Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 13 novembre 2008 à 16h33

"Plus que jamais, le marché de l’immobilier est entre les mains des banquiers"


(©dr)

(LaVieImmo.com) - Après avoir assuré pendant plusieurs mois que la tendance était à la stabilisation des prix, la Fédération nationale de l’immobilier a changé de ton à la fin de l’été, évoquant pour la première fois début septembre « une baisse générale » du marché français. Deux mois et deux publications plus tard, Henry Buzy-Cazaux, délégué général de la Fédération, revient pour Lavieimmo.com sur les preuves d’un repli désormais bien installé.

Lavieimmo.com : Votre indice ne traduit plus un atterrissage mais une baisse des prix de l’immobilier . Quelles sont les perspectives pour les prochains mois ?

Henry Buzy-Cazaux : Au cours des douze derniers mois, les prix de l’immobilier en France ont reculé de 0.7%. Une première depuis 1996. A moins d’un retournement de tendance très improbable, le mouvement, qui est encore peu marqué, s’accélèrera d’ici la fin de l’année. La question qui se pose concerne désormais la vigueur de cette accélération. Plus que jamais, la réponse est entre les mains des banques : si les prêteurs consentent à distribuer du crédit de manière moins parcimonieuse, s’ils se décident à répercuter la double baisse de taux de la Banque centrale européenne dans leurs tarifs, on peut espérer que la baisse restera mesurée. Malheureusement, rien ne permet encore d’affirmer que les banques consentiront effectivement à assouplir leurs conditions d’octroi de crédit…

Lavieimmo.com : La dernière enquête de la Banque de France montre même assez nettement l’inverse…

Henry Buzy-Cazaux : Il y a toujours un décalage entre le moment où la BCE modifie ses taux et celui où les banques se décident à ajuster leurs conditions de crédit en conséquence. En temps normal, cela n’a pas nécessairement grand impact sur le marché, mais dans un contexte aussi tendu qu’à l’heure actuelle, un décalage de quelques mois signifie une précipitation de la correction.

Lavieimmo.com : L’engagement de Christine Lagarde à « mettre la pression » sur les banques pour les inciter à prêter va dans le sens d’un assouplissement…

Henry Buzy-Cazaux : Le gouvernement est vigilant. L’avance de 360 milliards d’euros au secteur bancaire, le rôle de contrôle accordé aux préfets et la nomination de René Ricol au poste de médiateur du crédit le prouvent. Cependant, l’Etat a-t-il les moyens de forcer les banques à assouplir leurs tarifs ? Je ne le crois pas, son pouvoir reste plus incitatif que persuasif.

Lavieimmo.com : Quelles sont vos prévisions d’évolution des prix de l’immobilier ?

Henry Buzy-Cazaux : En 2008, la baisse devrait atteindre 5%, mais on ne peut exclure un ajustement plus sévère dans le cas où les banques ne modifieraient pas l’orientation de leur politique. Pour 2009, il est difficile, au vu de la gravité de la crise financière internationale, d’anticiper un rétablissement rapide du marché. Deux scénarios se présentent. Si les banques changent rapidement de comportement, la baisse devrait se poursuivre sur un rythme mesuré, ce qui devrait permettre de resolvabiliser une partie de la demande. Si au contraire le robinet du crédit se ferme, ou même s’il ne reste qu’à demi-ouvert, c’est à un effondrement des volumes qu’on assistera avant même une chute des prix.

Lavieimmo.com : On sait d’ores et déjà que 2008 sera marquée par une forte baisse des volumes…

Henry Buzy-Cazaux : On attend une contraction de l’ordre de 25 à 30% du nombre de transactions cette année. Si les banques ne prêtent pas plus facilement, les scénarios les plus sombres sont envisageables. L’immobilier sans crédit, ça n’existe pas !

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...