Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewmardi 19 avril 2011 à 12h37

"Nous formerons cent mandataires immobiliers en 2011"


Franck Debiais, gérant et fondateur d'Imoconseil
Franck Debiais, gérant et fondateur d'Imoconseil
Franck Debiais, gérant et fondateur d'Imoconseil (©dr)

Franck Debiais, gérant et fondateur d'Imoconseil France, présente le métier de mandataire immobilier. Un métier encore récent, qui requiert des qualités « d’autonomie et d’indépendance ».

(LaVieImmo.com) - En quoi un mandataire immobilier est-il différent d’un agent immobilier ?

Franck Debiais : Fondamentalement, rien ne différencie vraiment les deux métiers : le mandataire et l’employé d’une agence immobilière ont pour mission commune d’assister l’acheteur dans sa recherche immobilière, et d’aider le vendeur à boucler sa transaction le plus rapidement et dans les meilleures conditions possibles. Ce qui change, ce sont les conditions d’exercice de ce métier. Là où l’agent travaille dans l’enceinte et sous la protection de l’agence, le mandataire, lui, est plus indépendant : il prospecte, organise son emploi du temps (prises de mandat, visite…) et finalise ses transactions tout seul.

Existe-t-il un profil type de mandataire immobilier ?

Franck Debiais : On me pose souvent cette question… La réponse est non. Nos conseillers immobiliers viennent d’horizons très différents : certains sont d’anciens agents qui ont décidé de se lancer en solo ou dont l’agence a fermé avec la crise, mais beaucoup n’ont jamais approché l’immobilier de près ou de loin. Parmi nos recrues les plus récentes, on trouve un gardien d’immeuble à la retraite qui a souhaité continuer à exercer un métier, et un jeune diplômé de 20 ans. Ce qui unit les mandataires immobiliers, c’est leur fort besoin d’autonomie et d’indépendance.

S’ils viennent d’horizons si différents, comment vous assurez-vous des qualifications de vos mandataires ?

Franck Debiais : Nous dispensons une formation à nos futurs conseillers, dont le contenu et la durée varient en fonction du profil du candidat, selon qu’il a déjà exercé un métier immobilier ou non : de trois à six jours pour les spécialistes, et de 400 heures sur dix mois pour les non-spécialistes. La formation comprend une mise à niveau en droit, en commerce, en communication et en organisation, appliqués à l'immobilier. Elle sera ensuite sanctionnée par un certificat de qualification de négociateur immobilier. 120 conseillers ont déjà été formés depuis deux ans, nous nous sommes fixé l’objectif d’en former 100 de plus en 2011.

Quels liens entretenez-vous avec les mandataires une fois qu’ils sont formés ?

Franck Debiais : Nous sommes en contact téléphonique fréquent avec nos conseillers. C’est une nécessité dans un métier aussi solitaire d’entretenir les échanges, avec la direction mais aussi avec les autres mandataires. Mis à part ça, il n’y aucun lien de subordination entre la société et ses conseillers.

Quel intérêt un particulier, acheteur ou vendeur, a-t-il à s’adresser à un mandataire plutôt qu’à un agent immobilier ?

Franck Debiais : Dans la mesure où agents et mandataires font le même métier, le client n’a pas d’intérêt particulier à privilégier l’un plutôt que l’autre… Si ce n’est que, dans la mesure où il travaille pour son propre compte, le mandataire est souvent plus motivé, mieux impliqué dans son travail que celui qui travaille dans une agence. Cette motivation est d’ailleurs d’autant plus forte que la commission qu’un conseiller immobilier indépendant touche sur une transaction est deux à trois fois plus importante que celle que perçoit un conseiller en agence immobilière…

Propos recueillis par François Alexandre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 11/07/2011 à 18:19 par PASCAL

    70%,c'est nul,il vaut mieux être à 50% en agence sans frais de pub

  • 0 Reco 20/05/2011 à 16:28 par CLAUDE

    LE MEILLEUR POURCENTAGE CAR LES PUB SONT SUR LES MËMES SUPPORTS ET LES CHARGES DÉPASSENT 40%

  • 0 Reco 04/05/2011 à 23:33 par Cheyenne

    Je cherche un réseau solide mais sur quels critères reconnait-on un bon réseau ? Comment le choisir ? Son importance, son chiffre d’affaire, ses dirigeants ?

  • 1 Reco 04/05/2011 à 14:17 par eric

    Il faut simplement bien choisir le réseau


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...