Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 30 mars 2015 à 15h24

Mandat exclusif partagé : "Un interlocuteur unique pour assister le vendeur"


Hervé Bléry, président de l'Amepi
Hervé Bléry, président de l'Amepi
Hervé Bléry, président de l'Amepi (©dr)

Hervé Bléry, président de l'Amépi, explique comment marche le fichier commun des agents immobiliers. Un « outil de coopération » permettant de partager les mandats exclusifs, aux effets bénéfiques pour l'agent immobilier, mais aussi pour le vendeur et l'acheteur, selon le responsable.

Qu'est-ce-que l'Amepi ?

Hervé Bléry : C'est un outil créé, enrichi et mis à la disposition des agents immobiliers qui souhaitent en être membres. A sa tête, on trouve les trois grands syndicats Fnaim, Unis et UNPI, ainsi que les grands réseaux immobiliers*. Ils ont fait naître l'Amepi au début des années 2000, partant du constat que malgré les efforts des agents immobiliers – en qualité de service et en formation – les exigences des consommateurs ont évolué plus rapidement. Habitués à un niveau de service de plus en plus élevé, avec la montée en flèche d'Internet, les consommateurs ont eu accès aux informations et à la connaissance du marché en quelques clics. Pendant ce temps la part de la profession a stagné à 50 % du marché de la transaction. L'Amepi, le « fichier d'exclusivité en commun », a vu le jour dans le souci de corriger le tir. Aujourd'hui, il regroupe 3 000 agences, soit 15 % du total des agences.

Quels sont les avantages de ce fichier commun ?

Hervé Bléry : Rappelons d'abord comment fonctionnent les différents mandats de vente. Dans le cadre du mandat exclusif, l'agent immobilier prend la responsabilité des intérêts de son client. Il met notamment à son service toutes les techniques de marketing et de publicité. Contrairement au mandat simple, qui le met en concurrence avec les autres agents immobiliers, mais aussi le mandant lui-même. Or, dans le cadre du mandat exclusif, la vente intervient dans près d'une fois sur deux durant la durée de l'exclusivité. Tandis que dans un mandat simple, la vente n'aboutit que dans un cas sur huit...

L'agent immobilier y trouve son compte, mais quid du vendeur et de l'acheteur ?

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Hervé Bléry : Pendant longtemps, le mandat exclusif n'a pas eu bonne réputation. On imaginait à tort que plus l'information est diffusée, plus la vente sera rapide. Or, en donnant son bien en mandat simple, le vendeur n'a pas vraiment de personne à qui parler. Dans le cadre du mandat exclusif partagé, le vendeur aura un interlocuteur unique, quelqu'un qui va l'assister de bout en bout dans la transaction. Côté acquéreur, si celui-ci contacte l'une des agences membres de l'Amepi, il aura accès aux quelque 1 500 mandats exclusifs, voire plus, partagés entre les agents. Tout un stock « frais » de biens.

Y a-t-il un effet sur les prix ?

Hervé Bléry : Le vendeur reste maître du prix du bien qu'il met en vente. Sur la base des biens vendus sur les derniers mois, il dispose des moyens pour se rendre compte du prix qu'il en demande, souvent supérieur à celui du marché. Mais les délais de vente varient surtout quasiment du simple au double, en fonction du type de mandat...

C'est-à-dire ?

Hervé Bléry : Nous nous sommes aperçus qu'un bien en vente via un mandat exclusif partagé mettait en moyenne 91 jours à se vendre, contre 105 jours pour un mandat exclusif non partagé. Pour un mandat simple dans le cadre de l'Amepi, on passe à 147 jours, et 188 jours hors Amepi. L'explication est simple : si un agent immobilier obtient l'exclusivité, il va se mettre au plus près des prix du marché pour vendre plus facilement et plus rapidement le bien. Bref, c'est un accord où tout le monde gagne : l'acheteur, le vendeur et l'agent immobilier.

*Century 21, Laforêt, Era, Orpi, Guy Hoquet l'Immobilier, Cimm Immobilier, Solvimo, L'Adresse, Avis Immobilier et Immo de France

Propos recueillis par Léo Monégier
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 30/03/2015 à 20:39 par niala

    Tous des Stéphane plazza, Fnaim, Unis et UNPI personne ne critique les méthodes de "camouflage pour accrocher les futurs acheteurs",quant à la négociation elle se résume à faire baisser le prix du vendeur.Comment les acheteurs et les vendeurs peuvent encore croire à un quelconque professionnalisme des agents immobiliers.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...