Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 12Paru le jeudi 1 novembre 2007 à 00h00

Jouez la carte TGV à Metz (57)


L'effet du train à grande vitesse ne se fait pas encore sentir et les prix de la capitale de la Lorraine marquent une pause. Profitez-en pour acheter.

Après 70 % de hausse en sept ans, le marché immobilier messin est entré en phase d'accalmie, l'arrivée du TGV en juin n'ayant pas encore eu d'effet sur les prix. « Les retombées économiques devraient toutefois se faire sentir d'ici à trois ans », note Célestin Blaise, directeur de l'agence Gesprim. En attendant, l'offre de biens disponibles est supérieure à la demande et les bonnes affaires sont de retour. « Il y a de belles occasions à saisir, souligne Philippe Delaporte, d'Immobilier Saint-Louis. Il est désormais possible de négocier les prix. » Un trois-pièces de 74 m2 au Sablon mis sur le marché à 176 000 euros est finalement parti à 168 000 euros.

Les amateurs de petits prix se tourneront d'abord vers cet ancien quartier des maraîchers. Les acquéreurs apprécient son côté village et sa proximité avec le centre. Un appartement de 78 m2 en rez-de-chaussée avec jardin a récemment trouvé preneur à 200 000 euros. Les tarifs oscillent entre 2 200 et 2 500 euros le mètre carré. Et devraient progresser, notamment grâce au projet de l'Amphithéâtre - plus de 260 000 m2 de logements, commerces et bureaux, un centre de congrès, une annexe du centre Georges-Pompidou de Paris - prévu pour la fin 2008.

Concentrez-vous, pour anticiper l'effet TGV, sur les beaux immeubles haussmanniens du quartier de la gare, autour de 2 000 à 2 200 euros le mètre carré. Ils sont très recherchés et la revalorisation du secteur (60 % des rues seront à terme piétonnes) devrait entretenir la demande. Un deux-pièces de 63 m2 rénové est parti pour 142 000 euros en quelques jours.

Une rentabilité de 6 à 8 %

Dans le centre historique, notamment le quartier huppé de Sainte-Thérèse, les prix de l'ancien peuvent grimper à 2 500 euros le mètre carré. « Les appartements bourgeois sont pris d'assaut par des acheteurs dont les deux tiers ont au moins la moitié de leurs revenus au Luxembourg, situé à moins de quarante-cinq minutes de Metz », observe Jean-Paul Korzec, directeur de l'agence Centrum Immobilier. Rue des clercs, un 75 m2 de grand standing (parquet, hauts plafonds) a été cédé pour 206 000 euros, soit 2 750 euros le mètre carré. Un peu plus loin, rue des Roches, un 57 m2 refait à neuf est parti pour 142 000 euros. Le quartier de Queuleu, à quinze minutes à pied du centre-ville, est aussi très apprécié. Dans l'ancien, le mètre carré est compris entre 1 800 et 2 100 euros, et dans le neuf, entre 2 100 et 2 600 euros.

Si vous achetez dans l'optique de mettre le bien en location, il vaut mieux privilégier un produit en très bon état. Les locataires qui ont le choix préfèrent les biens rénovés. Dans ces conditions, un deux-pièces peut se louer de 450 à 600 euros par mois, un trois-pièces entre 500 et 800 euros, soit une rentabilité annuelle qui oscille entre 6 et 8 % par an. Le loyer d'un appartement de 49 m2 dans la rue des Roches s'élève actuellement à 689 euros

Chloé Stückelschweiger

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...