Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 14 juin 2012 à 19h06

"Nous souhaitons apporter un éclairage différent sur le secteur immobilier"


Laure Silvestre Siaz, associée chez le cabinet Deloitte
Laure Silvestre Siaz, associée chez le cabinet Deloitte
Laure Silvestre Siaz, associée chez le cabinet Deloitte (©dr)

Trois questions à Laure Silvestre Siaz, associée chez le cabinet Deloitte en charge du secteur immobilier, qui vient de publier une étude sur les marchés immobiliers résidentiels de douze pays européens.

(LaVieImmo.com) - Pourquoi lancer une nouvelle étude sur l’immobilier aujourd’hui ?

Laure Silvestre Siaz : La décision est née d’une concertation au sein des différents cabinets européens de Deloitte et fait suite au constat suivant : les publications sur l’immobilier résidentiel ne manquent pas, mais la plupart n’appréhendent le secteur que sous le seul angle des prix - par zone géographique ou type de bien, principalement. Nous avons voulu tirer profit de notre expertise immobilière et de l’étendue de notre implantation pour élaborer une étude qui apporterait un éclairage différent, en dégageant des grandes tendances de comportement et en permettant de dresser des comparaisons, entre les différents pays de l’union européenne et dans le temps. Pour ses prochaines éditions, nous prévoyons d’enrichir l’étude avec de nouveaux indicateurs, notamment sur la location.

Quels constats vous ont le plus étonné ?

Laure Silvestre Siaz : Cette première étude confirme certaines idées intuitives, comme la différence de coût du logement entre les pays de l’ouest de l’Europe et ceux de l’est, par exemple. Elle met également à jour les importantes disparités en termes de niveaux d’endettement, liées aux différences de niveau de vie entre les pays (Europe de l’Ouest versus pays qui sont encore en transition économique comme la République tchèque ou la Hongrie) mais également aux pratiques bancaires des différents pays étudiés; on constate que le niveau d’endettement des Hollandais est seize fois plus important que celui des Allemands. Ces constats sont connus, mais notre étude s’inscrit dans une vision à plus long terme. Il sera intéressant et riche d’enseignements de comparer l’évolution de ces différentes situations à travers les années.

Comment expliquez-vous une telle différence entre les prix de l’immobilier neuf à Paris (8 000€/m²) et Londres (4 000€/m²) ?

Laure Silvestre Siaz : Ce résultat interpelle, même s’il peut s’expliquer par de nombreux facteurs. La première explication est que Londres est une ville deux fois plus étendue que Paris avec de nombreux quartiers « en devenir », des friches industrielles etc. notamment au sud-est de la ville. Tous les quartiers ne sont pas au niveau de prix de cœur de ville. A l’inverse il existe une très forte tension sur le foncier à Paris et à coût de construction équivalent c’est le prix du foncier qui fait la différence.

Propos recueillis par François Alexandre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 17/06/2012 à 19:04 par marc19

    Parce que Paris est 2 fois plus attrayant que Londres , pardi !:!!!!!!!!!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...