Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 10Paru le samedi 1 septembre 2007 à 00h00

L'été meurtrier


Aucune catégorie investie en actions n'a été épargnée cet été par la défiance des investisseurs. Mais cette fois, les fonds immobiliers ont été les plus sanctionnés.

Après avoir affiché une santé éclatante ces trois dernières années, l'immobilier se distingue à nouveau, mais pour faire plonger les Bourses mondiales de près de 7 % en un mois ! A l'origine, la crise des subprimes, ces prêts hypothécaires consentis par les banques américaines à des emprunteurs à risque sur le plan financier. Avec en toile de fond la forte remontée des taux de long terme aux Etats-Unis et le tassement, voire la baisse de la valeur des biens immobiliers sur laquelle les banques s'appuient pour accorder des prêts à a consommation. Il n'en fallait pas plus pour que les prises de bénéfices se multiplient et que les places financières s'inquiètent de l'exposition à ces « mauvais » crédits de nombreux établissements prêteurs. En France, des établissements comme Oddo ou BNP Paribas ont suspendu le rachat de fonds monétaires dynamiques, dont une partie du portefeuille était investie sur ces prêts à risque outre-Atlantique.

Avec une baisse de 6,6 % sur un mois et de 10,7 % depuis le début de l'année, les fonds immobiliers commercialisés en France ont souffert. Cela étant, ce ne sont pas les subprimes qui portent la responsabilité de ce net recul, mais la hausse des taux d'intérêt de long terme sur le Vieux Continent. Celle-ci affecte d'importantes sociétés foncières endettées dont les niveaux de valorisation étaient très élevés. Dès lors, le classement des fonds réalisé sur un mois consacre ceux dont les portefeuilles sont plutôt diversifiés, avec une part non négligeable de liquidités, ou qui ont privilégié des foncières disposant de cash important, comme Victoire Valeurs Immobilières. A l'inverse, en bas de tableau, figurent des fonds exposés au secteur de la construction ou calés sur l'évolution d'indices de la zone euro, eux-mêmes composés de sociétés foncières, poids lourds de la cote.

Le secteur dans le flou

Reste à interpréter la baisse de cet été pour les fonds immobiliers. Les avis restent partagés sur l'ampleur du recul. Exemple : le gérant de Palatine Immobilier table sur une simple correction des excès de ces dernières années et attend une autre chute de 15 % pour justifier un nouvel attrait des grandes sociétés foncières ; en attendant, le pilote du fonds privilégie les petites sociétés foncières, moins chères. En revanche, le gérant d'Euro Immo-Scope Revenu P1, par exemple, estime la purge salutaire car elle offre d'ores et déjà des opportunités d'achat. Après les performances exceptionnelles, c'est le flou qui caractérise désormais le secteur de l'immobilier. En phase il est vrai avec l'évolution des marchés d'actions

Jean-François Tardiveau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...