Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 19 février 2010 à 09h00

"Une poursuite de la baisse des prix est souhaitable"


Mathilde Lemoine
Mathilde Lemoine
Mathilde Lemoine (©dr)

Mathilde Lemoine, directrice des Etudes économiques chez HSBC France, revient pour LaVieImmo.com sur l'état de santé du marché immobilier français. Après une pause, la baisse des prix dans le neuf devrait reprendre courant 2010.

(LaVieImmo.com) - Pour 2010, vous prédisez une stabilisation des prix dans le neuf. Est-ce la fin de la crise ?

Mathilde Lemoine : Ce n’est pas sous cet angle qu’il faut considérer les choses. Les différentes mesures fiscales et budgétaires mises en place en 2009 ont soutenu la demande de logements neufs en la solvabilisant. Je pense notamment au doublement du prêt à taux zéro (PTZ) pour les primo-accédants et au dispositif Scellier pour les investisseurs. Deux mesures dont les effets en termes de transactions, perceptibles dès le deuxième trimestre 2009, se sont accélérés au troisième trimestre, avec une hausse de plus de 65 % du nombre de ventes en glissement annuel. Cette tendance devrait s’être poursuivie fin 2009, peut-être même début 2010, mais commence à s’essouffler. Car, et c’est là la seconde partie de l’équation, reprise des transactions rime avec hausse des prix. Le paradoxe de ce genre de mesures gouvernementales, c'est qu'en voulant soutenir les ventes, on tire les prix vers le haut, ce qui empêche l’amélioration de la solvabilité de la demande… et pèse sur le nombre de transactions à venir.

LVI : Ce type d'aides serait donc plus néfaste que bénéfique ?

ML : Je démontre dans ma dernière étude que les prix restent surévalués, dans le neuf comme dans l’ancien. D’un point de vue macroéconomique, on considère qu’un marché immobilier est équilibré quand le coût annuel anticipé de la propriété d’un logement est égal à celui d’un loyer. C'est-à-dire qu'accéder à la propriété ne revient pas plus cher que rester locataire. Or, s’il a effectivement reculé depuis deux ans, le ratio prix/loyers reste à ce jour très nettement supérieur à sa moyenne de long terme. De ce point de vue, on peut dire qu’une poursuite de la baisse des prix est souhaitable, et que les aides publiques doivent veiller à ne pas totalement empêcher cet ajustement.

LVI : Compte tenu du lien entre transactions et prix, doit-on s’attendre à une reprise de la baisse des prix dans le neuf avant la fin de l’année ?

ML : La moindre vigueur en termes de transactions se traduira effectivement par un retour de la baisse des prix fin 2010. Sur l’ensemble de l’année cependant, compte tenu de la hausse des premiers mois, la variation devrait être nulle. Dans l’ancien, en l’absence de mesures de soutien spécifiques, le mouvement de baisse se poursuit de manière plus linéaire, et les prix devraient connaître un repli de 4 % cette année, après une baisse de 7 % en 2009. Les dispositifs publics ne doivent pas faire oublier que les fondamentaux du marché restent mauvais : nous sommes dans la partie baissière du cycle, et cela devrait durer encore quelques temps.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 22/02/2010 à 11:35 par chebi

    il y a un an, mathilde le moine prédisait -6 % en 2009.
    http://www.lavieimmo.com/ prix-immobilier/l-immobil ier-s-installe-dans-la-cr ise-selon-hsbc-france-261 4.html

    je lis ce site (et d'autres) assez régulièrement, et mme lemoine reste fidèle à ce qu'elle dit

  • 0 Reco 22/02/2010 à 10:09 par londonboy

    Mme Lemoine nous rapelle ces economistes qui ont pervu 9 des dernierers Elle avait aussi prevu 10 a 15% de baisse pour 2009 si mes souvenirs sont bons...

  • 0 Reco 19/02/2010 à 14:54 par oncdonald

    mathilde lemoine le dit depuis assez longtemps que les prix sont surévalués...
    intéressant MisterHadley le coup de l'absence de stocks

  • 0 Reco 19/02/2010 à 11:28 par oleary

    Enfin quelqu'un qui admet que les prix sont surévalués !

  • 0 Reco 19/02/2010 à 10:19 par MisterHadley

    Sauf que l'on "oublie" de préciser que les transactions dans le neuf ne peuvent QUE baisser, faute de mise en chantier, faute de stocks à acquérir... ;)
    Et si pénuries "organisées" il y a, baisses de transactions il y a aussi, évidemment, mais pas baisses des prix du neuf, puisque pas d'offres suffisantes...
    Enfin, moi je dis ça comme ça, quoi... ;)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...