Interview
LaVieImmo.com
Interviewlundi 2 juillet 2012 à 11h18

Paris : "Les acheteurs ont changé de comportement"


laurent Vimont, président de Century 21 Francelaurent Vimont, président de Century 21 France (©dr)

Trois questions à Laurent Vimont, président de Century 21, qui explique la tendance actuelle des prix à Paris. Les prix parisiens ont atteint un nouveau pic fin juin, mais la hausse est en nette décélération.

(LaVieImmo.com) - Selon les chiffres que vous publiez ce lundi, les prix à Paris sont à un nouveau sommet, à 8 478 euros en moyenne, alors que les transactions chutent de plus de 20 % depuis un an. Comment expliquer une telle résistance dans la capitale ?

Laurent Vimont : Au niveau global, il n’y a pas un marché mais des marchés immobiliers en France. Il y a un manque de logements et une très forte demande à Paris, ce qui pèse inévitablement sur les prix. Cela dit, la hausse n’est plus que de 0,40 % sur les six premiers mois de l’année. Un coup de frein qui traduit la montée en puissance d’un nouveau phénomène, qui tend à s’accentuer : les acheteurs - de plus en plus âgés - ont changé de comportement récemment. Avec la présidentielle et la montée des taux d’intérêts, ils vendent avant d’acheter, alors que c’était l’inverse jusqu’à peu. Après avoir bénéficié d'une plus-value réalisée lors de la vente de leur logement, ils la réinvestissent dans leur nouvelle acquisition. Ce qui a eu tendance à faire chuter les ventes en excluant du marché de plus en plus de primo-accédants.

Tout risque de bulle est-il écarté ?

Laurent Vimont : Le marché parisien ne peut pas baisser. Rappelons que seulement 800 logements neufs ont été construits à Paris en 2011. Pour qu’il y ait une bulle, il faudrait que quelque chose la crève. En Espagne ou aux Etats-Unis, la structure du marché était de vendre d’abord, puis ensuite de construire. Par comparaison, en Espagne, le nombre d’invendus s’est établi à 1,5 million d’unités, alors qu’en France le taux de défaillance est très bas. Le marché s’autorégule en permanence.

Beaucoup d’agents immobiliers disent que seuls les biens de bonne voire d’excellente qualité se vendent en ce moment, laissant les biens médiocres sur la touche…

Laurent Vimont : Je ne suis pas d’accord avec cette analyse. Les biens insalubres ou avec défauts ont une décote qui est déjà intégrée dans le prix de vente des biens. Qui plus est, le déficit chronique d’offre de logements à Paris empêche qu'un tel phénomène se produise. En revanche, ce que l’on note aujourd’hui, c’est que les biens ne se vendent plus à n’importe quel prix.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 04/07/2012 à 18:32 par Christophe

    La baisse est largement entamée. On a arrive à -40% sur les volumes en mai ( mois réputé fast pour les transactions). Ce monsieur se garde bien d'en parler. Les volumes des stocks sont en train d'exploser car les acheteurs ont tous compris que le prix demandé par les vendeurs aura largement baissé dans les mois à venir. La baisse peut aller très vite à la vue des accumulations de stocks. Enfin, j'emets de très sérieux doutes quand à la stratégie de certains lobbies immobiliers tels que la Fnaim d'annoncer que les prix ne baissent pas. En effet, cela renforce le blocage des transactions (c'est quand même ce qui fait vivre ces gens) puisque cela incite les vendeurs camper sur leurs positions de prix...sans vendre. Faut qu'ils m'expliquent où ils veulent en venir. Actuellement, les prix n'ont pas encore baissé dans les statistiques car seuls les biens vendus sont pris en compte dans ces stats (biens de très haute qualité qui valaient 20% de plus que la moyenne il y a 6 mois). Ce qui revient à dire que les prix ont baissé d'autant puisque le prix moyen m² des rares transactions effectives n'a pas encore bougé alors qu'il aurait du monter de 20% dans ces conditions.

