobilier de façon notable ?

Geoffroy Bragadir : Il y a des incidences. Prenons l’hypothèse qu’il y ait demain une hausse de 1 ou 1,5 % des taux, alors la demande, qui est importante, risque d’être entamée et les prix pourraient baisser. Nous avons effectué une simulation, qui révèle qu’une hausse de 1 % pourrait faire disparaître un tiers de la demande solvable. On peut donc imaginer que les prix baisseraient. Il faut toutefois préciser qu'il n'y a pas un seul marché immobilier en France : à Paris et dans les grandes villes, le manque de logements tire les prix à la hausse, indépendamment du niveau des taux.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 12/12/2010 à 05:16 par lool

    Si les taux montent, le crédit sera trop cher, donc moins de gens pourront acheter.
    Déjà que maintenant achter sur paris, c'est pas la peine, alors plus tard...
    Vaut mieux aller en province ou à l'étranger.

  • 0 Reco 06/12/2010 à 22:29 par Flagadou63

    Franchement, c'est de la comm', tout professionnel travaillant dans ce secteur sait bien que les taux ont eu tendance à remonter d'un mois sur l'autre... Les banquiers ne peuvent pas rester à regarder tranquillement les OAT remonter. Alors certes, les taux n'ont pas encore remonté jusqu'à ceux de fin 2008, mais malgré tout on peut parler d'une inversion de tendance

  • 0 Reco 06/12/2010 à 18:18 par copleboss

    ben càd que si les taux montent, la mensualité sera plus élevée donc ca changera pas grand chose à la capacité d'épargne...de plus mieux vaut enrichir les particuliers que les banques amha

  • 3 Reco 06/12/2010 à 16:50 par UFFA92

    Alors vivement la remontée des taux afin que l'immobilier redevienne abordable pour le commun des français qui cherche à loger sa famille et non à spéculer...

  • 0 Reco 06/12/2010 à 16:41 par AKEREUR75

    Vivement kils montent, y a trop de mecs sur le marché immo.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...