Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 30 avril 2012 à 15h29

"Nicolas Sarkozy veut soutenir l'immobilier sans accroître l'investissement public"


Benoist Apparu, ministre du Logement
Benoist Apparu, ministre du Logement
Benoist Apparu, ministre du Logement (©dr)

Encadrement des loyers, dispositif Scellier, plus-values immobilières… A moins d’une semaine du second tour de l’élection présidentielle, LaVieImmo.com a interviewé le spécialiste du logement de chaque candidat. Pour l’UMP, Benoist Apparu, secrétaire d'Etat puis ministre en charge du Logement depuis 2009, détaille les mesures proposées par Nicolas Sarkozy.

Retrouvez l’interview de Thierry Repentin pour le camp Hollande.

(LaVieImmo.com) - Après s’être longtemps opposé à un encadrement des loyers, Nicolas Sarkozy s’y est finalement déclaré favorable, quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle. Aux accusations de volte-face qui n’ont pas manqué de suivre cette annonce, vous avez répondu que l’encadrement envisagé s’apparentait à celui pratiqué en Allemagne. Pouvez-vous nous expliquer en quoi il consisterait, et en quoi il diffère de celui défendu de longue date par François Hollande ?

Benoist Apparu : Il n’est pas question de volte-face. Nous avons toujours été opposés à un encadrement des loyers et nous le restons ! Ce que propose Nicolas Sarkozy, c’est la mise en place d’un miroir des loyers, comme il en existe effectivement en Allemagne : des commissions locales, composées de professionnels de l’immobilier, de propriétaires et de locataires déterminent un loyer de marché par quartier et par type de biens, en fonction d’un certain nombre de critères - qualité du quartier, taille et date de construction du logement… Par exemple, on sait que dans tel quartier de telle ville, un T3 se loue 1 000 euros par mois. Si, dans le cadre d’une relocation, le montant du loyer inscrit dans un contrat de bail dépasse de plus de 20 % ce loyer de marché – soit plus de 1 200 euros dans notre exemple – le locataire a la possibilité de se tourner vers la justice. C’est alors au juge de trancher, et de déterminer si le loyer pratiqué est effectivement abusif ou s’il est justifié. Il s’agit donc d’une démarche individuelle et non contraignante, en rien d’une obligation d’ordre public comme ce serait le cas avec l’encadrement des loyers prôné par François Hollande.

Certains observateurs ont fait valoir que le rehaussement de 30 % des droits à construire tirerait les prix des logements neufs vers le haut ? Que leur répondez-vous ?

Benoist Apparu : Je ne pense pas que ce mécanisme aura un effet inflationniste direct sur le niveau des prix des logements. Ce qui risque de se passer, c’est vrai, c’est un renchérissement du foncier, dans la mesure où le prix d’un terrain dépend du nombre de logements qui peuvent être construits dessus. Mais cela s’appelle de la croissance ! Le coût au mètre carré lui, baissera invariablement puisqu’il y aura plus de logements à vendre. Plusieurs promoteurs importants m’ont indiqué qu’ils pourront baisser leur prix de 2 à 3% avec cette mesure tout en offrant davantage de logements.

Envisagez-vous un successeur au Scellier ? Si oui, comment prendre en compte et corriger les imperfections des précédents dispositifs de soutien à l’investissement locatif ?

Benoist Apparu : Nous n’envisageons pas, pour le moment, de nouveau dispositif d’aide à l’investissement locatif. En accord avec la nécessaire réduction des dépenses publiques, la priorité, aujourd’hui, c’est de trouver un nouveau modèle économique pour maintenir un effort de construction de logements neufs soutenu, tout en réduisant l’investissement public. Cela passera par une augmentation des droits à construire et une réforme de la fiscalité, notamment, mais certainement pas par un nouveau dispositif du type Robien ou Scellier.

Ce discours tranche radicalement avec celui que vous teniez il n’y a pas si longtemps encore…

Benoist Apparu : Nous ne pouvons pas tenir le même discours aujourd’hui qu’il y a un an… La crise financière de l’été 2011 a totalement rebattu les cartes : la baisse des dépenses publiques, qui n’était qu’un objectif parmi d’autres, est devenu la priorité des priorités. Les aides publiques en faveur du logement, directes ou indirectes, ont représenté plus de 40 milliards d’euros en 2011, il est impératif de faire des économies.

Que répondez-vous aux craintes des professionnels ? le président de la Fnaim, René Pallincourt, s’est déclaré « très inquiet » pour l’avenir du secteur immobilier ainsi privé de ses soutiens ?

