Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 12 septembre 2011 à 09h15

Plus-values immobilières : "On voit déjà une baisse des ventes"


Gilles Ricour de Bourgies, président de la chambre francilienne de la Fnaim
Gilles Ricour de Bourgies, président de la chambre francilienne de la Fnaim
Gilles Ricour de Bourgies, président de la chambre francilienne de la Fnaim (©dr)

La parole à Gilles Ricour de Bourgies, président de la chambre francilienne de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), qui revient pour LaVieImmo.com sur la réforme à venir des plus-values immobilières. Selon lui, les effets s’en sont déjà fait sentir, la réforme « a bloqué toutes les transactions. Et ce, dès le 25 août, soit le lendemain de l’annonce faite à ce sujet par M. Fillon ».

(LaVieImmo.com) - Les Notaires de Paris/Ile-de-France observent, grâce à leurs indicateurs avancés, un fléchissement des prix immobiliers dans la capitale. Constatez-vous cela ?

Gilles Ricour de Bourgies : Je pense qu’il faut faire le distinguo entre les types de biens du marché parisien. Ce sont les gros appartements de qualité moyenne qui ont été largement surestimés ces derniers mois. Et si les vendeurs sont obligés de revoir leurs prétentions à la baisse, ces biens partiront de plus en plus difficilement. Pour ce qui est des biens de très haute gamme, le marché est d’une tension telle que ces biens se vendront sans mal. Tout comme les studios, pour lesquels la demande continue à être largement supérieure à l’offre. Concrètement, ce que l’on observe, c’est que les prix parisiens ne baissent pas mais la hausse se calme. D’ici à la fin de l’année, on assistera très certainement à la fin de la hausse.

Dans une tribune sur la réforme des plus-values, vous dites que cette mesure « va casser la dynamique fragile du logement ».

Gilles Ricour de Bourgies : Dans l’effort des français par rapport à la dette, il fallait épargner l’emploi et le logement. Ce dernier doit rester prioritaire, particulièrement en Ile-de-France. Chercher à récupérer 2 milliards d’euros en touchant aux abattements sur les plus-values immobilières est une erreur ! D’autant qu’il n’y a eu aucune consultation avec les partenaires sur ce sujet. La nouvelle a paralysé toutes les transactions. Et ce, dès le 25 août, soit le lendemain de l’annonce faite à ce sujet par M. Fillon. Or, le logement souffrait déjà d’un blocage. C’est d’autant plus dommage que le marché aurait pu repartir vers davantage de fluidité.

Le Parlement a pourtant réhabilité le principe d’une exonération, même si celle-ci passe à 30 ans au lieu de 15 ans ?

Gilles Ricour de Bourgies : Cette nouvelle version ne change pas grand-chose. On passe d’une économie de 2,2 milliards d’euros à 2,05 milliards. Qui plus est, cette ponction va de toute façon aboutir à une baisse des ventes, et invariablement se répercuter sur les droits de mutation. Car les recettes ne seront pas au rendez-vous compte tenu du nombre de transactions reportées sine die. Le gouvernement ne semble pas prendre la mesure du fait que le bailleur privé remplit un rôle économique et social incontournable. Il faut à tout prix sauvegarder le logement, en évitant les mesures de ce type...

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 15/09/2011 à 11:08 par Oldenbourg

    1 : Ne confondez pas la spéculation et la mono-propriété classifiée en secondaire par le fisc alors que l'on est simple locacaire en résidence principale , qui plus est en studio, faute de moyens et pour raison professionnelle ! Ceux qui ne comprennent rien à cela doivent apprendre le BA ba de l'équité sociale !!! 2 - Rien à voir entre le marché parisien et celui de la province( villes moyennes et petites). L'attentisime qui s'instaure sera nuisible pour tous : les mesures de l'Etat manquent de distingo logique, de barèmes et de justice sociale.

  • 0 Reco 14/09/2011 à 12:40 par antoine

    mazann, la 1ere des choses a faire est d'eviter l'AI. Tu evites facielment 15,000 euros de FA , depenes inutilement. Car les AI ne servent a rien.

