Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 11 février 2011 à 08h50

"Périclès, c'est plus de transparence sur les prix immobiliers"


Catherine Renner
Catherine Renner
Catherine Renner (©dr)

Catherine Renner est directrice générale de la société Poliris, filiale du groupe SeLoger.com. Pour LaVieImmo.com, elle présente le nouvel outil forgé par le groupe, qui vise à optimiser l’appréhension de l’état du marché immobilier : l’observatoire Périclès.net . Une petite révolution, pour le moment réservée uniquement aux agents immobiliers membres…

(LaVieImmo.com) - Qu’est-ce que le logiciel Périclès ?

Catherine Renner : Il s’agit d’un logiciel destiné aux agences immobilières, qui permet d’épauler les professionnels dans le suivi des clients et des mandats au quotidien. C’est un outil purement professionnel, qui fonctionne en BtoB [qui vise une clientèle d’entreprise, NDLR] et est ouvert à quelque 4 500 agences en France.

Comment fonctionne-t-il ?

Catherine Renner : Une fois que le professionnel a rentré le mandat, Périclès permet de suivre la vie de ce dernier. Dès que le bien est vendu, il est archivé dans notre observatoire statistique, et les données le concernant sont par la suite mutualisées dans une base de données centralisée. Par ce biais, ce logiciel aide à la détermination du prix, en donnant le prix au mètre carré d’un lieu en fonction des transactions passées dans le secteur. Plus concrètement, il contient une base de données avec carte interactive, avec découpes par secteurs. Il donne ainsi la tendance des prix sur le département, le canton, la ville et l’IRIS - l’appellation de l’Insee et l’îlot (pâté de maisons). Les zones dans lesquelles aucune transaction n’a été effectuée apparaissent en noir.

En quoi cela constitue-t-il une avancée par rapport aux données publiées par les Notaires ?

Catherine Renner : Périclès restitue l’information sous forme de carte. C’est un outil interactif, qui est mis à jour chaque nuit. Il diffuse donc l’information en temps réel, ce que ne permet pas la base des Notaires, pour qui le temps de publication intervient bien a posteriori de la signature de l’acte. Mais les deux bases de données ne sont avant tout pas les mêmes : les Notaires référencent toutes les transactions, y compris celles conclues entre particuliers, alors que Périclès le fait pour les ventes avec entremise du professionnel.

Si ce logiciel est utile aux agences immobilières, l’est-il pour les acheteurs et les vendeurs ?

Catherine Renner : Il s’inscrit plus dans une « stratégie vendeur ». Périclès donne aux vendeurs un éclairage supplémentaire sur la valeur réelle du bien lors d’une mise en vente. On va vers plus de transparence dans la relation agent immobilier-vendeur, qui « est le nerf de la guerre » dans le secteur de l’immobilier ; l’objectif pour les professionnels étant de parvenir à un grand nombre de mandats.

C’est une petite révolution dans le domaine immobilier. N’avez-vous pas peur d’attiser la jalousie des autres observateurs du marché ?

Catherine Renner : Il faut bien garder à l’esprit que c’est un logiciel à l’usage des agences, mais ce n’est pas un observatoire du marché. Comme pour toute innovation, nous risquons d’essuyer la critique, sur les données référencées ou sur les prix. Ce qui est plus incertain demeure l’accueil par les professionnels : si les groupes ont bien appréhendé la stratégie de Périclès, il en va différemment des indépendants. La question est ouverte, car de nombreux agents immobiliers privilégient leur propre expérience dans la relation avec la clientèle.

Périclès peut-il aboutir à faire baisser les prix ?

Catherine Renner : C’est un outil qui mettra seulement le bien au prix du marché. Il fournit une information la plus exacte possible, et confère un gain de temps non négligeable. Il est enfin un référentiel qui est susceptible de servir de base de réflexion.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 11/02/2011 à 12:47 par Batay64

    ça peut tout flinguer un truc comme ça. Mais pas sûr que les agents veuillent aller dans cette direction parce que c'est pas vendeur de dire aux clients : "Votre bien il vaut pas ça, c'est écrit sur le logiciel...".


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...