Benoist Apparu : Cela fait une trentaine d’années que le secteur de l’immobilier est sous perfusion d’argent public, et c’est en partie cela qui a soutenu l’envolée des prix. Je comprends évidemment les craintes des professionnels face à ces changements, mais compte tenu de l’impératif de réduction des dépenses, il nous faut trouver ensemble une manière de soutenir le secteur sans faire appel à la dépense publique.

Le projet de Nicolas Sarkozy de supprimer la déductibilité des dépenses de gros travaux des revenus fonciers a suscité une levée de boucliers chez les représentants des professions immobilières comme des propriétaires. Jean Perrin, président de l’Union nationale de la propriété immobilière a crié à « la destruction du parc locatif privé ». Que lui répondez-vous ?

Benoist Apparu : Là aussi, l’inquiétude des professionnels est compréhensible mais, sur ce point précis, elle est d’autant moins justifiée que les dépenses de rénovation sont généralement répercutées dans le montant du loyer. Dans les zones où le marché locatif est fragile, il faudra peut-être envisager des aménagements fiscaux différents, mais ailleurs, il n’y a pas de raison de maintenir une niche fiscale dont l’efficacité n’est pas démontrée.

Dans le cadre du plan de rigueur, la fiscalité des plus-values immobilières sur les résidences secondaires, biens locatifs et terrains à bâtir a été durcie. Pouvez-vous nous assurer que l’exonération sera maintenue sur les plus-values réalisées sur les ventes de résidences principales ?

Benoist Apparu : Une suppression de l’exonération fiscale sur les plus-values sur résidences principales n’est pas à l’ordre du jour. Ce qui l’est en revanche, c’est une réforme de la fiscalité sur les terrains à bâtir. A l’heure actuelle, un propriétaire qui vend un terrain est d’autant moins imposé qu’il a conservé longtemps. Soucieux de libérer du foncier et de créer un choc d’offre foncière, nous proposons d’inverser ce système, notamment dans les zones tendues, pour inciter les propriétaires de terrains à bâtir à les vendre le plus rapidement possible. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la réforme de la plus-value déjà mise en place fin 2011, et nous comptons le mettre en place très rapidement après les élections.

La question du mal-logement a été largement absente du débat électoral. Quel bilan tirez-vous du quinquennat qui s’achève, et quelles sont les propositions pour les cinq prochaines années en cas de victoire de Nicolas Sarkozy ?

Benoist Apparu : Je retiens deux choses essentielles que nous avons accomplies au cours des cinq dernières années : l’effort en matière de construction de logements sociaux, dont 625 000 sont sorties de terre, contre à peine 265 000 sous le gouvernement de Lionel Jospin ; la mise en œuvre de « Logement d’Abord » avec l’ensemble des acteurs de l’hébergement, qui a vu le le nombre de places d’hébergement pour les personnes sans abri progresser de près de 30 % depuis 2007. L’objectif pour les cinq prochaines années est bien évidemment de poursuivre dans cette double direction, avec autant de succès, si ce n’est plus.

Retrouvez l’interview de Thierry Repentin pour le camp Hollande.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 07/05/2012 à 08:06 par antoine

    alors, pas trop la gueule de bois les investisseurs??? vos mouchoirs sont -ils prets? car ca va pleurer dans vos chaumières avec la charges de taxes et d'impôts qui vous attendent!!

    vendez et vite!!

  • 0 Reco 06/05/2012 à 19:43 par Disparu

    Disparue, tu as disparue.
    Disparue, tu as disparue
    Au coin de ta rue.
    Je t’ai jamais revue.

    ))))))))))))))))))))))))) ))))))))))))))))))

  • 0 Reco 06/05/2012 à 16:33 par antoine

    impots taxes, et j'en apsses: les speculateurs de l'immobilier et en general tous ceux qui se pretendent gros pro d el'immo et qui sans arret inciter a s'endetter jusqu'au cou, vont payer dur.. Cherchons l'argent la ou il se trouve!

  • 0 Reco 06/05/2012 à 16:32 par antoine

    labstension sera faible: Hollande est elu.. bailleurs , rentiers, proprios cupides, AI, notaires, promotreurs, bref, tout ce beau monde reuni, il est temps pour vous de sortir vos mouchoirs.. Vous allez morfler et dur!

  • 0 Reco 06/05/2012 à 14:56 par Tsarco

    "ceux qui en tirent un bénéfice direct c'est les proprio de rp"

    Les bailleurs, ça ose tout....

  • 0 Reco 06/05/2012 à 14:54 par Tsarco

    "ceci dit que lesprix montent ou baissent l'accession ne sera pas touché car celui qui vendra son logement moins cher rachetera un logement moins cher"

    Oauis, sauf ceux qui ont contractés des prêts à rallonge (autant une bonne floppée de pigeons) . Ils vont aller frapper à leur banque au bout de 5 ou 6 ans pour en reprendre pour 25 piges pour un logement plus adapté à l'agrandissement de leur famille. Ils ne vont pas être déçu quand ils se rendront compte que 90% de ce qu'ils ont lâché est parti dans la poche de la banque.