  • 1 Reco 13/09/2011 à 18:02 par mazann

    Quand est-ce que vous les professionnels, allez enfin faire des propositions pour revenir à des prix raisonables tout en gardant la fluidité des ventes. Il n'y en a aucune. Vos analyses sont comme d'habitude affligantes, fixé sur la rentabilité de votre fond de commerce. Ce n'est pas la taxe sur la plus value qui bloque tout, mais la hauteur vertigineuse des prix, qui devient de plus en plus inaccesible à ceux qui amorcent le marché, les jeunes. La manne des vieux qui autoentretiennent la bulle des ventes+rachats est tout simplement en train de se tarir, de même que le Scellier qui faisaient artificiellement monter les prix et qui enrichissait injustement des gens déjà riches. Vous êtes tout simplement les complices de cette spéculation antisociale, agences, notaires, et autres promoteurs de Scelliers. Il est temps de faire revenir l'immobilier à des prix raisonables et stables. La baisse des prix n'appauvrira pas les propriétaires de résidence principale, même s'ils sont vendeur, acheter/revendre sa résidence principale est neutre. Ca n'appauvrira que les spéculateurs et ça augmentera la rentabilité du parc locatif.

  • 1 Reco 12/09/2011 à 20:38 par Analyste

    @ Gilles Ricour de Bourgies : mon gros coco, si le marché est bloqué, c'est que tes prix sont trop élevés, désormais surévalués d'au moins 50% par rapport aux autres capitales et que les rentabilité brutes (pour ceux qui font de l'investissement) sont ridicules.
    Mais t'as au moins le mérite de reconnaître que "les gros appartements de qualité moyenne qui ont été largement surestimés ces derniers mois". T'aurais du préciser que ce "largement" veut dire doublement des prix de présentation en 15 mois !

  • 1 Reco 12/09/2011 à 20:35 par Analyste

    "Dans l’effort des français par rapport à la dette, il fallait épargner l’emploi et le logement. Ce dernier doit rester prioritaire, particulièrement en Ile-de-France. Chercher à récupérer 2 milliards d’euros en touchant aux abattements sur les plus-values immobilières est une erreur ! D’autant qu’il n’y a eu aucune consultation avec les partenaires sur ce sujet. La nouvelle a paralysé toutes les transactions. Et ce, dès le 25 août, soit le lendemain de l’annonce faite à ce sujet par M. Fillon. Or, le logement souffrait déjà d’un blocage. C’est d’autant plus dommage que le marché aurait pu repartir vers davantage de fluidité."
    N'importe quoi :
    Pour faciliter le logement et maintenir les recettes fiscales, il faut baisser les prix : maintien du volume des droits de mutation, marché rendu plus fluide, accession àla propriété par le travail et non par la dette.

  • 1 Reco 12/09/2011 à 20:32 par Analyste

    Je résume :
    "L'immobilier parisien n'est pas spéculatif". Ah bon ? Alors comment ça se fait que dès qu'on annonce une taxation des profits, les gens n'achètent plus ? Ca veut pas plutôt dire que les gens n'achetaient que dans l'espoir de réaliser une PV à la revente ? Et acheter dans l'espoir de revendre plus cher, ça s'appelle comment, sinon de la spéculation ?
    "L'immobilier parisien est acheté par des gens qui veulent se loger". Ah bon ? Et alors comment ça se fait que les ventes s'effondrent dès qu'on annonce un petit impôt sur les PV des résidences non principales ? Ca veut pas plutôt dire que les gens n'achetaient pas pour se loger, mais pour faire du locatif ou s'acheter des pieds à terre ? Et que pour preuve, 70% des achats de 1 et 2 pièces à Paris sont faits par des petits propriétaires de plus de 50 ans pour faire du locatif ?
    "L'immobilier parisien est solide parce qu'il n'y a pas de subprime". Ah bon ? Et alors quelle est la différence entre un emprunteur américain endetté à taux variable sur 10 ans sans apport qui n'arrive pas à rembourser parce qu'il est mis au chômage, et un emprunteur français à taux fixe sur 35 ans avec presque rien d'apport qui n'arrivera pas à rembourser parce qu'il est mis au chômage ?

