Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmercredi 22 juillet 2009 à 17h21

"Les taux immobiliers vont se stabiliser à 4 %"


(©dr)

(LaVieImmo.com) - Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université de Paris X, revient pour Lavieimmo.com sur la dernière édition de l’Observatoire Crédit Logement/CSA, dévoilée cette semaine.

Lavieimmo.com : Fin avril, vous prédisiez un « rattrapage » de la production de crédits immobiliers. A-t-il eu lieu ?

Michel Mouillart : Le bilan du premier trimestre était très mauvais. Les chiffres définitifs que nous venons de publier font apparaître, en comparaison annuelle, une chute de 42,2 % de la production de nouveaux crédits habitat au premier trimestre 2009. Les données provisoires pour le deuxième trimestre, elles, montrent une baisse de 27,5 %, toujours très marquée mais moins spectaculaire. Techniquement, on assiste effectivement à un « rattrapage » : d’un trimestre sur l’autre la production a rebondi de 37,5 %. Mais si le creux de la vague a certainement été atteint en début d’année, on peut difficilement parler d’amélioration. Sur l’ensemble de l’année, le marché du crédit immobilier devrait se contracter de 25 % par rapport à 2008, pour une production de 105 milliards d’euros - inférieure à notre précédente prévision et au plus bas depuis dix ans.

Lavieimmo.com : Après huit mois de baisse, les taux d’emprunt sont revenus à leur niveau du printemps 2007. Quelles sont les perspectives d’évolution pour les six prochains mois ?

Michel Mouillart : En moyenne, les taux du secteur concurrentiel étaient à 4,18 % au deuxième trimestre, dont 4,08 % au seul mois de juin. Une analyse provisoire montre que la tendance se poursuivait au 20 juillet, avec des taux à 3,96 % en moyenne. Il semble cependant que le mouvement soit en fin de course, la baisse récente s’expliquant principalement par la concurrence que se livrent les établissements de crédit pour redynamiser le marché. Le seuil des 4 % représente vraisemblablement un plancher, un point bas autour duquel les taux devraient osciller au second semestre, sans s’en éloigner significativement.

Lavieimmo.com : Cette baisse des taux a-t-elle une incidence sur la demande de crédits ?

Michel Mouillart : Depuis la fin de l’année dernière, la solvabilité de la demande se maintient à des niveaux historiquement élevés, principalement dans le neuf, où elle bénéficie des différentes aides mises en place dans le cadre du plan de relance, notamment. Un recul des taux de 120 points telle que celui qu’on a observé au cours des huit derniers mois est équivalent, en termes de solvabilité de la demande, à une baisse de prix de l’ordre de 10 %. Dans la mesure où les prix, à structure d’activité comparable, ne bougent plus vraiment depuis le début de l’année, on peut dire que l’effet de la baisse des taux est considérable en termes de solvabilité. Un bémol, de taille : la montée du chômage et de la crise économique commencent à affecter cette solvabilité, principalement celle des ménages primo-accédants qui soutenaient le marché jusqu’au début de l’année…

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...