Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 28 septembre 2009 à 10h39

"L’immobilier de prestige parisien ne connaîtra jamais la crise"


(©dr)

(LaVieImmo.com) - Philippe Meynet Petit-Jean, fondateur d'Aramis Real Estate, société spécialisée dans la gestion et la transaction de biens immobiliers de prestige, revient pour Lavieimmo.com sur l’état du marché de l’immobilier de prestige dans la capitale.

Lavieimmo.com : N’était-ce pas un pari risqué de se lancer sur le marché de l’immobilier de prestige cet été, en temps de crise ?

Philippe Meynet Petit-Jean : Ce n’était pas un pari risqué, car je connais très bien ce secteur. J’ai créé et dirigé pendant 10 ans une société de tissu d'ameublement, qui imprimait notamment pour une filiale d'Hermès, afin de répondre aux demandes de la clientèle de Ryad, Djeddah ou à Dubaï. J’avais par conséquent une très bonne connaissance du très haut de gamme et de la clientèle moyen-orientale. Et je sais, après plus de 30 ans de métiers, que deux choses se vendent très bien. Il s’agit du très haut de gamme et du très bas de gamme. C’est aussi la raison qui m’a poussé à proposer des prestations « sur-mesure » originales avec un service de conciergerie personnalisée. La clientèle très riche est prête à payer le service... à condition que celui-ci existe !

Lavieimmo.com : Quelle est votre définition de l’immobilier de prestige ? Diffère t’elle du luxe

Philippe Meynet Petit-Jean : Le problème est que la France parle de luxe mais n’en fait pas. Le prestige, en ce qui concerne l’immobilier, désigne quelque chose de différent, d’unique, qui est à ranger à part des autres types de biens. C’est du reste un secteur qui correspond idéalement à l’image que se fait la clientèle fortunée étrangère de la capitale.

Lavieimmo.com : Comment se porte le marché de l’immobilier de prestige à Paris aujourd’hui ?

Philippe Meynet Petit-Jean : Très bien ! La seule véritable difficulté que rencontrent les propriétaires aujourd’hui est le manque de liquidités des banques. Cela s’est produit récemment concernant deux ventes, l’une d’un montant de 9 millions d’euros, l’autre de 15 millions d’euros. L’une d’entre elle a ainsi été retardée de 7 mois et demi en raison de l’impossibilité de la banque de sortir les sommes nécessaires. L’argent avait été perdu en bourse et il a fallut patienter. Mais en dehors de ça, l’immobilier de prestige à la chance d’être préservée à Paris. Même si un décalage existe parfois entre des propriétaires qui rêvent la valeur de leurs biens et la clientèle étrangère qui est très au fait des véritables valeurs du marché. Nous assistons cependant actuellement à un rééquilibrage des prix, même si l’immobilier de prestige restera toujours surévalué, de par sa nature.

Lavieimmo.com : Demeurez-vous aussi confiant en ce qui concerne les mois à venir ?

Philippe Meynet Petit-Jean : L’immobilier de prestige parisien ne connaitra pas de crise. Paris fera toujours autant rêver, que ce soit les Italiens, les Moyen Orientaux ou les Américains. Sans compter que les Russes reviennent sur le marché et que les Chinois arrivent peu à peu. Les Champs-Elysées restent un véritable aimant pour cette clientèle. On parle de la Ville Lumière dans le monde entier ! Les quartiers historiques, notamment le « Triangle d’or » (Partie du 8ème arrondissement délimitée par les avenues Montaigne, Georges V et les Champs-Elysées ndrl) n’auront jamais de problème. On observe également que de plus en plus de riches étrangers ne veulent plus aller à l’hôtel. Une très haute personnalité saoudienne m’expliquait récemment qu’elle ne voyait pas pourquoi dépenser 1,5 millions d’euros par an à l’hôtel qu’il lui était possible d’acheter à ce prix un appartement exceptionnel en quelques années...

Lavieimmo.com : Cette clientèle particulière est-elle à la recherche d’un type de bien particulier ?

Philippe Meynet Petit-Jean : Nous sommes justement là pour la diriger, pour l’aiguiller. Il faut savoir que les étrangers cherchent systématiquement à faire réaménager les biens dont ils viennent de faire l’acquisition. Ceux-ci veulent en effet à redécorer les appartements en fonction des us et coutumes, des traditions de leurs pays d’origine. Raison pour laquelle nous travaillons avec des collaborateurs originaires de tous les pays.

Propos recueillis par Marc Fleury

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...