  • 1 Reco 12/09/2011 à 19:15 par Friand

    Pour l'instant on parle de "baisse", mais bientôt il faudra dire "effeondrement".

    Si j'étais proprio j'éviterai de perdre du temps. La plupart sont déjà gagnant en vendant aux prix records actuels. Pourquoi risquer de devoir vendre moins cher dans 6 mois ?

    De plus, le contexte économique commence à craindre... (la France va perdre son AAA plus vite que prévu, les banques aussi...)

  • 0 Reco 12/09/2011 à 18:13 par immodéprimé

    pour sauvegarder les marché du logement, moi je propose de faire massivement baisser les prix, et la si les ventes ne repartent pas, c'est que effectivement, ce marché est vraiment mort de sa belle mort, et certainement pas à cause d'une mesurette de tentative de taxation partielle de plues values, et encore que sur les RS.

  • 0 Reco 12/09/2011 à 16:08 par alexvdb00

    Moi je pense que l’immobilier Francilien était déjà appelé à naturellement baisser du fait :
    -De l’existence d’une « bulle » sur l’immo Parisien (prix exagerement élevé / aux revenus des ménages, flambée irrationnelle en 2010)
    -D’un contexte économique très perturbé depuis juin 2011.
    -Que les banques vont + difficilement prêter dans les mois à venir

    Cette baisse va, à mon sens, s’amplifier très sensiblement du fait des réformes sur les + values et sur les niches fiscales en cours pour les raisons suivantes :

    1) Afflux de biens à la vente d’ici à fev 2012 (date d’application de la réforme sur les + values immo). (Particulierement pour les détenteurs de biens entre 10 et 20 ans qui auront tout interêt à vendre vite quitte à perdre un peu sur le montant de la vente).
    2)A noter que, après la date butoir de fevrier 2012, un référentiel prix aura été intégré dans les statistiques et par les futurs acquéreurs (un retour à la hausse parait donc improbable).
    3) A noter également qu’il est possible que certains vendeurs peu scrupuleux ne cherchent à minimiser leur + value en demandant une partie de la vente en liquide. Cela aurait pour incidence une baisse des prix enregistrés par les notaires et donc, un référentiel de prix à la baisse.
    4)Enfin, la réforme sur les + value ds l’immo locatif ainsi que le moindre intérêt du regime Scellier risquent également de faire fuir les investisseurs dans l’immo locatif (une baisse de la demande entraine en général une baisse des prix).

    Pour info, je suis enregistré dans plusieurs agences immobilières depuis 4 mois et pour la première fois, les agences m’appellent alors qu’avant je devais appeler plusieurs fois pour avoir des renseignements.
    Une baisse sensible est certaine, ais sur combien de temps ???

  • 0 Reco 12/09/2011 à 14:22 par kaiser

    pathétique !

  • 1 Reco 12/09/2011 à 12:14 par Trichet

    "pas sûr que cette baisse soit imputable aux PVI. Les gens se posent de droles de question en ce moment sur l'immobiler..."

    L'immobilier a commencé à se retourner au début du printemps, mais on peut faire confiance aux lobbies pour imputer la débacle inévitable de l'immobilier (en bulle) sur la nouvelle taxation des plus-values.

  • 0 Reco 12/09/2011 à 10:45 par héhé

    Dans chaque niche, il y aura toujours un chien que aboie....celui-ci par exemple aboie plus fort que les autres..............

  • 0 Reco 12/09/2011 à 10:21 par Dionisos

    pas sûr que cette baisse soit imputable aux PVI. Les gens se posent de droles de question en ce moment sur l'immobiler...

  • 1 Reco 12/09/2011 à 09:58 par UFFA92

    Cette taxe ne concerne que les multipropriétaires et les investisseurs, la majorité des français ne sont pas concernés. Bien sûr la FNAIM, comme à ssehabitudes, défend ses intérêts qui sont bien éloignés de ceux du français qui voudrait loger sa famille à un prix raisonnable. D'ailleurs M.Ricour de Bourgies reconnait que le marché était déjà bloqué avant l'annonce de cette taxe et les raisons en sont évidentes : prix trop hauts et pouvoir d'achat en baisse...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...