Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 30 juin 2006 à 11h00

Questions à Nicolas Powilewicz, directeur d’agences Laforêt


(LaVieImmo.com) - Le marché immobilier des villes françaises proches de Monaco est-il très différent de celui du Rocher ? Absolument. Malgré leur proximité, les villes de Beausoleil, La Turbie, Cap-d'Ail, Roquebrune-Cap-Martin et Menton affichent des prix plus doux que ceux de Monaco : entre 4 000 et 8 000 euros le mètre carré selon la proximité de la mer. Reste que, dans cette région, les valeurs ont fortement augmenté, au rythme annuel de 5 à 8 % depuis plus de dix ans. Quelles sont les causes de ce phénomène ? D'abord, la rareté du foncier, en raison de la loi de protection du littoral et du relief montagneux ; ensuite, un flux migratoire qui ne cesse de croître ; enfin, une forte demande des actifs de Monaco qui, ne parvenant pas à se loger dans la principauté, achètent aux alentours. Longtemps considérée comme une cité dortoir qui servait à abriter le personnel de riches Monégasques, Beausoleil a ainsi connu une envolée des prix. Jouxtant Monaco, cette ville à flanc de montagne offre des logements anciens à rénover dont le prix au mètre carré oscille entre 4 000 et 6 000 euros. Même niveau à Cap-d'Ail, Roquebrune-Cap-Martin et Menton pour des biens standards ou en retrait de la mer. Dès qu'il y a une vue sur la Grande Bleue, le prix grimpe de 20 % et atteint 7 500, voire 8 000 euros le mètre carré.

Propos recueillis par Laurence Boccara

Propos recueillis par LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...