  • 0 Reco 04/07/2012 à 01:15 par www.agencessabstenir.fr

    "Paris ne baissera jamais !!!!!!" Vous avez opérez une reconversion dans la Voyance ! Ou vous insuflez la peur pour faire acheter ?

  • 0 Reco 03/07/2012 à 12:33 par Pas tout à fait d'accord

    Aux dernières nouvelle, les revenus et plus-values immobiliers des non-résidents seront soumis aux prélèvements sociaux à hauteur de 15%.
    Sévère décote de l'immobilier de luxe à prévoir...
    "il faudrait que quelque chose la crève"... Et ben, cherche pas, l'Etat va aller chercher l'argent là où il est allé se réfugier. POP !

  • 0 Reco 03/07/2012 à 12:00 par Pas tout à fait d'accord

    "Le marché parisien ne peut pas baisser" !!!! ! Un marché ça monte et ça baisse, par définition !
    Peu importe la "forte demande", ce qui compte n'est pas le nombre d'acquéreurs mais leur solvabilité, et à 8470 euros, il n'y a évidemment pas grand monde et plus la surface augmente moins il y a d'acquéreurs.
    Une donnée objective : le volume des ventes est en chute libre. D'après vous, qu'est-ce qui peut débloquer le marché : l'enrichissement soudain des acquéreurs qui vont tous gagner au loto ou la baisse des prétentions des vendeurs ?

    Message modéré 03/07/2012 à 12:58

  • 0 Reco 03/07/2012 à 10:53 par antoine

    +10% en deux jours pour le cac 40! du jamais vu! Tu disais quoi joback?

  • 0 Reco 03/07/2012 à 10:40 par Manu

    T'inquiète, les vrais blindés, ceux qui font la pluie et le beau temps sur le marché de l'immo, ils ne vont pas se risquer à acheter de l'immo.

  • 0 Reco 03/07/2012 à 10:00 par JoBlack

    Les francais (peut etre pas les jeunes) ont de l'argent à investir... Et il faut bien le mettre quelque part...

  • 0 Reco 03/07/2012 à 09:53 par antoine

    et oui les gras, les pro de l'immo tentent le tout pout le tout:

    la fnaim espere que l'etat va supprimer les frais de notaire pour les primos , alors que les finances sont rudes en ce moment, et le boss de century esperent que les primos vont se ruer vers les maisons hors de prix car les prix montent!!!

    du grand grand n'importe quoi!

  • 1 Reco 02/07/2012 à 18:11 par Casentlarnak

    Ca me rappelle en 1999, on avait atteint un nouveau paradigme basé sur "des gains de productivité exponentiels" qui fesait que les actions ne baisseraient plus JAMAIS. Ben dès l'an 2000 ca se cassait la geule sévére. Alors après, autant sur les biens de qualité, ok c'est très rare à Paris donc ca va rester cher, autant sur le 25m2 crasseux avec une rentabilité locative brute de 3% (cad une rentabilité réelle négative) il va prendre super cher...

    Après pour ceux qui veulent acheter, posez vous la question : serez vous tristes si vous devez vivre pendant 15 ans dans le logement que vous achetez. Si la réponse est non, achetez vous vous ne foutez de la baisse. Si la réponse est oui, attendez.

  • 1 Reco 02/07/2012 à 18:01 par Nova

    A paris surtout y a des mecs qui profitent des hlm des autres !

  • 0 Reco 02/07/2012 à 17:50 par Patwon

    A Paris les m2 sont plus grands qu'ailleur c tout ^^ !

  • 1 Reco 02/07/2012 à 16:36 par Manu

    Evidemment que ça peut pas baisser ! ca a déjà baissé par le passé, mais là ca peut pas, c'est tout !
    Par ici Msieur Dames, qui veut d'un 20 m² à 300 000 €, c'est par ici les 20 m² y sont beaux y sont beauuuuuux mes 20 m², affaire à saisir !
    Quelle bande de branquignolles je te jure

  • 1 Reco 02/07/2012 à 13:18 par Fredb

    "Le marché parisien ne peut pas baisser." mais puisqu'on vous le dit! D'ici 2 ans, le m² sera à 15 000€ dépêchez-vous!