  • 0 Reco 05/05/2012 à 20:34 par Gironimmo

    ceci dit que lesprix montent ou baissent l'accession ne sera pas touché car celui qui vendra son logement moins cher rachetera un logement moins cher

    donc statu quo

  • 0 Reco 05/05/2012 à 20:33 par Gironimmo

    c'est ça les bailleurs n'ont pas d’intérêt a ce que les prix de vente augmentent car ce qu'ils recherchent c'est l'encaissement des loyers en contrepartie de la l’hébergement honorable de leurs concitoyens

    ceux qui en tirent un bénéfice direct c'est les proprio de rp

  • 0 Reco 05/05/2012 à 18:23 par antoine

    cher Tsarco ca fait plaisr qu'il existe sur ce forum des gens pleins de bon sens comme toi!

  • 0 Reco 05/05/2012 à 17:48 par Tsarco

    "À tel point que les.proprietaires vont finir par voter holllande"

    Ne pas confondre bailleur et propriétaire de sa RP. Les bailleurs rentiers adorent Sarko parce que sa politique a fait monter les prix jusqu'au ciel, tout bénef pour ces adeptent de la valeur travail (quand les autres bossent pour eux). Les proprio qui doivent vendre leur RP pour en racheter une autre qui aura encore plus augmenté en valeur absolue dans le même laps de temps ne vouent pas un culte à Sarko, ils ont perdants.
    Et je parle pas de ceux qui en ont pris pour 25 ou 30 ans et qui doivent racheter pour avoir un logement plus grand. Assignation à résidence grâce à Sarko.

  • 0 Reco 05/05/2012 à 13:36 par antoine

    "Hollande va relancer le sellier"

    si comme si tu pensais que Marine le Pen voulait doubler l'immigration... la probabilité est = à 0

  • 0 Reco 05/05/2012 à 13:36 par antoine

    "Hollande va relancer le sellier"

    dans tes reves

  • 0 Reco 05/05/2012 à 07:12 par Patwon

    "à tel point que les propriétaires vont finir par voter hollande" : pkoi c'est incompatible?

  • 0 Reco 05/05/2012 à 00:36 par Gironimmo

    Hollande va relancer le sellier

  • 0 Reco 05/05/2012 à 00:35 par Gironimmo

    Il n'avait qu'à négocier avec Bayrou. Il s'est trompé.

  • 0 Reco 05/05/2012 à 00:34 par Gironimmo

    Un comble

  • 0 Reco 05/05/2012 à 00:34 par Gironimmo

    C'est quand même un Cole que Sarkosy soit éliminé pour delit de faciès

  • 1 Reco 05/05/2012 à 00:32 par Gironimmo

    Et les locataires ont la mémoire courte en oubliant celui qui a supprimé la caution physique en offrant aux plus démunis la GRL

  • 0 Reco 05/05/2012 à 00:31 par Gironimmo

    À tel point que les.proprietaires vont finir par voter holllande

  • 0 Reco 05/05/2012 à 00:31 par Gironimmo

    Sarkosy applique néolithique sociale pour le logement en supprimant toutes les aides

  • 0 Reco 01/05/2012 à 11:19 par Dégage

    Ces gens savaient très bien ce qu'ils faisaient pendant 5 ans. Maintenant que les prix sont stratosphériques et qu'une crise de l'immobilier est inévitable, c'est sandaleux de venir nous dire qu'il faut faire aujourd'hui l'extact contraire que ce que qu'ils ont fait ces dernières années.

  • 0 Reco 01/05/2012 à 09:36 par antoine

    et pourquoi n'ont ils pas faitr avant cette reforme sur les terrrains a batir et ils ont fait exactement l'inverse????

  • 0 Reco 01/05/2012 à 09:30 par pongolo

    de toute facon dans 5 jours, Apparu le bien nommé va dégager
    ciao le faiseur de bulles

  • 0 Reco 30/04/2012 à 20:33 par Friand

    En gros ils vont mettre en place un "Mietspiegel" en France.

  • 0 Reco 30/04/2012 à 17:46 par ciao

    Je rappelle a M Apparu qu'à l'époque de M. Jospin, on n'était pas dans une telle crise du logement. Que vous ne teniez "pas le même discours" que l'année dernière dans le logement est bien la preuve d'une politique à court terme qui n'a pas pris l'ampleur de la situation de l'immo en France.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...